altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 juillet 2020

Concert de l'Orchestre de Paris dirigé par Christoph von Dohnany avec la contralto Nathalie Stutzmann.

Dohnany dirige
en basse lumière

Après plusieurs rendez-vous manqués, les Parisiens ont pu enfin entendre Christoph von Dohnany à la tête de l'Orchestre de Paris. Au programme, les Kindertotenlieder de Mahler, avec Nathalie Stutzmann, ainsi que des oeuvres de Lutoslawski et Brahms. Des pages aux dominantes sombres auxquelles le chef a su donner un éclairage en basse lumière.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 25/04/2001
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

  • R√©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les partitions de Musique Fun√®bre de Lutoslawski et des Kindertotenlieder de Mahler sont aussi sombres et tragiques l'une que l'autre, √† l'inverse de la robuste Premi√®re Symphonie de Brahms qui achevait ce concert. Sur ces trois oeuvres, le chef allemand Christoph von Dohnany semble pos√© un regard de compositeur tant sa lecture s'est r√©v√©l√©e analytique.

    C'est avec une rigueur implacable, des attaques incisives, des pupitres tranchés et un éclairage vif-argent que Dohnany s'est attaqué à la composition du Polonais, lequel rendait d'ailleurs un bel hommage à Bartok avec le même mélange de sévérité et de luxuriance, de phrases chantournées et de verve rythmique.

    En revanche, ce relief se fait beaucoup plus discret dans les Kindertotenlieder, abord√©s dans un esprit de musique de chambre. La palette de nuances est plus resserr√©e, dans une gamme riche en demi-teintes, la texture symphonique est plus feutr√©e et la voix fondue dans l'orchestre. La contralto Nathalie Stutzmann retient sa puissance, mais jamais au d√©triment du timbre qui associe transparence et rondeur, m√™me si la voix manque parfois de justesse dans les crescendo. N√©anmoins, on ne peut qu'√™tre s√©duit par le ton de r√©signation comme de supplication qu'elle met dans ces vers de R√ľckert.

    Quant à la Première Symphonie de Brahms, massive et tendue, d'une densité d'écriture peu ordinaire, Dohnany tente d'alléger ce monument quasi beethovénien par une lecture privilégiant l'articulation et l'ossature. Les cordes sont déliées, les contours mélodiques ourlés, les timbres différenciés. Avec davantage de contrastes dynamiques, Dohanny aurait sans doute augmenté le relief, mais au détriment de l'homogénéité orchestrale. Or celle-ci était manifestement le garant de ce climat si sombre qui collait parfaitement à l'atmosphère chargée de l'oeuvre. Dans le dernier mouvement, l'Orchestre s'allégea pour triompher dans une tonalité majeure rutilante éblouie de cuivres. Ouf, la lumière était enfin revenue




    Salle Pleyel, Paris
    Le 25/04/2001
    Pauline GARAUDE

    Concert de l'Orchestre de Paris dirigé par Christoph von Dohnany avec la contralto Nathalie Stutzmann.
    Lutoslawski : Musique Fun√®bre ¬ďIn memoriam B√©la Bartok¬Ē
    Mahler : Kindertotenlieder
    Brahms : Symphonie ¬į1
    Orchestre de Paris
    Christoph von Dohnany, direction
    Nathalie Stutzmann, contralto

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com