altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
22 avril 2018

Jean-Claude Malgoire,
vrai musicien polyvalent

© Danielle Pierre

Avec Jean-Claude Malgoire qui vient de mourir âgé de 77 ans, c’est l’un des ultimes représentants d’une génération généreuse en talents de musiciens polyvalents et très actifs qui disparaît. Célèbre avant tout pour avoir fondé La Grande Écurie et la Chambre du Roy, avant-garde du mouvement baroque, il avait aussi mené une carrière d’instrumentiste et de chef très diversifiée.
 

Le 16/04/2018
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières chroniques

  • Jean-Claude Malgoire, vrai musicien polyvalent

  • Platée a rejoint Jupiter sur l’Olympe

  • Le Staatsoper unter den Linden rouvre ses portes

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Monté à Paris depuis son Avignon natal, il entre en 1957 au Conservatoire National Supérieur de Musique d’où il sortira avec des Premiers prix de hautbois et de musique de chambre. Engagé à la Société des Concerts du Conservatoire, il fonde parallèlement en 1966 La Grande Écurie et la Chambre du Roy, ensemble voué à la musique baroque et jouant sur instruments anciens prêtés par la Société de musique d’autrefois fondée en 1925 par la Comtesse de Chambure, musicologue et directrice du musée d’instruments anciens du Conservatoire de Paris.

    À la tête de cet ensemble, le premier de cette sorte en France, Malgoire va révéler d’une manière toute nouvelle et d’une pureté irrésistible tout un répertoire et notamment les opéras de Haendel, avec le mémorable Rinaldo enregistré en 1975 et qui déroute la critique, soulevant autant d’enthousiasme que d’indignation.

    Nommé cor anglais solo du tout nouvel Orchestre de Paris fondé en 1967 par Charles Munch, couronné par le Concours de Genève, il ne se cantonne pas à la grande musique classique traditionnelle ni au répertoire baroque, mais s’active aussi dans le domaine de la création contemporaine, assurant par exemple la création en France de Sequentia VII de Berio et devenant aussi soliste de l’Ensemble 2e2m fondé par Boulez, tout comme Jacques Cazauran, qui avait été membre du Domaine musical fondé en 1954 par le même Boulez et qui fut contrebasse solo de l’Orchestre de Paris.

    Avec plusieurs milliers de concerts et quelque 150 enregistrements, Malgoire a ouvert la voie à une écoute nouvelle, différente, parfaitement équilibrée et sincère, extrêmement vivante d’un répertoire aujourd’hui très pratiqué et répandu, mais alors vraiment marginal sous cette approche. Il aurait aimé élargir son répertoire comme chef, mais eut la sagesse de ne pas pousser trop loin dans cette direction après une hasardeuse tentative avec Parsifal.

    D’une totale modestie, d’une jovialité et d’un humour très avignonnais, c’était un bon vivant aimant les chaleureuses conversations autour d’un bon déjeuner et dont la convivialité naturelle avait fait un remarquable pédagogue. Marié à sa collaboratrice Renée, il a transmis ce don à leur fille Florence, professeur de violon baroque au Conservatoire de Genève.

    En 1991, on lui avait confié la fondation de l‘Atelier Lyrique de Tourcoing où sa scène d’Art et d’Essai notamment permit de révéler de multiples talents dans le domaine du chant mais aussi de tous les arts de la scène. Au début des années 2000, sa Trilogie Mozart-Da Ponte a triomphé sur des très nombreuses scènes dont celle du Théâtre des Champs-Élysées à Paris.

    Tous ceux qui eurent de privilège de l’entendre en soliste garderont peut-être, outre la connaissance de cette très riche et multiple carrière, d’abord le souvenir de la sonorité incroyable, au-delà de l’humain, qu’il obtenait de son instrument, hautbois ou cor anglais, d’une lumineuse pureté, d’une souplesse bouleversante et dont pas une note, pas une inflexion, pas un phrasé n’était pas porteur d’un message qui vous allait droit à l’âme.




    Le 16/04/2018
    Gérard MANNONI




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com