altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
02 décembre 2022

23 juillet 2022 : Stefan Soltész meurt pendant une représentation à Munich
Grand spécialiste du répertoire germanique, le chef autrichien Stefan Soltész est mort le 22 juillet après un malaise alors qu’il dirigeait Die Schweigsame Frau de Richard Strauss à la Bayerische Staatsoper de Munich. Né à Nyiregyhaza en Hongrie le 6 janvier 1949, il arrive à Vienne dès 1956 et débute très tôt une carrière musicale qui l’amène à 22 ans au poste de Kappellmeister du Theater an der Wien. Assistant de Böhm ou Karajan à Salzburg à la fin des années 70, Soltész devient plus tard Generalmusikdirektor au Staatstheater Braunschweig puis chef principal du Vlaamse Opera de Gent et Anvers, avant de devenir directeur de l’Aalto-Oper 16 années, de 1997 à 2013. Il était depuis régulièrement invité pour de nombreux projets, passionnant dans Schreker comme Wagner, ou encore Beethoven et Richard Strauss, ce dernier avec lequel il est mort, à la l’âge de 73 ans. Nous l’avions interviewé en 2019 à l’Oper Frankfurt alors qu’il dirigeait Dalibor de Smetana


27 mai 2022 : Le compositeur Vangelis est décédé
Né le 29 mars 1943 à Agría, le compositeur grec Evángelos Odysséas Papathanassíou, très célèbre sous le pseudonyme de Vangelis, est décédé à Paris à l’âge de 79 ans. Autodidacte, il se forme très jeune au piano puis crée le groupe de rock The Forminx au début des années 1960 avant Aphrodite's Child quelques années plus tard, aux côtés de Demis Roussos. Connu par le public classique par ses musiques de films, il débute dans ce répertoire en 1970 avec celle de Sex Power d’Henry Chapier, puis reçoit un Oscar en 1982 pour la bande originale des Chariots de feu, avant un BAFTA et un Golden Globes l’année suivante pour Blade Runner. Il reçoit à nouveau un Golden Globes en 1992 pour 1492 : Christophe Colomb, réalisé encore par Ridley Scott. Malgré un communiqué discret, Vangelis serait mort d’une insuffisance cardiaque liée au Covid-19 ; il est enterré au Cimetière du Père-Lachaise.


16 mai 2022 : Disparition de Teresa Berganza à 89 ans
La mezzo-soprano Teresa Berganza est morte ce 13 mai à Madrid, dans la capitale espagnole où elle avait vu le jour le 16 mars 1933. Après des études de piano et de chant, elle est repérée par Gabriel Dussurget qui lui fait faire ses débuts à Aix dans la Dorabella de Così fan tutte en 1957. Elle reste l’une des meilleures interprètes de la seconde moitié du XXe siècle dans le répertoire mozartien (le Sesto incandescent de La Clémence de Titus avec Kertész chez Decca) et belcantiste, avec notamment d’immortels rôles rossiniens, mais aussi la fameuse Carmen qu’elle porta sur des sommets avec Claudio Abbado. À l’écran, elle sera Zerline pour le Don Giovanni de Losey, mais aussi Rosine du Barbier de Séville pour le film Unitel de Jean-Pierre Ponnelle. Son mezzo brillait d’une matière ardente, assez typiquement ibérique, qu’elle partageait avec ses consœurs Victoria de los Ángeles et Montserrat Caballé, dans un art un chant qu’elle aimait transmettre en pédagogue accomplie dans des leçons et masterclasses.


19 avril 2022 : Mort du pianiste Nicholas Angelich
C’est une véritable hécatombe que vit cette semaine le monde de la musique. Après la disparition de Radu Lupu le 17 avril puis Harrison Birtwistle le 18, on apprend ce même lundi de Pâques celle du pianiste franco-américain Nicholas Angelich, 51 ans, qui se battait contre une maladie dégénérative des poumons qui l’avait forcé à interrompre sa carrière en juin 2021. Né aux États-Unis, à Cincinnati, le 14 décembre 1970, c’est sa mère qui se charge de ses premières leçons, qui lui permettent de se produire sur scène à l’âge de 7 ans, dans le Concerto n° 21 de Mozart. Les établissements supérieurs étant réservés aux majeurs aux États-Unis, il intègre le Conservatoire de Paris à l’âge de 13 ans, où il se perfectionne auprès d’Yvonne Loriod, Michel Béroff et Aldo Ciccolini. À la fin des années 1980, il remporte le Second Prix au Concours Robert Casadesus puis le Premier prix du Concours Bachauer en 1994. Passionné de musique de chambre, il se produit souvent avec les frères Capuçon, mais aussi avec Maxim Vengerov et Joshua Bell. Très associé au répertoire romantique, il excellait tout autant dans la musique moderne, de Messiaen à Boulez en passant par Stockhausen. Qualifié par notre confrère Alain Lompech de « doux géant du piano », connu pour sa gentillesse et son humilité, il avait frappé un grand coup dans la discographie avec son intégrale des Années de pèlerinage de Liszt pour Mirare, sans oublier les Trios avec piano de Brahms avec Renaud et Gautier Capuçon pour Virgin. Il avait été fait Officier des Arts et des Lettres par François Hollande en 2013.


18 avril 2022 : Disparition de Radu Lupu
Né à Galați en Roumanie en 1945 juste après la fin de la guerre, Radu Lupu débute très jeune le piano et se produit en concert à partir de l'âge de 12 ans. Il entre ensuite au Conservatoire de Bucarest puis en 1961 au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, avant de terminer premier lors de la compétition internationale de piano Van Cliburn de 1966, puis de recevoir le Premier prix du concours international George Enescu en 1970. Célèbre à partir de cette décennie, Radu Lupu débute rapidement à l’international avec les plus grands chefs, mais reste un amateur de récital et se démarque par un caractère très discret. En France, on se rappelle notamment son magnifique Concerto pour piano de Schumann au Châtelet en 2006 avec Daniel Barenboim. Malade depuis quelques années, il s’était au fur et à mesure retiré des scènes et est mort ce 17 avril à Lausanne, à l’âge de 76 ans. Ses enregistrements, dont les particularités du son ne rendent pas toujours justice à un toucher qui pouvait être transparent, sont à écouter majoritairement chez Decca où il existe deux coffrets, celui des œuvres concertantes en 5 CD dans lequel on retrouve son intégrale des concertos de Beethoven avec Mehta et le célèbre disque Grieg et Schumann avec Prévin ; celui des œuvres pour piano seul en 10 CD principalement autour des trois compositeurs qu’il a le plus interprétés : Schubert, Schumann et Brahms.

 
[   page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  184  185  186  187  188  189  190  191  192  193  194  195  196  197  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com