altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
26 mai 2018

Double anniversaire à l’Opéra

Annoncée en grandes pompes sous forme de spectacle dans la salle de Garnier, la saison 2018-2019 de l’Opéra national de Paris célèbre deux anniversaires, celui des 350 ans de la fondation de l’institution par Louis XIV et celui des trente ans de la salle de Bastille. Avec pour l’occasion de grandes partitions et de non moins grandes distributions.
 

Le 29/01/2017
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières chroniques

  • Jean-Claude Malgoire, vrai musicien polyvalent

  • Platée a rejoint Jupiter sur l’Olympe

  • Le Staatsoper unter den Linden rouvre ses portes

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Lancée par une présentation très complète effectuée sur scène par Stéphane Lissner, la soirée a comporté une suite de petits extraits de certaines œuvres marquantes qui seront à l’affiche lors de cette saison, le tout entrecoupé d’entretiens avec certains metteurs en scène comme Romeo Castellucci et Robert Carsen, avec le chef Philippe Jordan, avec aussi Aurélie Dupont et Mats Ek, des chanteurs comme Julie Fuchs ou Florian Sempey, le danseur Étoile Hugo Marchand, se transformant pour l’occasion en interviewers après leur propre prestation scénique. Orignal et divertissant pour un public composé de journalistes, de Grands Donateurs de l’AROP et de fidèles abonnés. On avait ratissé large mais la salle était pleine.

    Stéphane Lissner ayant souligné que cette programmation allait répondre aux diverses vocations de l’Opéra de Paris, c’est-à-dire regarder vers le passé en préservant un répertoire renouvelé souvent dans sa présentation, avec l’accent mis sur l’opéra français, vivre avec notre époque en faisant appel aux meilleurs artistes de toutes disciplines et regarder vers l’avenir avec la création et le soin porté à l’École de Danse et à l’Académie. Une nouveauté aussi : la saison est annoncée jusqu’en décembre 2019, alors que d’habitude, les programmes n’allaient pas au delà du mois de juillet.

    La reprise de la production Sellars-Viola de Tristan ouvrira la saison lyrique en septembre, suivie par une nouvelle production des Huguenots de Meyerbeer signée par Andreas Kiegenburg, dirigée par Michele Mariotti et chantée notamment par Diana Damrau, Bryan Hymel, Karine Deshayes, Ermonela Jaho et Nicolas Testé. Création mondiale ensuite de Bérénice de Michael Jarrell : mise en scène Claus Guth, direction Philippe Jordan. Une curiosité suivra, puisque la production de Benoît Jacquot de La Traviata sera reprise à Bastille alors qu’une nouvelle production du même ouvrage par Simon Stone aura lieu à Garnier en septembre 2019. Reprise de l’Élixir d’amour version Laurent Pelly puis nouvelle production de Simon Boccanegra par Calixto Bieito avec Tézier dans le rôle-titre.

    En janvier 2019, nouvelle production d’Il primo omicidio de Scarlatti mis en scène par Romeo Castellucci et dirigé par René Jacobs. Temps fort de la saison ensuite avec les Troyens de Berlioz confiés à Tcherniakov avec Bryan Hymel en Énée et Philippe Jordan au pupitre. Retour de Rusalka vue par Carsen avec Klaus-Florian Voigt, Karita Mattila et Camilla Nylund, retour aussi d’Otello selon Serban, avec Roberto Alagna et Aleksandra Kurzak en têtes d’affiche. Retour aussi de Don Pasquale dans la mise en scène de Damiano Michieletto, mais nouvelle production confiée à Warlikowski pour Lady Macbeth de Mzensk. Mi-avril reprise de Carmen selon Bieito avec Alagna et Anita Rachvelishvili, puis reprise du spectacle Iolantha-Casse-Noisette de Tcherniakov, de Tosca mise en scène par Pierre Audi avec Harteros et Kaufmann en première distribution. On retrouvera Anja Harteros en juin dans la reprise de la Force du destin version Auvray, avant une nouvelle production de Don Giovanni dirigée par Philippe Jordan, mise en scène par Ivo van Hove, avec Étienne Dupuis dans le rôle-titre.

    Après la deuxième Traviata, nouvelle production des Indes galantes, fin septembre, mise en scène de Clément Cogitore, direction Leonardo Garcia-Alarcon. En octobre, après une Carte blanche à Clémence Poésy autour des Madrigaux de Monteverdi, Barrie Kosky mettra en scène le Prince Igor de Borodine sous la baguette de Philippe Jordan (décembre), mettant un point final à cette saison anniversaire, effectivement marquée par la présence de plusieurs partitions lourdes et de plusieurs grandes voix de tout premier plan.

    Côté danse, malgré la présence à l’affiche du Lac des cygnes (Noureev), de Cendrillon (Noureev) et de la Dame aux camélias (Neumeier), c’est la modernité qui dominera avec des reprises ou créations de Naharin, Robbins, Goecke, Lidberg, Cherkaoui, Keersmaeker, Ek, McGregor, Sugimoto, Forsythe et Pite. La compagnie Martha Graham ouvrira la saison.

    S’ajoutent à cela divers concerts symphoniques et de chambre, et un grand gala des 350 ans le 8 mai ainsi que, bien sûr, les spectacles et démonstrations de l’École de Danse, à surtout ne pas manquer, tout comme les activités de l’Académie qui incarnent l’avenir et le renouveau des artistes.




    Le 29/01/2017
    Gérard MANNONI




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com