altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
20 octobre 2018

Agora 2008 : L’icône, la voix ?

Le Festival Agora organisé par l’IRCAM est LE festival de musique contemporaine de la capitale. Somme d’expériences tour à tour originales, déroutantes, singulières, inégales, l’édition 2008 aura permis, entre autres merveilles, de mettre en évidence le génie du compositeur Gérard Grisey, disparu prématurément il y a maintenant dix ans.
 

Le 23/06/2008
Laurent VILAREM
 



Les 3 dernières chroniques

  • Monsterrat s’est éteinte

  • Mortagne 2018 (2) : Conclusion brillantissime

  • Mortagne 2018 (1) : Originalité et talents

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Salle plongée dans le noir, œuvre jouée dans deux lieux séparés… écrivions-nous l’an passé pour notre chronique sur le festival Agora 2007, aussi l’édition 2008 placée sous l’égide de « l’icône, la voix », s’annonçait riche en transformations vocales et en expériences sonores. Curieusement, de cette exaltante quinzaine organisée par l’IRCAM, c’est précisément ce qui aura semblé le moins abouti !

    Le concert d’ouverture intitulé Du seuil du verbe aura ainsi donné le ton. Outre un inoffensif Concerto pour violoncelle d’Eliott Carter – bellement défendu cependant par Marc Coppey –, la création originellement prévue de Speakings de Jonathan Harvey aura été remplacée par la lourdement décorative Madonna of winter and spring du même compositeur, et l’Icône paradoxale de Gérard Grisey, pour mezzo-soprano, soprano et orchestre, aura fait les frais d’un Orchestre Philharmonique de Radio France négligé.

    Cette pièce de 1994 marquait cependant une étape décisive dans le parcours du compositeur français avec sa volonté de contracter la structure entière de l’œuvre dans la première minute, puis de la dilater dans les dernières pour la regarder au microscope et d’en faire éclater la vie – fascinantes Susan Narucki et Lani Poulson.

    Voici l’hommage que rendait le Philharmonique de Radio France à l’un des plus grands musiciens français du XXe siècle ? Aussi, bienvenue était l’idée d’enchaîner sans interruption par le bouleversant Mortuos Plango Vivos Voco de Jonathan Harvey, dont les transformations électroniques – la voix d’un enfant mêlée à la cloche d’une cathédrale – résonnait comme le plus beau des hommages rendu au génial pourvoyeur de la musique spectrale, disparu à l’âge de 52 ans en 1998.

    Ratage cinglant

    Si nous avons pu écrire ici que Melancholia de Haas à l’Opéra de Paris ne renouvelait guère la question de la vocalité, le ratage de Com que voz de Stefano Gervasoni au Châtelet est encore plus cinglant. Sur le papier pourtant, l’affiche allèche : mariage entre une chanteuse de fado (la langoureuse Cristina Branco) qui interprète des chansons traditionnelles réorchestrées, et une partie originale vouée au chant contemporain (par le baryton Franck Woerner), le tout joué par l’excellent Ensemble Modern dirigé par Franck Ollu.

    Las ! Les épisodes se succèdent ad alternatim, sans aucune espèce d’imagination ni volonté d’opérer des mélanges, et étrangement, la partie de musique contemporaine est si ingrate, si impersonnelle que la réapparition de la suave Cristina Branco apparaît à chaque fois comme une délivrance !

    Quatre chants pour franchir le seuil

    Alors, ratée cette édition vouée à la voix ? Non pas assurément ! Le Festival aura redonné les mythiques Quatre chants pour franchir le seuil de Gérard Grisey. Si la sensible Barbara Hannigan reste parfois trop dans la joliesse, l’Ensemble Intercontemporain et Susanna Mälkki portèrent cette œuvre – composée de chants mortuaires, alors que son compositeur allait disparaître lui-même d’une hémorragie cérébrale quelques semaines plus tard – jusqu’à l’incandescence, en faisant le digne pendant des Quatre derniers Lieder de Strauss, d’une ampleur et d’une force qui sidère et résonne longtemps après que les dernières mesures se soient éteintes.

    Deux autres thématiques lors de ce festival : Agora reste toujours le tremplin pour lancer de jeunes compositeurs. Passons rapidement sur les œuvres de Pierre Jodlowski et Andrea Cera, davantage de l’ordre du commentaire musical pour évoquer les deux autres pièces jouées lors du concert de l’ensemble Court Circuit : le virtuose Ca tourne ca bloque du jeune Tchèque Ondrej Adamek – étude sur le langage, japonais et français, vibrionnante d’idées et de malice, qu’une légère réserve à l’encontre du théâtre empêche cependant de transcender – et Décombres de Raphael Cendo pour clarinette basse (le savoureux Alain Billard), dont la violence saturée s’inscrit dans une structure et des transitions si ouvragées qu’elles en paraissent presque classiques, créant ainsi un contraste qui ne manque ni de beauté ni de trouble.

    Art of Metal III

    Cette esthétique de la saturation du son se retrouvera dans la création d’un autre jeune trentenaire, Yann Robin, dont Alain Billard une nouvelle fois donnait en compagnie de Susanna Mälkki et de l’Intercontemporain le concerto pour clarinette contrebasse Art of Metal III.

    Hurlements dans l’anche de l’instrument, déflagrations massives de percussions métalliques, cette violence musicale rappelle le jazz le plus débridé ou la techno la plus démentiellement sonore mais a surtout l’immense mérite de rafraîchir nos oreilles, d’engendrer dans les salles de concert de la surprise, jouant sur une fine frontière entre l’arbitraire et ce qui convient d’appeler l’art.

    La pièce de Yann Robin a les qualités de ce courant (dont Raphael Cendo et Franck Bedrossian sont les hérauts) : délicieux charivari constamment en flux tendu, mais ne sait encore trop faire de ce chaos sonore, et construit son discours par les seules techniques instrumentales et se raccroche à d’autres orgies musicales comme le Sacre du printemps ou Amériques, repères trop aisément confortables. Yann Robin est cependant un compositeur prometteur.

    Concluons enfin par une image et un son. L’image – les yeux cherchant dans les ténèbres – est celle du Klangforum Wien jouant dans le noir le plus absolu de longues minutes durant la musique d’In vain de Georg Friedrich Haas, subtile mais comme souvent chez ce compositeur désincarnée et dénuée du moindre enjeu dramatique.

    Le Noir de l’étoile

    Et le son, celui du pulsar 0359-54, qui apparaît soudain sous les voûtes de l’église Saint-Eustache, longuement préparé par les six prodigieux musiciens des Percussions de Strasbourg. C’est que le Noir de l’étoile de Gérard Grisey est de ce genre de spectacles qui marque pour une vie. Car, précédée d’une introduction de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet, et avec le génie dramatique de Grisey, qui n’est rien tant qu’un raconteur d’histoires en musique, lui le grand maître des processus de la musique spectrale, cette pièce emmène de l’infiniment loin – le son d’une étoile d’abord enregistré puis retransmis d’après un télescope en direct – à l’infiniment près : en vous-même.

    Vous cernant de sonorités de percussions qui paraissent tracer des ondes autour de vous, le Noir de l’étoile aborde en majesté des problématiques élémentaires de l’homme et revient à l’essence même du phénomène musical. Inoubliable !


    Mercredi 4 juin, Église Sainte-Eustache
    Gérard Grisey (1946-1998)
    Le Noir de l’étoile

    Les Percussions de Strasbourg

    Jeudi 5 juin, Cité de la musique
    Gérard Grisey (1946-1998)
    L’Icône paradoxale, pour soprano, mezzo-soprano et orchestre
    Jonathan Harvey (*1939)
    Mortuos Plango, vivos voco, pour électronique
    Elliott Carter (*1908)
    Concerto pour violoncelle
    Jonathan Harvey (*1939)
    Madonna of winter and spring, pour orchestre, synthétiseurs et électronique

    Susan Narucki, soprano
    Lani Poulson, mezzo-soprano
    Marc Coppey, violoncelle
    Philippe Guilhon Herbert, synthétiseur
    Sylvie Barberie, synthétiseur
    Orchestre Philharmonique de Radio France
    direction : Pascal Rophé
    réalisation informatique musicale IRCAM : Gilbert Nouno

    Samedi 7 juin, Centre Pompidou

    Yann Robin (1974*)
    Art of métal III
    Cursus 2
    Alain Billard clarinette
    Gérard Grisey (1946-1998)
    Quatre Chants pour franchir le seuil
    Barbara Hannigan soprano

    Ensemble Intercontemporain
    direction : Susanna Mälkki
    réalisation informatique musicale Ircam : Yann Robin
    Encadrement pédagogique (cursus 2) : Robin Meier

    Mardi 10 juin, IRCAM, Espace de projection
    Andrea Cera (*1969)
    Dueling Zombies
    Pierre Jodlowski (*1971)
    De front
    Ondrej Adámek (*1979)
    Ça tourne ça bloque
    Raphaël Cendo (*1975)
    Décombres

    Alain Billard, clarinette contrebasse
    Ensemble Court-circuit
    direction : Jean Deroyer

    Mercredi 11 juin, Théâtre du Châtelet
    Stefano Gervasoni (*1962)
    Com que voz, d'après des sonnets de Luís Vaz de Camões et des fados d'Amália Rodrigues

    Cristina Branco, fado
    Frank Wörner, baryton
    Ensemble Modern
    direction : Franck Ollu
    réalisation informatique musicale IRCAM : Thomas Goepfer

    Lundi 16 juin, Théâtre des Bouffes du Nord

    Georg Friedrich Haas (*1953)
    In vain
    Klangforum Wien
    direction : Emilio Pomarico




    Le 23/06/2008
    Laurent VILAREM




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com