altamusica
 
       aide















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CHRONIQUES
28 septembre 2021

Montpellier 2021 (2) :
De la Terre aux Cigales

© DR

La seconde journée du cycle De la Terre aux Etoiles s’intègre intégralement au Domaine d’O, sur deux scènes temporaires puis à l’Amphithéâtre d’O pour de magistrales Pleïades de Xenakis. En après-midi, Gabriel Stern puis Deborah Nemtanu et Romain Descharmes jouent sous le chant des cigales des œuvres de Beethoven, Schumann, Debussy ou Bartók.
 

Le 25/07/2021
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières chroniques

  • Montpellier 2021 (4) : De la Terre aux Étoiles

  • Montpellier 2021 (2) : De la Terre aux Cigales

  • Montpellier 2021 (3) : De la Terre aux PlĂ©ĂŻades

    [ Toutes les chroniques ]

     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)



    Envoi de l'article
    à un ami

  • Ce dimanche, les quatre concerts prĂ©vus dans le cadre du Festival Radio France Occitanie Montpellier se passent Ă  quatre kilomètres du centre, au Domaine d’O, maintenant modernisĂ© pour accueillir un amphithéâtre extĂ©rieur permanent et une grande salle, en plus des deux amphithéâtres temporaires montĂ©s exclusivement pour les concerts d’étĂ©.

    Gabriel Stern ouvre la journée à l’Amphithéâtre des Micocouliers, en plein milieu du Parc d’O et de ses cigales. Les Scènes de la Forêt de Schumann sont bien adaptées à l’atmosphère, même si l’amplification du piano ne permet pas de bénéficier parfaitement de la subtilité de jeu du jeune pianiste franco-israélien, mieux servi le lendemain par la Salle Pasteur du Corum. Pour autant, son Schumann présente un style très fin, peut-être encore trop peu nuancé, d’autant que l’artiste se montre particulièrement avare en pédale una corda, mais au moins d’un traitement sans le moindre effet.

    Le Jagdlied en fin d’ouvrage présente quelques accrocs mais Abschied retrouve une forme exemplaire autant qu’une belle émotion contenue. Les Nuages gris de Liszt sont enchaînés directement avec les quelques extraits des Préludes de Debussy, belle idée quand on sent déjà chez Liszt l’utilisation d’un thème naturel pour simple inspiration à une partition, à l’instar de Turner en peinture juste avant l’arrivée des impressionnistes. Debussy passionne alors par la clarté du toucher, notamment dans Ondine puis Ce qu’a vu le vent d’ouest. Le Courlis cendré, extrait du Catalogue d’oiseaux de Messiaen, intéresse tout autant par la palette de couleurs du pianiste, pendant tout le concert sans partition.

    Trente minutes de pause permettent au public de se désaltérer, puis de reprendre une place sur les mêmes gradins, cette fois afin d’assister au duo violon-piano de Deborah Nemtanu et Romain Descharmes. A notre place, l’amplification se faisait trop au bénéfice du violon, par ailleurs légèrement détimbré, d’une couleur presque tzigane, très bien adaptée à L’Aurore d’Ysaÿe, jouée sur fond tribal avec au loin la répétition des percussions du concert du soir.

    Les Six danses roumaines de Bartók attirent en fin de programme par la sonorité de l’instrument et le jeu libre de la violoniste, très complice avec Romain Descharmes. Juste avant, le pianiste jouait seul les superbes Paysages de Charbrier, compositeur délaissé aujourd’hui, mais qui avait fasciné la nouvelle garde française à l’époque, notamment Debussy et Ravel. En première partie comme en bis sont joués des extraits des Danses champêtres op. 106 de Sibelius, que l’on regrette de ne pas avoir eues au complet, puisque le cycle ne dure qu’une quinzaine de minutes.

    La très célèbre Sonate n° 5 de Beethoven étale au milieu du programme un jeu dynamique de la part des deux artistes, très inspirés dans un Scherzo plus latin que germanique par sa liberté, tandis que le Rondo s’accorde à trouver toute l’allégresse demandée. Mentionnons également le travail de la tourneuse de page, qui se sera battue tout le concert avec le vent pour réussir à maintenir du mieux possible la partition du pianiste.




    Auditorium des Micocouliers, Château d’O
    15h30 :
    Robert Schumann (1810-1856)
    Waldszenen, op. 82
    Franz Liszt (1811-1886)
    TrĂĽbe Wolken S.199
    Claude Debussy (1862-1918)
    Préludes, livres I & II ; extraits
    Olivier Messiaen (1908-1992)
    Le Courlis Cendré (Catalogue d’Oiseaux)
    Gabriel Stern, piano

    17h :
    Jean Sibelius (1865-1957)
    Danses ChampĂŞtres, op. 106 (extraits)
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Sonate n° 5 en fa majeur op. 24, « Le Printemps »
    Emmanuel Chabrier (1841-1894)
    Paysages (Pièces pittoresques)
    Eugène Ysaÿe (1858-1931)
    Sonate pour violon n° 5 « L’Aurore Â»
    BĂ©la BartĂłk (1881-1945)
    Six Danses roumaines, Sz 56
    Deborah Nemtanu, violon
    Romain Descharmes, piano




    Le 25/07/2021
    Vincent GUILLEMIN




      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com