altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
24 novembre 2017

25 juin 2014 : Disparition de Monique Barichella
C’est avec une grande tristesse que nous avons appris que notre consœur Monique Barichella, bien connue des lecteurs de ces colonnes où ses comptes rendus lyriques reflétaient son inépuisable vie de voyage aux quatre coins du globe, s’est éteinte presque subitement, au terme d’une très courte hospitalisation, ce lundi 23 juin à Paris, de retour d’un périple d’une quinzaine à Saint-Pétersbourg puis au Covent Garden de Londres. Collaboratrice régulière d’Opéra Magazine et Classica, mémoire vivante de la scène lyrique, rien ne lui échappait, elle qui suivait la vie musicale parisienne mais aussi les festivals de Salzbourg et Bayreuth depuis le milieu des années 1960. Elle avait noué au fil des ans des liens avec des grands chanteurs comme Jess Thomas, Monserrat Caballé, Leonie Rysanek, Plácido Domingo, Gwyneth Jones, ou plus récemment avec le chef d’orchestre Valery Gergiev, dont elle ne manquait aucun des grands concerts. Pierrette Chastel, ancienne attachée de presse de l’Opéra de Paris avec qui elle a collaboré pendant presque vingt-cinq ans, nous confiait qu’elle se demandait à quoi allait ressembler le paysage lyrique sans elle, soulignant son « analyse toujours lucide et claire ». Lyricophage plus encore que lyricophile, pas une soirée ne se passait sans que Monique Barichella coure le globe à l’affut des événements musicaux. Elle cultivait en parallèle une autre passion pour le théâtre et le cinéma. Dotée d’un excellent flair, silhouette bien connue des maisons d’opéra, intarissable sur une passion à laquelle elle a consacré sa vie entière, journaliste à l’ancienne ayant toujours refusé de se confronter à un ordinateur, elle était une vraie personnalité de la critique française. Elle avait fêté ses 70 ans en février.


24 juin 2014 : Tamar Iveri limogée pour homophobie
La soprano géorgienne Tamar Iveri, bien connue des spectateurs de l’Opéra de Paris et du Théâtre du Capitole de Toulouse, n’a pas fini de se mordre les doigts de sa sortie vieille d’un an concernant les homosexuels. Une histoire qui ressort seulement aujourd’hui par le biais du Sydney Morning Herald et vient de lui valoir des ruptures de contrat avec le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, où elle devait chanter en mai 2015 dans Un ballo in maschera, et l’Opéra de Sydney, où elle devait se produire dès le 5 juillet prochain en Desdémone d’Otello. À l’origine de ce limogeage, des déclarations de la chanteuse en réaction à la gay pride 2013 dans son pays où l’Église orthodoxe est encore très puissante. Prétendant que son compte Facebook a été piraté, la chanteuse s’y était pourtant indignée que la Géorgie s’apprête à importer la "masse fécale" de l’Occident. La chanteuse ayant beau répéter qu’elle compte des amis gays dans son cercle proche et que c’est son mari, profondément religieux, qui est à l’origine des modifications injurieuses portées l’an passé à son statut Facebook, il semblerait qu’elle ne soit pas à son coup d’essai en la matière.


20 juin 2014 : Mortier lauréat post-mortem du Prix Diaghilev
Disparu le 9 mars dernier, Gerard Mortier a reçu à titre posthume le Prix Diaghilev de la ville de Perm, dans l’Oural, pour l’ensemble de sa carrière. L’ancien directeur de la Monnaie, de Salzbourg et des Opéras de Paris et Madrid avait été lui-même président du jury de ce prix en 2012 et 2013. Le théâtre de Perm est aujourd’hui dirigé par le chef grec Teodor Currentzis, que Gerard Mortier avait fait connaître aux Parisiens pour des prestations remarquées en fosse dans Don Carlo et Macbeth de Verdi en 2008 et 2009 à l’Opéra de Paris.


13 juin 2014 : Décès de Rafael Frühbeck de Burgos
Le grand chef d’orchestre Rafael Frühbeck de Burgos est décédé à Pampelune le 11 juin, emporté par le cancer contre lequel il luttait depuis plusieurs années. Il avait quatre-vingts ans, et venait d’annoncer la semaine dernière sa décision de ne plus diriger, ne sentant plus capable de le faire au niveau auquel il avait pratiqué son art. Né de père allemand et de mère espagnole, il avait fait ses études aux conservatoires de Bilbao puis de Munich, avant de les achever à Madrid. Chef principal de l’Orchestre national d’Espagne de 1962 à 1978, il occupa les mêmes fonctions avec l’Orchestre symphonique de Montréal de 1974 à 1976, avec l’Orchestre Symphonique de Düsseldorf de 1966 à 1971, et à la Deutsche Oper de Berlin de 1992 à 1997 ainsi qu’à l’Orchestre Symphonique de Vienne. Il fut aussi l’invité fréquent des autres grandes formations mondiales comme l’Orchestre de Paris, de Washington, de Philadelphie ainsi que des grands orchestres japonais. Spécialiste de la musique espagnole dont il défendit et enregistra largement le répertoire avec d’illustres solistes comme Alicia de Larrocha ou Victoria de Los Angeles, il signa aussi un enregistrement historique de Carmen avec Grace Bumbry et Jon Vickers. Il n’enregistra pas les symphonies de Mahler mais les dirigea en concert avec un tel succès qu’il reçut en 1990 la médaille d’or de la Société Mahler de Vienne.


09 mai 2014 : Disparition de Sir George Christie
Fils du créateur du festival de Glyndebourne John Christie et père de l’actuel patron des lieux Gus Christie, l’Anglais Sir George Christie est mort le 7 mai à l’âge de 79 ans. Il avait pris la succession de son père à la tête de l’institution proche de la petite ville de Lewes dans le Sussex en 1958, à l’âge de vingt-trois ans seulement, pour un poste qu’il devait occuper jusqu’en 1999. C’est sous son mandat que Glyndebourne s’est pourvu d’une salle de concerts entièrement neuve, d’une jauge largement accrue (1200 places contre les 311 d’origine, augmentées successivement jusqu’à 830 à la fin des années 1980), qui ouvrir ses portes en 1994 après deux années de travaux. L’édition 2014 du festival, qui ouvrira ses portes le 17 mai et proposera entre autres des représentations du Chevalier à la rose, d’Eugène Onéguine, de Don Giovanni, de la Finta Giardiniera, de Rinaldo et de la Traviata jusqu’au 24 août, lui sera dédiée.

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com