altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
16 juillet 2018

18 mai 2011 : Danseurs pour le Japon
Les danseurs des plus prestigieuses compagnies internationales se réunissent le 31 mai au Palais des Congrès à Paris pour une soirée exceptionnelle afin d’apporter leur soutien aux victimes du tsunami. La recette sera intégralement versée à la Fondation de France. Figurent à cette très brillante affiche notamment Carlos Acosta, Jiri et Otto Bubénicek, Lucia Lacarra, Julien Favreau, Isabelle Ciaravola, Mathieu Ganio, Igor Zaklensky, Efgenia Obratsova, Andrey Merukriev, l’Ecole de l’Opéra de Paris.


09 mai 2011 : Disparition de Jane Rhodes
C’est à l’Hôpital Américain de Paris que la grande cantatrice Jane Rhodes s’est éteinte le samedi 7 mai à l’âge de 82 ans. Personnalité hors du commun, vrai star au sens total du terme, Jane Rhodes avait débuté à vingt-cinq ans et effectua ensuite une carrière consacrée à un nombre de rôles relativement restreint mais qu’elle a tous marqués d’une manière incomparable. Qu’il s’agisse de Tosca, de Charlotte, de Salomé, de Renata dans l’Ange de feu dont son enregistrement est considéré comme historique, d’Eboli, de Marguerite dans la Damnation de Faust qu’elle interpréta notamment à l’Opéra de Paris dans la célèbre mise en scène de Béjart, ou encore des principaux rôles d’Offenbach, elle s’imposa par sa beauté, son incroyable tempérament, sa musicalité et les qualités d’une voix large, sensuelle, aussi bien mezzo que soprano. Chacune de ses incarnations est restée dans la mémoire de tous, lui donnant un statut très particulier, avec une renommée largement populaire bien au-delà du monde lyrique, consécutive à la Carmen qu’elle fut en 1959 dans la mise en scène de Raymond Rouleau pour l’entrée de l’œuvre au Palais Garnier, sous la baguette de son mari le chef Roberto Benzi. Chaleureuse, fidèle en amitié, rayonnante d’une beauté saine, pleine d’humour, elle chanta aussi beaucoup la mélodie française et allemande. Très sujette au trac, elle doutait beaucoup d’elle-même, mais brûlait positivement les planches, reconnaissant que parfois, « le tempérament peut être dangereux pour la voix si on ne le contrôle pas. » Elle fut, à une époque où elles n’étaient pas nombreuses, l’une des premières vraies « cantatrice-actrice » d’une modernité étonnante.


11 mars 2011 : Paavo Järvi à Paris jusqu’en 2016
L’Orchestre de Paris annonce que le contrat de directeur musical du chef Paavo Järvi, qui a pris ses fonctions à la rentrée de septembre 2010 à la suite de Christoph Eschenbach, est d’ores et déjà prolongé jusqu’à la saison 2015-2016.


11 mars 2011 : Nouvelle direction au festival de Saint-Denis
Après la nomination de Jean-Pierre Le Pavec à la direction de la Musique à Radio France, Natahlie Rappaport a été nommée directrice du Festival de Saint-Denis à dater du 1er mars 2011. Dans l’équipe du festival depuis 1995, elle occupait les fonctions d’administrateur adjoint. Elle assurera la gestion de la programmation 2011.


09 mars 2011 : Opéra de Paris 2011-2012 : 19 opéras
Encore 19 ouvrages lyriques à l’affiche 2011-2012 de l’Opéra national de Paris, ainsi que 9 manifestations de l’Atelier Lyrique, 13 concerts et récitals à l’Amphithéâtre Bastille, 3 concerts symphoniques et diverses autres propositions habituelles comme les Convergences ou les Salons musicaux. Côté lyrique, des nouvelles productions pour Faust (direction Alain Lombard, mise en scène Jean-Louis Martinoty, Roberto Alagna dans le rôle-titre), la Force du destin (Philippe Jordan, Jean-Claude Auvray, Violeta Urmana, Marcelo Alvarez), Manon (Evelino Pido, Coline Serreau, Natalie Dessay, Giueseppe Filianoti), Cavalleria rusticana et Paillasse (Daniel Oren, Giancarlo del Monaco, Violeta Urmana, Marcello Giordani, Inva Mula, Vladimir Galouzine), Arabella (Philippe Jordan, Marco Arturo Marelli, Renée Fleming) et deux semi-nouveautés, la production Ponnelle de Cenerentola jamais vue à Paris (avec Karine Deshayes) et Hippolyte et Aricie de Rameau dans la mise en scène de 2009 d’Ivan Alexandre pour le Capitole de Toulouse. Création mondiale de la Cerisaie de Philippe Fénelon, d’après Tchékov. Pour le reste, reprise de quelques grandes productions passées dont celles de la Veuve joyeuse de Lavelli avec Susan Graham et Bo Skovhus, Pelléas et Mélisande de Bob Wilson avec Philippe Jordan et Stéphane Degout, Tannhaüser de Carsen avec Nina Stemme, Christophe Ventris et Sophie Koch. Et puis aussi Salomé (retour à l’ancienne production d’André Engel), la Clémence de Titus, la Dame de Pique, Lulu, Don Giovanni et l’Amour des trois oranges.

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  184  185  186  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com