altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
27 mai 2018

La saison lyrique 2013-2014
des pigeons voyageurs

Quelles sont, à New York et dans les grandes salles lyriques européennes, les productions internationales à ne pas manquer durant la saison 2013-2014 ? Parmi les événements majeurs, on notera que les prises de rôle et nouvelles productions assurées par Jonas Kaufmann et Anna Netrebko arrivent nettement en tête de liste. Tour d’horizon…
 

Le 28/10/2013
Monique BARICHELLA
 



Les 3 dernières chroniques

  • Jean-Claude Malgoire, vrai musicien polyvalent

  • Platée a rejoint Jupiter sur l’Olympe

  • Le Staatsoper unter den Linden rouvre ses portes

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Après un début de saison contrasté, le Met affichera un nouveau Prince Igor (fév.-mars) signé Dimitri Tcherniakov et dirigé par Gianandrea Noseda. Il est possible de combiner les représentations avec le Werther de Richard Eyre et Alain Altinoglu, réunissant Jonas Kaufmann et Sophie Koch, pour ses débuts in loco. Au printemps, ne pas manquer la Somnambule avec Diana Damrau et le premier Wozzeck de Hampson dirigé par Levine, avant la Cenerentola avec DiDonato, Flórez et Pisaroni.

    De ce côté-ci de l’Atlantique, au Covent Garden de Londres, après des Vêpres siciliennes françaises par le tandem Pappano-Herheim (nov.), on retiendra le nouveau Parsifal réunissant René Pape, Angela Denoke et Gerald Finley (nov.-déc.), la Femme sans ombre de Claus Guth déjà vue à La Scala (mars-avr.), la toute première Marguerite de Netrebko avec Terfel, Keenlyside et Calleja dans la relecture déjantée de McVicar (avr.), ainsi que Mattila dans Ariane à Naxos (juin-juil.). Surtout, deux nouvelles productions immanquables en fin de saison : Manon Lescaut (Pappano-Kent) avec le premier Des Grieux de Kaufmann et Kristine Opolais et une Marie Stuart signée Caurier-Leiser, avec DiDonato, Castronovo et De Billy au pupitre.

    À La Scala, après la Traviata inaugurale (déc.-janv.) de l’équipe Tcherniakov-Gatti avec Damrau et Beczala, la même Tcherniakov signera la Fiancée du Tsar de Rimski-Korsakov, cette fois avec Barenboïm (mars). On peut attendre le meilleur de Laurent Pelly pour le Comte Ory (juil.) avec Flórez et Stéphane Degout, tandis que Guth proposera un nouveau Così fan tutte (différent de Salzbourg ?) en fin de saison. Mais LE spectacle à ne pas rater est l’Elektra qui a triomphé à Aix cet été, testament de Chéreau dirigé par Salonen (mai-juin).

    Kasskara

    À Rome, première Manon Lescaut de Netrebko avec Muti, mais c’est à Berlin (Staatsoper délocalisé au Schiller Theater) que la diva abordera en novembre Leonora du Trouvère aux côtés d’Antonenko et Domingo. Barenboïm et Philipp Stölzl sont également à l’affiche. Rattle y dirigera ensuite les débuts de Westbroek dans Kátia Kavanová (fév.-mars). Enfin, on attend avec intérêt la première mise en scène de Sasha Waltz pour Tannhäuser, avec Seiffert, Pape, Mattei, Poplavskaïa et Barenboïm (avr.).

    C’est à Munich que Netrebko testera Lady Macbeth (juin-juil), entourée de Keenlyside, dans la production Martin Kušej, par ailleurs aux commandes d’une nouvelle Force du destin présentée pour les fêtes de fin d’année. Kaufmann y chantera son premier Alvaro avec sa partenaire favorite, Anja Harteros, et Ludovic Tézier. Autre événement du Bayerische Staatsoper, la Femme sans ombre (Warlikowski-Petrenko) avec Botha, Polaski et Pieczonka (nov.-déc.).

    À l’Opéra de Vienne, Homoki et De Billy proposent un nouveau Lohengrin (avr.) avec Klaus Florian Vogt et Camilla Nylund. On retient aussi les reprises de Faust pour Netrebko, Beczala et Schrott (mai), Nabucco avec Domingo (mai) et le premier Canio de Neil Shicoff (janv.-fév.) Pour les fans de Domingo, ne pas manquer au Theater an der Wien les rares Due Foscari de Verdi dirigés par Conlon (janv.)

    Trois nouveautés aussi à Baden-Baden. Manon Lescaut pour Pâques avec Westbroek, Faust avec Netrebko, Castronovo et Schrott à la Pentecôte, enfin Don Carlo en juillet dirigé par Gergiev avec ses forces du Mariinski. Un peu plus tôt, pour les Nuits blanches de Saint-Pétersbourg, le maestro russe aura assuré les Troyens.

    C’est à Zurich que la Bartoli abordera Alcina (Christof Loy), que Willy Decker s’attaquera au Retour d’Ulysse, mais surtout que Carsen s’offrira sa première Dame de pique (avr.-mai.). À Amsterdam, Minkowski présentera un Faust revisité par Alex Ollé. Plus près de nous, à la Monnaie de Bruxelles, le chef français proposera l’Hamlet de Thomas venu du Theater an der Wien où il retrouvera Olivier Py.

    Le double cast de la Somnambule à Barcelone (Damrau/Ciofi, Flórez/Albelo) interpellera tous les amoureux de bel canto (jan.-fév.) Enfin, n’oublions pas Monte-Carlo, qui affichera Ernani avec Ramón Vargas et Ludovic Tézier (avr.). Bon(s) voyage(s) à tous !




    Le 28/10/2013
    Monique BARICHELLA




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com