altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
27 juillet 2017

Opéra de Paris 2017-2018 :
Une saison équilibrée

La saison 2017-2018 de l’Opéra de Paris s’annonce plutôt sage et sans grandes audaces. Il vaut sans doute mieux s’en féliciter. Une bonne vingtaine de spectacles lyriques, treize de danse, avec celui toujours très prisé de l’École, quelques grandes voix, Yoncheva, Harteros, Radvanovsky, Garanca, Gens chez les dames, Alagna, Kaufmann, Alvarez, Terfel, Tézier, Abdrazakov chez les messieurs. Et une majorité de ballets des XXe et XXIe siècle.
 

Le 23/01/2017
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières chroniques

  • Pierre Henry, immortel pour les temps futurs

  • Mortagne 2017 (2) : D’une église à l’autre

  • Nicolaï Gedda, ténor touché par la grâce

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Lyrique : de tout un peu

    Léger avantage des reprises dans le domaine lyrique sur les nouvelles productions, ce qui est normal dans un théâtre de répertoire et présence de quelques fidélités chez les metteurs en scène, comme Warlikowski , Guth ou Michieletto. Surprise, la saison ouvrira avec la Veuve joyeuse dans la très joyeuse production que signa Jorge Lavelli et qu’avait animée l’hyper dynamique Karita Mattila et le séduisant Bo Skovhus en 1997. À Thomas Hampson et Véronique Gens de prendre la relève avec autant d’abattage. À noter aussi la présence de José van Dam en Comte Mirko Zeta.

    Suivront les reprises du Così fan tutte vu par Teresa de Keersmaeker, de Pelléas et Mélisande selon Bob Wilson. Viendra ensuite un nouveau Don Carlos signé par Warlikowski avec en vedette Ildar Abdrazakov et Ludovic Tézier, ainsi que, en première distribution, Jonas Kaufmann, Sonya Yoncheva et Elena Garanca. Philippe Jordan sera au pupitre. Reprise également de Falstaff mis en scène par Dominique Pitoiset avec Bryn Terfel, et nouvelle production par Christian Luz de la Ronde de Philippe Boesmans par les artistes de l’Académie de l’Opéra national de Paris.

    La reprise de la Clémence de Titus dans la production de Willy Decker précèdera De la maison des morts de Janáček dans la production Chéreau, nouvelle pour l’Opéra. Claus Guth signera ensuite la Bohème et Jephta de Haendel, ce dernier avec William Christie au pupitre, Ian Bostridge et Marie-Nicole Lemieux dans les principaux rôles. Reprise d’Un bal masqué mis en scène de Gilbert Deflo avec en première distribution Marcelo Alvarez et Anja Harteros, puis création française de Only the Sound remains de Kaija Saarahio. Reprise aussi du Barbier de Séville dans l’hilarante production de Damiano Michieletto, de la Traviata mise en scène par Benoît Jacquot, du Château de Barbe-Bleue et de la Voix humaine mis en scène par Warlikowski et nouvelle production pour Benvenuto Cellini de Berlioz signée de Terry Gilliam sous la baguette de Philippe Jordan.

    Avec Andreas Schager dans le rôle-titre, un nouveau Parsifal sera mis en scène par Richard Jones et dirigé par Philippe Jordan. Reprise de l’Heure espagnole et Gianni Schicchi mise en scène Laurent Pely, nouveau Boris Godounov mis en scène par Ivo van Hove et dirigé en première distribution par Vladimir Jurowski avec Ildar Abdrazakov en Boris. Damiano Michieletto mettra en scène un nouveau Don Pasquale dirigé par Evelino Pido et pour finir, reprise du Trouvère dans la production de la Fura dels Baus, avec Maurizio Benini au pupitre et en alternance Marcelo Alvarez, Roberto Alagna et Yusif Yavasof en Manrico.

    Ballet : virage contemporain

    Nouvelle directrice de la danse, Aurélie Dupont annonce clairement la couleur : elle sera XXe et XXIe siècle. À deux classiques, disons, traditionnels, Don Quichotte et la Fille mal gardée comme d’habitude en clôture de la saison, on pourrait ajouter dans le genre figuratif l’Onéguine de Cranko, bien que créé au XXe siècle.

    Les autres spectacles proposeront Van Manen, Balanchine, Teshigawara, Pina Bausch, Aleksander Ekman, Millepied, Béjart, Sasha Waltz, Anna Teresa de Keersmaeker, James Thierrée, Crystal Pite, Ivan Perez, Schechter. Teshigawara, Ekman et Thierrée signent des créations. Parmi les reprises, notons celles du Sacre du printemps et d’Orphée et Eurydice de Pina Bausch, du Boléro de Béjart, du Daphnis et Chloé de Millepied, de Joyaux de Balanchine et de The Seasons’ Canon de Crystal Pite. Le romantisme sera sans doute pour les saisons prochaines. Le spectacle de l’École de danse comportera Suite de danses de Clustine, Un ballo de Kylián et Spring and fall de Neumeier.

    À cela s’ajoutent un cycle de concerts consacré aux six symphonies de Tchaïkovski sous la direction de Philippe Jordan, des récitals au Palais Garnier de Simon Keenlyside, Sophie Koch, Matthias Goerne, Angela Gheorghiu et Piotr Bieczala, les Midis musicaux au Palais Garnier, concerts de musique de chambre des musiciens de l’orchestre de l’Opéra qui en donnent aussi à l’Amphithéâtre. Également une exposition Chéreau et une exposition Picasso et la danse à Garnier et des Concerts rencontres au Studio Bastille à l’heure du déjeuner.




    Le 23/01/2017
    Gérard MANNONI




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com