altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
21 octobre 2018

14 mars 2012 : Orange 2012 : Puccini en vedette
Deux opéras de Puccini seront à l’affiche des Chorégies 2012 à Orange. La Bohème (7 et 10 juillet) sera mise en scène par Nadine Duffaut et placée sous la baguette de Myung-Whun Chung qui dirigera l’Orchestre philharmonique de Radio France. Inva Mula sera Mimi, Vittorio Grigolo Rodolphe, Ludovic Tézier Marcello et Nicola Beller-Carbone Musette. Turandot (29 et 31 juillet) sera mis en scène par Charles Roubaud, et dirigé par Michel Plasson à la tête de l’Orchestre national de France. La jeune américaine Lise Lindstrom chantera le rôle titre aux côtés de Roberto Alagna (Calaf) et de Maria Luigia-Borsi (Liu.) À l’affiche des concerts, le Requiem de Mozart (13 juillet) dirigé par Myung-Whun Chung avec Patrizia Ciofi, Nora Gubisch, Topi Lehtipuu et Günther Groissböck, un concert lyrique (30 juillet) avec Michel Plasson, Diana Damrau et Béatrice Uria-Monzon, la Petite Messe solennelle de Rossini (20 et 21 juillet) sous la baguette de Samuel Coquard, avec Amel Brahim-Djelloul, Isabelle Druet, Léonard Cortelazzi, Nicolas Courjal. En 2013 sont prévus le Vaisseau fantôme de Wagner, Un bal masqué de Verdi, un concert Antonacci-Alagna et un concert Ciofi-Nucci ainsi qu’un récital Lang Lang. En 2014 est déjà annoncé Carmen avec Jonas Kaufmann.


13 mars 2012 : 2012-2013 à l’Opéra de Paris : Autour du Ring
Tout entière centrée sur la reprise, à la fois en sessions séparées et en cycle de dix jours au mois de juin, du Ring de Günter Krämer pour lequel Nicolas Joel a annoncé de larges remaniements de la production, la saison 2012-2013 de l’Opéra de Paris apparaît très sage. Donnant toujours la primauté à la fin du XIXe – Contes d’Hoffmann de Carsen, Tosca de Schroeter, Khovantchina de Serban, nouvelle Gioconda confiée à Pier Luigi Pizzi, nouvelle Carmen mise en scène par Yves Beaunesne. Une saison sans création, avec un seul Verdi, le Falstaff de Pitoiset ; un seul Mozart, les Noces de Strehler ; et un seul opéra ancien, le Jules César de Pelly, tous trois des reprises. En revanche, pas moins de vingt représentations prévues pour la reprise au moment des fêtes de la Cenerentola de Ponnelle. Côté distributions, on attendra surtout la venue du couple Dessay-Flórez dans la Fille du Régiment de Pelly, attendue de longue date après New York, Londres et Vienne. La touche d’audace scénique concernera le nouvel Hänsel et Gretel confié à Mariame Clément et la reprise du Rake’s Progress selon Olivier Py. On retrouvera également le doublé le Nain / L’enfant et les Sortilèges de Richard Jones et Antony Macdonald et le Capriccio de Robert Carsen. Une saison où l’on notera la stabilisation de la présence du directeur musical Philippe Jordan, mais peu de grandes baguettes internationales chez les chefs invités, et la multiplication des concerts Convergences en marge des productions et des concerts symphoniques et récitals.


13 mars 2012 : Danse 2012-2013 à l’Opéra
Pour cette saison où l’on fêtera le tricentenaire de l’École française de danse de ballet de l’Opéra national de Paris affiche certains des plus grands chorégraphes figurant à son répertoire. La saison ouvrira avec un spectacle Balanchine. Il y aura également la reprise du Don Quichotte de Noureev, une soirée Forsythe-Trisha Brown, la reprise du Kaguyahime de Kylián, un hommage à Noureev avec ses plus grands pas de deux, une soirée Roland Petit, une reprise de la Sylphide de Pierre Lacotte, de la Troisième Symphonie de Mahler de Neumeier et de Signes de Carolyn Carlson. Côté danse contemporaine, un programme original proposera une création de l’Étoile Marie-Agnès Gillot et la reprise de Un jour ou deux de Cunningham, Helikoptère par la compagnie Preljocaj sur la musique de Stockhausen, un programme Béjart, Robbins, Sidi Larbi Cherkaoui. Deux soirées exceptionnelles fêteront le tricentenaire de l’École française de danse. La première regroupera une création de Pierre Lacotte, Aunis de Jacques Garnier, le ballet de Faust dans la chorégraphie de Leo Staats, une création de Béatrice Massin et Nicolas Paul et Péchés de jeunesse de Jean-Guillaume Bart, le tout dansé par les Étoiles, les Premiers Danseurs, le Corps de ballet et les élèves de l’École de Danse de l’Opéra. La deuxième sera un gala ou l’École de Danse de l’Opéra invite les écoles de danses des autres grandes compagnies du monde entier.


08 mars 2012 : Nouvelle Étoile à l’Opéra
À l’issue de la première représentation mercredi soir de la reprise de la Bayadère à l’Opéra national de Paris dans la production de Rudolf Noureev, le Premier Danseur Josua Hoffalt a été nommé danseur Étoile par Nicolas Joel. Il venait d’interpréter brillamment le rôle de Solor pour la première fois de sa carrière. Né en 1984, Josua Hoffalt a commencé la danse à huit ans au conservatoire de Marignane puis a travaillé au Studio Ballet de Marseille. Entré à l’École de Danse de l’Opéra national de Paris en 1998, il était engagé dans le Corps de ballet en 2002 et dansa alors dans de nombreuses production du répertoire. Coryphée en 2003 et Sujet en 2004, il commence alors à danser des rôles de demi-soliste comme Paris dans Roméo et Juliette, Gaston Rieux dans la Dame aux camélias, Frédérick Lemaître dans les Enfants du Paradis ou Béranger dans Raymonda. Il participe aussi aux spectacles Jeunes danseurs. Promu Premier Danseur en 2009, il aborde alors les premiers rôles classiques et contemporains comme Roméo, Lenski, l’acteur vedette de Cendrillon de Noureev, le Jeune homme dans le Loup de Roland Petit et danse dans les créations de Sasha Waltz, Wayne McGregor, Jiri Kylian notamment. Il est lauréat du Concours de Varna du Prix Carpeaux et du Prix de l’AROP.


28 février 2012 : CRITIQUE EXPRESS : le Voyage d’hiver à Pleyel
Salle Pleyel, Paris, 28/02/2012
Quelques observations para musicales, mais fondamentales, en préambule à ce commentaire sur un formidable Winterreise de Schubert que donnaient le tandem le plus idéal du moment dans cet exercice, les Allemands Matthias Goerne et Christoph Eschenbach, partenaires d’un cycle Schubert cette saison à Pleyel. Est-il bien raisonnable de donner un concert dans une salle surchauffée un soir de redoux ? Les tousseurs s’en sont donné à cœur joie ! Pleyel est-elle une salle adéquate pour un Liederabend ? Qu’entendait-on du second balcon ? Personne n’a-t-il jamais expliqué à Matthias Goerne que l’on ne chante pas, une fois les répétitions achevées, pour son pianiste et pour les cinq premiers rangs côté jardin ? En dehors du fait que la voix du baryton a mis beaucoup plus de temps qu’habituellement à se chauffer et projeter dans la salle, il est assez frustrant de n’entendre véritablement ce qui sortait vraiment que quand son effet girouette le ramène face à la salle entière, voire face aux cieux… Cela dit, quel admirable travail, quels climats et quelles intentions dramatiques Goerne sait distiller tout au long de ce récit intimiste pour lequel il adopte des tempi souvent étirés ! Quelle science de l’accompagnement chez Eschenbach sachant créer les décors dans lesquels Goerne évolue à loisir, et trouver les ruptures rythmiques idéales (parfois au sein d’un même Lied). Belle soirée, certes, mais dans des conditions un peu pénibles. Prochain épisode le 11 mai pour le Schwanengesang et la Sonate D. 960, par les mêmes. (O.B.)

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  184  185  186  187  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com