altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
22 août 2018

Musique en Côte Basque 2012 :
Debussy chez Ravel

Musique en Côte Basque 2012 rend hommage à Debussy dont on fête le cent cinquantième anniversaire de la naissance. Partageant sa programmation entre Saint-Jean-de-Luz, Bayonne et Biarritz, la manifestation a élaboré un judicieux programme et organisé une exposition du peintre Jean-Paul Chambas avec de nombreux portraits du compositeur et de Ravel, natif de Ciboure.
 

Le 06/09/2012
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières chroniques

  • Mortagne 2018 (2) : Conclusion brillantissime

  • Mortagne 2018 (1) : Originalité et talents

  • Jean-Claude Malgoire, vrai musicien polyvalent

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Debussy n’aura passé qu’un seul été sur la Côte Basque, à Saint-Jean-de-Luz en 1917, à la toute fin de sa vie. Mais il était lié avec de nombreuses personnalités qui y séjournaient régulièrement ou en étaient originaires tels Ravel, Chausson, Durand son éditeur, Marguerite Long.

    Il y donna cependant ses deux derniers concerts à Saint-Jean-de-Luz et à Biarritz. Tout cela justifiait entièrement ce choix et la très ambitieuse programmation consacrée à Debussy, aux musiciens de son temps et aux nombreuses correspondances entre le chef de file de la musique française de cette époque avec eux et même des compositeurs plus tardifs tels Szymanowski et le Père Donostia.

    Si les pianistes ont largement rendu hommage aux deux livres de Préludes et les chambristes à l’ensemble de sa production instrumentale, le concert au programme le plus original réunissait le flûtiste Philippe Bernold, le jeune harpiste Emmanuel Ceysson, premier soliste de l’Orchestre de l’Opéra de Paris, la pianiste Ariane Jacob, l’altiste roumain Vladimir Mendelssohn et la comédienne Irène Jacob pour une Soirée chez Debussy.

    Au programme bien sûr, le monument de la production chambriste de Debussy qu’est la Sonate pour flûte, alto et harpe mais aussi la transcription que fit Jean-Michel Damase pour la même formation de la Suite bergamasque. Deux grands moments de complicité musicale comme ne peuvent en donner que la connivence et le travail.

    Peu flattée par l’acoustique du Théâtre du Casino, Ariane Jacob a joué trois des Préludes, exercice obligé certes, mais petite pause dans l’originalité d’un programme qui réservait comme surprise la version pour flûte et piano du Prélude à l’après-midi d’un faune (réalisée par Samazeuilh) magnifiquement interprétée par Philippe Bernold.

    Encore plus rare, la présence de l’excellente Irène Jacob qui, à l’intelligence du texte, ajoutait une participation physique très prenante, pour la rarissimement donnée version pour flûte et récitante du Syrinx et une transcription par Lensky des trois Chansons de Bilitis pour récitante, flûte et piano.

    Le lendemain, c’est un programme plus classique mais formidablement équilibré que le pianiste Jean-Yves Thibaudet donnait quasiment chez Ravel, en l’église de Ciboure. Magnifique monument de spécificité basque, elle réservait tout de même quelques pièges acoustiques privant les auditeurs de quelques couleurs et absorbant en partie la très belle sonorité caractéristique du jeu de ce pianiste.

    Particulièrement dans le Livre II des Préludes dont les traits virtuoses de Feux d’artifice, les effets sonores raffinés de Brouillards, les subtilités de Tierces alternées disparaissaient un peu dans les hauteurs de la nef. La seconde partie qui, hormis l’Isle Joyeuse, offrait de belles surprises dans les coloris et l’équilibre des plans sonores de la Suite bergamasque et surtout des trois Estampes dont La soirée dans Grenade fut un grand moment.

    À égalité avec la Pavane pour une infante défunte car Jean-Yves Thibaudet n’avait pas voulu terminer ce superbe récital (exercice dans lequel il est assez rare en France) sans rendre hommage à Maurice Ravel dont la maison natale était à quelques mètres de l’église.




    05 septembre, Casino de Biarritz :
    Soirée chez Debussy
    Claude Debussy (1862-1918)
    Suite bergamasque pour flûte, alto et harpe
    (Transcription de Jean-Michel Damase)
    Prélude à l’après-midi d’un faune
    (Version pour flûte et piano de Gustave Samazeuilh)
    Syrinx pour flûte et récitante
    Trois Chansons de Bilitis pour flûte, piano et récitante
    (Transcription de K. Lensky)
    Préludes pour piano :
    … Danseuses de Delphes
    … Les Collines d’Anacapri
    … Ondine
    Sonate pour flûte, alto et harpe
    Philippe Bernold, flûte
    Vladimir Mendelssohn, alto
    Ariane Jacob, piano
    Emmanuel Ceysson, harpe
    Irène Jacob, récitante
    06 septembre, Église de Ciboure
    Claude Debussy (1862-1918)
    Préludes, livre II
    Suite Bergamasque
    Estampes
    L’Isle Joyeuse
    Jean-Yves Thibaudet, piano




    Le 06/09/2012
    Olivier BRUNEL




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com