altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
22 octobre 2017

Mortagne 2017 (2) :
D’une église à l’autre

© Verena Chen

Le Perche regorge d’églises historiques à l’acoustique en général excellente grâce à leurs voûtes de bois en carène renversée, souvent richement décorées. Le deuxième week-end des Musicales de Mortagne et du Perche 2017 nous a conduits de celle de Mortagne même à celle de Bellème pour deux concerts du plus haut niveau.
 

Le 03/07/2017
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières chroniques

  • Pierre Henry, immortel pour les temps futurs

  • Mortagne 2017 (2) : D’une église à l’autre

  • Nicolaï Gedda, ténor touché par la grâce

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Il n’est pas si fréquent d’entendre des concerts de chœur. Le Jeune Chœur de Paris dirigé par Henri Chalet nous a rappelé que nous devrions plus fréquemment nous intéresser à cette expression musicale au répertoire d’une grande richesse, comme l’a prouvé cet excellent programme.

    Le choix était très précis, nous faisant sauter par-dessus les siècles, de l’époque de Tomás Luis de Victoria, fin XVIe début XVIIe directement à celle chevauchant la fin du XIXe et le XXe, avec Fauré, Messiaen, Poulenc, Debussy, Lauridsen et Ravel. D’excellentes idées aussi, comme de nous faire entendre trois O Magnum mysterium, de Victoria, de Lauridsen et de Poulenc, tout comme deux Ave Maria de Victoria, l’un à quatre voix, l’autre à huit. Une manière de jouer avec les équilibres et les timbres possibles grâce à la flexibilité de ce type d’ensemble mixte.

    Car à travers pages religieuses (Messe basse de Gabriel Fauré), motets, œuvres d’inspiration spirituelle comme le Cantique de Jean Racine de Fauré également et des chansons profanes de Ravel, Poulenc ou Debussy, on a admiré la qualité des voix et l’investissement profond de ces jeunes interprètes. De vraies voix de solistes et surtout une volonté de s’attacher à interpréter le texte avec expression et engagement personnel de chacun visibles sur les visages et dans les regards. D’où la vie, la sincérité et l’impact musical très particulier de chaque page, de chaque style d’écriture bien différencié, et de chaque texte. Un vrai régal musical et sonore dans le cadre de cette église à l’acoustique très satisfaisante pour ce type de formation musicale.

    Le lendemain, c’était à quelques kilomètres de là, dans une très belle église au riche chœur baroque, celle de Bellème, que se produisait un jeune quatuor, le Quatuor Arod, composé de Jordan Victoria et Alexandre Vu, violons, Corentin Apparailly, alto et Samy Rachid violoncelle. On sait que le premier violon est l’arête dorsale de toute formation de chambre et Jordan Victoria l’a prouvé par sa forte présence, notamment dans le Quatuor Rosamunde de Schubert donné en deuxième partie et qui permet au violon solo de s’exprimer largement.

    Programme lui aussi intelligemment conçu, avec pour débuter le tonique et rapide Quatuor La Plaisanterie de Haydn, d’une fraîcheur rassérénante, suivi par le très romantique Quatuor en mi mineur op. 44 n° 2 de Mendelssohn, généreux, lyrique, faisant un beau contraste avec la plus pudique approche du genre quatuor pratiquée par Schubert, avec ses sautes d’humeur et toujours ce fond de nostalgie, d’angoisse intérieure, d’impossibilité à un bonheur sans ombre. Les quatre instrumentistes ont défendu ces attachantes partitions avec toute la virtuosité adéquate, la foi, l’imagination, la musicalité et la qualité sonore de professionnels accomplis.




    Église Notre-Dame de Mortagne au Perche, samedi 1er juillet :
    Victoria, Fauré, Messiaen, Poulenc, Debussy, Ravel, Lauridsen
    Jeune Chœur de Paris
    direction : Henri Chalet

    Église Saint-Sauveur de Bellême, dimanche 2 juillet :
    Joseph Haydn (1732-1809)
    Quatuor en mi bémol majeur op. 33 n° 2
    Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847)
    Quatuor en mi mineur op. 44 n° 2
    Franz Schubert (1797-1828)
    Quatuor en la mineur D804 « Rosamunde »
    Quatuor Arod




    Le 03/07/2017
    Gérard MANNONI




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com