altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
19 novembre 2017

02 juin 2017 : Mort de Jiří Bělohlávek
Le chef tchèque Jiří Bělohlávek est décédé dans la nuit du 31 mai. Il avait 71 ans et aura marqué le monde de la musique dès le début des années 1970 en prenant la Philharmonie de Brno, ville de naissance du compositeur Leoš Janáček. Élève de Sergiu Celibidache, Bělohlávek s’est illustré dans un large répertoire à partir de 1977 avec l’Orchestre symphonique de Prague, avant de logiquement prendre la direction de la prestigieuse Philharmonie Tchèque, formation avec laquelle il a largement développé la connaissance de la musique de son pays à l’intérieur et en dehors de ses frontières. À partir de 2006, il est devenu directeur du BBC Symphony Orchestra, qu’il aura gardé jusqu’en 2012, ne prenant plus ensuite que des orchestres à l’occasion ou en tant que premier chef invité. Très réputé dans le répertoire symphonique, il avait aussi dirigé avec brio Jenůfa, Tristan et Isolde ou encore Rusalka dans des salles tels que Glyndebourne ou le Met. Il nous quitte en laissant derrière lui de brillants élèves, tels Jakub Hrůša et Tomáš Netopil, ainsi qu’une discographie importante dont une intégrale Dvořák en cours pour Decca, dont le dernier opus vient à point puisqu’il s’agit du Stabat Mater.


19 mai 2017 : L’Opéra de Lille en 2017-2018
La nouvelle saison de Lille a été présentée et comportera six opéras (dont un pour enfants), six ballets (dont un en dehors de la salle), ainsi que dix concerts. Ouverture en septembre avec Così fan tutte mis en scène par un habitué de l’Opéra de Lyon, le réalisateur Christophe Honoré, et dirigé par Emmanuelle Haïm. Le Nain de Zemlinsky intéressera ensuite sous la direction de Franck Ollu dans une mise en scène de Daniel Jeanneteau, la première à l’opéra pour cet habitué de Maeterlinck au théâtre, et avec Mathias Vidal dans le rôle-titre. La Princesse légère de Violeta Cruz qui devait être créée en mars dernier à l’Opéra Comique le sera finalement à Lille en décembre sous la direction de Jean Deroyer. Le Roi Carotte d’Offenbach retrouvera la production Pelly de Lyon et la direction de Claude Schnitzler, avec Yann Beuron, Héloïse Mas ou encore Chloé Briot. En clôture de saison, Nabucco reviendra à la baguette du spécialiste de Verdi Roberto Rizzi Brignoli dans une production de Marie-Eve Signeyrole, avec Nikoloz Lagvilava dans le rôle principal et l’Orchestre national de Lille en fosse. Côté récitals, on attendra avec intérêt celui de Ludovic Tézier en novembre et celui de Karina Gauvin en mars ; on trouvera également les Quatuors Van Kuijk et Talich, les Ensembles Pygmalion et le Balcon dirigés par leurs créateurs, ainsi qu’en danse Trisha Brown, Maguy Marin, Anna Teresa De Keersmaeker ou le spectacle Körper de Sasha Waltz.


11 mai 2017 : L’Opéra de Marseille sous le soleil
L’Opéra de Marseille a présenté sa nouvelle saison, avec neuf productions, plus une au Théâtre de Odéon afin de mettre en regard en février un Barbier de Séville sérieux dans une mise en scène de Laurent Pelly dirigé par Roberto Rizzi Brignoli, avec Stéphanie d’Oustrac et Florian Sempey, face à une adaptation version opérette dirigée au même moment par Adrien Robert dans la plus petite salle. La saison ouvre avec le grand retour de Roberto Alagna, disparu du port méditerranéen depuis les Troyens en version de concert, dans la reprise de l’opéra de David Alagna, le Dernier jour d’un condamné, d’après Victor Hugo. Suivront deux opéras italiens en version de concert, la Favorite avec la Léonore de Clémentine Margaine, mais aussi Paolo Fanale et Nicolas Courjal, puis Tancredi avec Daniella Barcellona. L’Ombre de Venceslao de Martin Matalon sur un livret de Jorge Lavelli continuera son tour de France en passant en novembre par la cité phocéenne, avant My Fair Lady pour clôturer 2017. 2018 s’annonce très prometteur avec en plus des barbiers précités Hérodiade de Massenet dirigé par Lawrence Foster, avec Béatrice Uria-Monzon, Jean-François Lapointe et Nicolas Courjal, puis Lohengrin confié à Paolo Arrivabieni dans une production de Louis Désiré, avec Norbert Ernst dans le rôle-titre, Barbara Haveman en Elsa et Petra Lang en Ortrud, mais aussi Samuel Youn, Adrian Eröd et Egils Silins. Pour clôturer cette superbe saison, Ernani promet quatre grandes soirées à Marseille, dans une mise en scène de Jean-Louis Grinda avec l’Elvira de Hui He, mais surtout l’Ernani de Francesco Meli et le Don Carlo de Ludovic Tézier, sous la baguette du directeur musical de l’opéra !


06 mai 2017 : Le Songe de Gérontius
Le poème le plus accompli de John Henry Newman, écrit en 1865 a été souvent mis en musique et donné sur scène. Ce sera le cas à l'église de la Trinité, le 21 mai à 16h, avec une lecture d'Agathe de la Boulaye, illustrée par Loïc Maillé au grand orgue Cavaillé-Coll de l’église de la Trinité qui fut celui d’Olivier Messiaen. Le poète, l'actrice, le musicien sont là pour décrire le trajet d'une âme de son baptême jusqu'à son arrivée devant Dieu. Une petite heure de bonheur pour comprendre ce qui se passe en nous. Un spectacle offert par la paroisse de la Trinité, libre participation à la fin.


05 mai 2017 : Dernière saison de Simon Rattle à Berlin
Après seize années, les Berliner Philharmoniker changent de directeur musical et présentent une dernière saison relativement similaire aux précédentes, pendant laquelle Sir Simon Rattle continuera le développement du répertoire en même temps qu’une programmation éclectique. Il débutera la saison avec une tournée dans les grands Festivals fin août pour enchaîner immédiatement avec les deux mêmes programmes début septembre à la Philharmonie de Paris, avec Chostakovitch 1 & 15 et la Création Haas & Haydn. Kirill Petrenko n’interviendra à nouveau qu’une fois dans la saison et pour un surprenant programme Liadov, Prokofiev et Schmidt ; il ne se produira même pas à Baden-Baden, où l’on montera notamment Parsifal à trois reprises par Rattle, avec deux fois de plus en version de concert à Berlin. Au programme des chefs invités, Susanna Mälkki ouvrira le bal en septembre pour le Berliner Festspiele avec un programme Busoni-Bartók-Sibelius, peu avant le Français Alain Altinoglu dans Ravel-Bartók-Debussy et la deuxième suite de Bacchus et Ariane de Roussel. Bruckner sera à l’honneur avec Marek Janowski (4), Herbert Blomstedt (3) ou Mariss Jansons (6), tandis que Daniele Gatti proposera Brahms (4) et la suite Mathis der Maler d’Hindemith. Christian Thielemann prendra en décembre la formation pour un seul concert, au programme duquel sera donnée une unique Missa solemnis de Beethoven, tandis que Bernard Haitink dirigera au début du même mois la Neuvième de Mahler. À cela, il faut ajouter deux tournées dont une longue en Chine et au Japon en novembre, un Nouvel an avec Joyce di Donato, une version concertante de la Petite renarde rusée de Janáček ou encore l’Enfant et les sortilèges de Ravel par Ozawa et un concert d’adieu de Rattle le 24 juin à la Waldbühne, avec sa femme Magdalena Kožená dans du Canteloube.

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com