altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 mai 2018

Zubin Mehta dirige l'Orchestre Philharmonique de Vienne au Théâtre des Champs-Élysées.

Mehta en veine chorégraphique
© Sony

Entendre deux fois le Philharmonique de Vienne dans la même saison, c'est incontestablement une chance pour les Parisiens. Avec Zubin Mehta à sa tête, c'est avec un programme à dominante germanique mâtiné de musique slave que l'orchestre a ajouté une pierre de plus à une gloire aussi légendaire que méritée.

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 24/04/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Un vrai ténor français

  • Étincelant et superficiel

  • Werther en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le Philharmonique de Vienne reste, avec une constance remarquable, l'un des meilleurs orchestres du monde. Si Zubin Mehta est, lui, beaucoup plus inégal, le programme du 24 avril dernier semblait plutôt bien lui convenir, même si la Symphonie inachevée de Schubert qui débutait le concert ne semblait pas idéale.

    Malgré la qualité sonore et phrasé fabuleux des cordes, en particulier des violoncelles, il ne semble pas que Mehta soit allé vraiment au plus profond de cette partition si lourde d'implications psychologiques et même psychanalytiques, puisque son thème principal n'est autre que celui du Lied Der Zwerg, où un nain affreux étrangle par excès d'amour la belle reine qu'il aime. Manque de nuances, de couleurs et drame. Une interprétation honnête sans plus.

    En revanche, la Symphonie de chambre n°1 de Sch?nberg et la Quatrième Symphonie de Tchaïkovski, malgré tout ce qui les sépare (en apparence au moins) furent magistralement mises en valeur. Il ne doit guère être possible de mieux démontrer la subtilité d'écriture de Sch?nberg pour ces quinze instruments traités à la fois de manière si homogène et si individuelle. Mehta a réussi le prodige d'être aussi analytique que Boulez tout en étant manifestement mais plus chaleureux et ouvertement post romantique.

    Quant à Tchaïkovski, c'est lui rendre le plus bel hommage que de traiter sa symphonie à l'égal des plus grandes pages de Beethoven, Brahms ou Schubert. Mehta évite tout le côté " décoratif " que l'on prête trop souvent à cette partition au bénéfice d'une intériorité toute de lyrisme contenu. Les deux mouvements lents initiaux, une singularité de la partition, constituèrent un miracle d'équilibre entre les vents et les cordes, avec une petite harmonie qui tresse véritablement de la dentelle.

    Manifestement, Mehta a traité cette oeuvre comme de la musique de ballet, sa chorégraphie orchestrale était le meilleur service à rendre à Tchaïkovski.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 24/04/2001
    Gérard MANNONI

    Zubin Mehta dirige l'Orchestre Philharmonique de Vienne au Théâtre des Champs-Élysées.
    Schubert : Symphonie inachevée
    Sch?nberg : Symphonie de chambre n°1
    Tchaïkovski : Quatrième Symphonie
    Orchestre Philharmonique de Vienne
    Zubin Mehta, direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com