altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 septembre 2019

Concert du Gustav Mahler Jugend Orchestra sous la direction de Mariss Jansons.

Orchestre en bas âge,
pianiste au bel âge

© Decca classics

Une tournée printanière ramène à Paris le Gustav Mahler Jugend Orchestra cuvée 2001, sous la férule, cette fois, de Mariss Jansons. Il faut avoir moins de 26 ans pour faire partie de cette formation dont l'enthousiasme est déjà un bonheur pour l'auditeur. Que cette allégresse prenne parfois des allures un peu démonstratives n'a rien d'étonnant.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 09/04/2001
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

  • Salzbourg 2019 (7) : Diablement drĂ´le

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D'entrĂ©e, le Gustav Mahler Jugend Orchestra (GMJO) se lance Ă  corps perdu dans une Ă©blouissante ouverture d'Euryanthe de Weber dont les premières phrases pourraient, sans rien perdre de leur ardeur, ĂŞtre moins bousculĂ©es.

    La tension baisse un peu dans le concerto pour piano de Robert Schumann. Mais il est vrai que Radu Lupu ne recherche jamais le spectaculaire et que son apparente désinvolture ne sert qu'à mieux cerner le trouble de ces pages, grâce à une sonorité pleine, riche, lumineuse, à un phrasé parfaitement délié, à un jeu qui, même dans les plus fougueux élans, conserve un minimum de distance.

    Au-delà de toute virtuosité, Lupu impose un Schumann rayonnant et conquérant. Et lorsqu'en bis il offre l'Adieu qui conclut les Scènes de la forêt, c'est avec la salle entière qu'il partage sa rêverie.

    L'entracte passé, il faut redescendre sur terre, encore que les éblouissantes couleurs déposées par Ravel sur les Tableaux d'une exposition de Moussorgski ouvrent grand les portes d'un monde onirique et séduisant dont Mariss Jansons, habile conteur, possède la plupart des clés.

    Menant ses troupes d'une poigne souriante, il leur permet de brosser chaque Ă©pisode avec un Ă©clat presque trop soutenu ; tous les pupitres s'en donnent Ă  coeur joie et les vents n'ont aucune peine Ă  se faire remarquer.

    Les bis sont généreux. Les cordes donnent une couleur nostalgique et feutrée à la célébrissime Valse triste de Sibélius, l'orchestre dans son entier fait un sort à la Mort de Tybalt du Roméo et Juliette de Prokofiev enlevée avec un sens théâtral exacerbé et bien peu émouvante tant la performance l'emporte sur la musique.

    Mais le public est ravi, et ce léger péché de jeunesse est vite pardonné. En août et septembre prochains, Richard Strauss et Gustav Mahler seront au programme de GMJO, avec Ivan Fischer et Franz Welser-Möst, de Bolzano à Athènes, en oubliant, hélas, Paris.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 09/04/2001
    Michel PAROUTY

    Concert du Gustav Mahler Jugend Orchestra sous la direction de Mariss Jansons.
    Weber : Ouverture d'Euryanthe
    Moussorsky-Ravel : Tableaux d'une exposition
    Robert Schumann. : concerto pour piano
    Gustav Mahler Jugend Orchestra
    direction Mariss Jansons
    Radu Lupu (piano)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com