altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
20 novembre 2017

13 mars 2012 : Danse 2012-2013 à l’Opéra
Pour cette saison où l’on fêtera le tricentenaire de l’École française de danse de ballet de l’Opéra national de Paris affiche certains des plus grands chorégraphes figurant à son répertoire. La saison ouvrira avec un spectacle Balanchine. Il y aura également la reprise du Don Quichotte de Noureev, une soirée Forsythe-Trisha Brown, la reprise du Kaguyahime de Kylián, un hommage à Noureev avec ses plus grands pas de deux, une soirée Roland Petit, une reprise de la Sylphide de Pierre Lacotte, de la Troisième Symphonie de Mahler de Neumeier et de Signes de Carolyn Carlson. Côté danse contemporaine, un programme original proposera une création de l’Étoile Marie-Agnès Gillot et la reprise de Un jour ou deux de Cunningham, Helikoptère par la compagnie Preljocaj sur la musique de Stockhausen, un programme Béjart, Robbins, Sidi Larbi Cherkaoui. Deux soirées exceptionnelles fêteront le tricentenaire de l’École française de danse. La première regroupera une création de Pierre Lacotte, Aunis de Jacques Garnier, le ballet de Faust dans la chorégraphie de Leo Staats, une création de Béatrice Massin et Nicolas Paul et Péchés de jeunesse de Jean-Guillaume Bart, le tout dansé par les Étoiles, les Premiers Danseurs, le Corps de ballet et les élèves de l’École de Danse de l’Opéra. La deuxième sera un gala ou l’École de Danse de l’Opéra invite les écoles de danses des autres grandes compagnies du monde entier.


08 mars 2012 : Nouvelle Étoile à l’Opéra
À l’issue de la première représentation mercredi soir de la reprise de la Bayadère à l’Opéra national de Paris dans la production de Rudolf Noureev, le Premier Danseur Josua Hoffalt a été nommé danseur Étoile par Nicolas Joel. Il venait d’interpréter brillamment le rôle de Solor pour la première fois de sa carrière. Né en 1984, Josua Hoffalt a commencé la danse à huit ans au conservatoire de Marignane puis a travaillé au Studio Ballet de Marseille. Entré à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris en 1998, il était engagé dans le Corps de ballet en 2002 et dansa alors dans de nombreuses production du répertoire. Coryphée en 2003 et Sujet en 2004, il commence alors à danser des rôles de demi-soliste comme Paris dans Roméo et Juliette, Gaston Rieux dans la Dame aux camélias, Frédérick Lemaître dans les Enfants du Paradis ou Béranger dans Raymonda. Il participe aussi aux spectacles Jeunes danseurs. Promu Premier Danseur en 2009, il aborde alors les premiers rôles classiques et contemporains comme Roméo, Lenski, l’acteur vedette de Cendrillon de Noureev, le Jeune homme dans le Loup de Roland Petit et danse dans les créations de Sasha Waltz, Wayne McGregor, Jiri Kylian notamment. Il est lauréat du Concours de Varna du Prix Carpeaux et du Prix de l’AROP.


28 février 2012 : CRITIQUE EXPRESS : le Voyage d’hiver à Pleyel
Salle Pleyel, Paris, 28/02/2012
Quelques observations para musicales, mais fondamentales, en préambule à ce commentaire sur un formidable Winterreise de Schubert que donnaient le tandem le plus idéal du moment dans cet exercice, les Allemands Matthias Goerne et Christoph Eschenbach, partenaires d’un cycle Schubert cette saison à Pleyel. Est-il bien raisonnable de donner un concert dans une salle surchauffée un soir de redoux ? Les tousseurs s’en sont donné à cœur joie ! Pleyel est-elle une salle adéquate pour un Liederabend ? Qu’entendait-on du second balcon ? Personne n’a-t-il jamais expliqué à Matthias Goerne que l’on ne chante pas, une fois les répétitions achevées, pour son pianiste et pour les cinq premiers rangs côté jardin ? En dehors du fait que la voix du baryton a mis beaucoup plus de temps qu’habituellement à se chauffer et projeter dans la salle, il est assez frustrant de n’entendre véritablement ce qui sortait vraiment que quand son effet girouette le ramène face à la salle entière, voire face aux cieux… Cela dit, quel admirable travail, quels climats et quelles intentions dramatiques Goerne sait distiller tout au long de ce récit intimiste pour lequel il adopte des tempi souvent étirés ! Quelle science de l’accompagnement chez Eschenbach sachant créer les décors dans lesquels Goerne évolue à loisir, et trouver les ruptures rythmiques idéales (parfois au sein d’un même Lied). Belle soirée, certes, mais dans des conditions un peu pénibles. Prochain épisode le 11 mai pour le Schwanengesang et la Sonate D. 960, par les mêmes. (O.B.)


27 février 2012 : Disparition de Maurice André
Maurice André, qui vient de mourir le 25 février à Bayonne, aura été l’un des musiciens les plus populaires de la deuxième moitié du XXe siècle. Issu d’une famille de mineurs, il descendit lui-même dans la mine de 14 à 18 ans avant de pouvoir se consacrer uniquement à la musique et à la trompette. Entré au Conservatoire de Paris en 1951, il en sort deux ans plus tard avec un Premier prix et entreprend alors une carrière de trompette solo dans les principaux orchestres français et collabore déjà avec certains artistes de variété. Prix du concours de Genève en 1955 puis de Munich en 1963, il devient alors un soliste de renommée internationale. Il jouera désormais avec tous les plus grands chefs, enregistrera quelque 250 disques et touchera un public beaucoup plus vaste que celui de la musique classique habituelle grâce à un répertoire n’hésitant pas à faire appel des transpositions de musiques destinées à d’autres instruments ou à la voix. Personnalité chaleureuse et généreuse, il s’était tourné vers l’enseignement, notamment en masterclasses. Il avait donné son dernier concert en 2008 à la cathédrale de Béziers et vivait retiré au Pays Basque. Tout comme Jean-Pierre Rampal, il aura illustré au plus haut niveau l’école de vents française.


16 février 2012 : Création musicale au Quatar
Le Quatar Philharmonic Orchestra jouera la toute première mondiale du Retour, une symphonie originale en quatre actes créée par M. Marcel Khalifé, artiste de l’UNESCO pour la Paix ; auteur, compositeur et musicien mondialement renommé, spécialiste du luth oriental. Une série de trois concerts sera donnée à l’Opéra House de Doha du samedi 18 au lundi 20 février sous la direction du chef Michaelis Economu.

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com