altamusica
 
       aide













 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




LES BREVES
15 décembre 2018

16 mars 2009 : Musiciens en chair et en os au Musée de la Musique
Nouveaux instruments, parcours enrichi, muséographie repensée, le Musée de la Musique à la Cité de la Villette vient de rouvrir. C’est un éblouissement. Pas seulement par la richesse des instruments mais par une présentation qui peut séduire des spectateurs de tous âges et de tous horizons. Un casque audio permet au visiteur individuel d’entendre les instruments présentés dans les vitrines. A côté de chaque vitrine, une maquette situe les œuvres dans l’univers où elles furent créées. Exemple : la Symphonie fantastique de Berlioz à la salle du Conservatoire. Un nouvel espace a été réservé aux musiques savantes et populaires du XXe siècle. Enfin, chaque jour des musiciens viennent animer les salles. Le Musée de la Musique est enfin un lieu de vie.


13 mars 2009 : Domingo reprend le rôle de ses débuts
Pour le quarantième anniversaire de ses débuts, Plácido Domingo a repris à l’improviste le rôle qui l’avait propulsé, celui de Maurizio dans Adriana Lecouvreur de Cilea. C’était en février au Metropolitan de New York. À l’origine, l’Espagnol devait diriger l’orchestre, mais suite à la défaillance du ténor, il a décidé de reprendre le rôle laissant la direction de l’orchestre à Marco Armiliato. Entouré de Maria Guleghina (Adrienne Lecouvreur) et d’Olga Borodina (la princesse de Bouillon), Domingo a fait un véritable triomphe.


12 mars 2009 : Anselm Kiefer au Met avant Bastille
Pour le vingtième anniversaire de l’Opéra Bastille, en juillet, le plasticien allemand Anselm Kiefer élabore un spectacle qui sera une mise en espace mi-installation, mi-performance. Le titre, Am Anfang, s’inscrit dans l’histoire de l’art et de la musique comme un début, un commencement et un éternel recommencement. Kiefer est décidément un habitué des opéras. Il signe au Galley Met de New York une œuvre qui s’inspire du Ring de Richard Wagner. La tétralogie dans la production d’Otto Schenk est en effet reprise sur la scène new yorkaise à partir du 25 mars.


09 février 2009 : Alagna règle ses comptes sur petit écran
Nouvelle preuve du tempérament sanguin du ténor d’origine sicilienne Roberto Alagna. Alors parrain des 16e Victoires de la musique dimanche dernier, le chanteur, qui venait de donner un extrait de son album Sicilien, n’a pu réprimer un accès de mauvaise humeur alors qu’un spectateur venait de lui manifester son mécontentement quant à l’annulation, bien tardive il est vrai, de sa participation à la production d’André Chénier à Monte-Carlo ce mois-ci. Alagna, piqué au vif, expliquera que la voix évolue "tantôt d’une manière plus lyrique, tantôt d’une manière plus dramatique", et qu’en l’occurrence, le rôle de Chénier est actuellement "trop large" pour lui. Et d’ajouter : "ceux qui me sifflent parce que j’annule sont sans doute les mêmes qui m’auraient sifflé si j’avais chanté le rôle". Un incident regrettable dans une émission en direct où régnait jusque-là une ambiance bon enfant.


06 février 2009 : Flimm au départ de Salzbourg
En désaccord avec son responsable de la programmation théâtrale Thomas Oberender, le directeur du festival de Salzbourg Jürgen Flimm, en poste depuis le départ de Peter Ruzicka à l’issue du festival 2006, a annoncé son intention de ne pas demander le renouvellement de son mandat initial qui prendra fin au terme de l’été 2011. Mais au-delà de cette incompatibilité d’humeur, on sait déjà que le sexagénaire doit succéder à Peter Mussbach à la tête de la Staatsoper unter den Linden de Berlin à compter du 1er septembre 2010, ce qui occasionne au passage de sérieuses discussions dans le directoire de Salzbourg, qui n’exclut pas un recours en justice. De manière plus générale, on a beaucoup reproché à Flimm de ne pas tenir une ligne directrice claire depuis son arrivée dans la ville de Mozart en mélangeant mises en scène questionnantes à la manière de ses prédécesseurs Mortier et Ruzicka et simples illustrations scéniques dignes d’un retour à l’ère visuelle Karajan. De même, la programmation 2009, qui consacre, hors Mozart, une large part à l’opéra baroque et classique (Theodora de Haendel, Moïse et Pharaon de Rossini, Armida de Haydn), a été fraîchement accueillie, de nombreuses manifestations estivales étant déjà spécialisées en ce domaine, dans de petites salles généralement beaucoup plus appropriées.

 
[   < prec.   |    page 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  75  76  77  78  79  80  81  82  83  84  85  86  87  88  89  90  91  92  93  94  95  96  97  98  99  100  101  102  103  104  105  106  107  108  109  110  111  112  113  114  115  116  117  118  119  120  121  122  123  124  125  126  127  128  129  130  131  132  133  134  135  136  137  138  139  140  141  142  143  144  145  146  147  148  149  150  151  152  153  154  155  156  157  158  159  160  161  162  163  164  165  166  167  168  169  170  171  172  173  174  175  176  177  178  179  180  181  182  183  184  185  186  187  |   suiv >    ]


  A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
 
©   Altamusica.com