altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
15 août 2018

26 juillet 2018 : Gergiev à Bayreuth l’été prochain
C’est officiel, le chef le plus suroccupé de la planète et omnipotent patron du Mariinski de Saint-Pétersbourg Valery Gergiev sera présent dans la fosse de Bayreuth à l’été 2019 pour la nouvelle production de Tannhäuser, dont la mise en scène sera confiée à Tobias Kratzer. Bayreuth était l’un des rares trophées que le maestro ossète, qui aura alors 66 ans et est devenu un wagnérien de plus en plus régulier au fil des saisons, ne possédait pas encore à son palmarès.


04 juillet 2018 : Pas de chevalier au cygne pour Alagna
Dans un communiqué laconique, le festival de Bayreuth annonce que Roberto Alagna ne chantera finalement pas le rôle-titre de Lohengrin dans la nouvelle production de l’opéra romantique de Wagner présentée du 25 juillet au 10 août, dont la mise en scène est confiée à Yuval Sharon. Le ténor français s’en est expliqué sur sa page Facebook, arguant d’une surcharge de travail pour mener à bien la mémorisation du rôle, qu’il pourrait tout à fait donner en version de concert dès maintenant. Les mauvaises langues diront que cette annulation n’est pas une surprise, considérant entre autres que l’allemand n’est certainement pas l’idiome dans lequel on attend le plus ce ténor authentiquement latin, qui renonce du coup à ses débuts in loco. Alors que nombreux avaient imaginé que le rôle-titre reviendrait pour cet été à Klaus Florian Vogt, présent sur la Colline pour Walther des Maîtres chanteurs, et qui avait triomphé dans la précédente production de Lohengrin entre 2011 et 2015, c’est le ténor polonais Piotr Beczala qui fera ses débuts anticipés d’un an dans le Temple wagnérien, aux côtés d’Anja Harteros en Elsa et de Waltraud Meier de retour à Bayreuth après dix-huit années d’absence pour le rôle d’Ortrud.


20 juin 2018 : Disparition d’Enoch zu Guttenberg
Peu connu en dehors des frontières de l’Allemagne, le chef Enoch zu Guttenberg est décédé ce vendredi 15 juin à Munich, à l’âge de 71 ans. Intendant du Festival de Herrenchiemsee, sur l’île où Louis II de Bavière se fit construire une réplique de Versailles, ce natif de Guttenberg en Haute-Franconie, non loin de Bayreuth, père d’un ministre de la Défense puis de l’Économie d’Angela Merkel au tournant des années 2010, était également chef honoris des Hofer Symphoniker après avoir fait partie des premiers fondateurs d’ensembles baroques sacrés, dont dès 1967 le Chorgemeinschaft Neubeuern, avec lequel il était encore invité à diriger Beethoven et Mendelssohn à la Philharmonie de Berlin en novembre 2017. Habitué des festivals de Schwetzingen, Scheswig-Holstein, des Berliner Festwochen, de la Mozartwoche de Salzbourg, il avait honoré à Rome le Pape Benoît XVI d’un Requiem de Verdi en 2010.


18 juin 2018 : Gennadi Rozhdestventski est mort
Le géant russe de la direction Gennadi Rozhdestventski nous a quittés ce samedi 16 juin, un mois après avoir fêté ses 87 ans. Directeur musical de l’Orchestre de la Radio de Moscou dès 1961 puis directeur du Bolshoï à partir de 1964, il prendra ensuite la direction de l’Orchestre Philharmonique de Stockholm, puis celle de l’Orchestre de la BBC de Londres, bien que le rideau de fer tienne toujours. Très proche de Dmitri Chostakovitch, Rozhdestvenski créera la première de l’opéra Le Nez à Moscou et enregistrera l’intégrale de symphonies qui l’accompagneront jusqu’à la fin de sa vie, comme lors de majestueux concerts à la salle Pleyel en 2012 ou 2014, avec une Symphonie n° 15 qu’il portait encore à la Semperoper il y a un an lors du Festival Chostakovitch de Görisch.


11 juin 2018 : Vente aux enchères majeure à Drouot
Ce 20 juin à Drouot se tiendra l’une des plus importantes ventes aux enchères musicale de ces dernières années, avec des partitions manuscrites autographes, des esquisses et de nombreuses lettres de compositeurs célèbres, parmi lesquelles des pièces de Bach, Schumann, Mozart ou encore Fauré, Debussy et Boulez. D’une simple carte de Massenet, Thomas ou Saint-Saëns dont les enchères commencent autour de 200€, les prix dépasseront la centaine de milliers d’euros pour les partitions du Soleil des eaux de Boulez ou des Métaboles de Dutilleux et culmineront à plusieurs centaines de milliers pour la première version des Scènes du Faust de Goethe de Schumann ou l’Album musicale d’Aloys Fuchs, regroupement déjà réalisé par son auteur de 112 manuscrits des génies classiques et romantiques les plus connus de son époque jusqu’encore aujourd’hui. Avis aux amateurs fortunés ou passionnés ici.

 
[   page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  184  185  186  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com