altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 novembre 2018

Concerti grossi de Haendel par Marc Minkowski et ses Musiciens du Louvre au Théâtre de Poissy.

Un héros bien défendu

Entre deux représentations (très contestées pour leur mise en scène) d'Ariodante au Palais Garnier, Marc Minkowski et ses Musiciens du Louvre se sont retrouvés au Théâtre de Poissy pour une soirée purement instrumentale dédiée aux concerti grossi du même Georg Friedrich Haendel.
 

Théâtre municipal, Poissy
Le 11/05/2001
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tout en finesse

  • Couple enchanté

  • Du gris terne au rose bonbon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les concerti grossi de Haendel sont regroupés dans deux recueils, l'opus 3 publié en 1734 et l'opus 6 édité en 1739. Si le caractère presque intégralement autoparodique de l'opus 3 recycle un matériau largement utilisé auparavant dans les ouvrages lyriques du compositeur, ce n'est plus le cas dans l'opus 6 où l'inventivité et l'audace de Haendel sont bien supérieures, et où le Saxon semble bel et bien se mesurer aux noms illustres de Corelli, Vivaldi ou Geminiani.

    Après un magistral enregistrement de l'opus 3, on attendait avec impatience les Musiciens du Louvre dans ce qui constitue le sommet de la musique orchestrale de Haendel. Au Théâtre de Poissy, Marc Minkowski a opéré une sélection minutieuse, réalisant un programme apte à mettre en valeur son instinct théâtral et les possibilités de son orchestre.

    D'emblée, l'apport du chef français, ici comme dans les opéras, est évident : là où un Hogwood ou un Christie cultivaient essentiellement l'hédonisme sonore et l'aspect festif, Marc Minkowski se souvient des origines lyriques de cette musique et lui insuffle une dimension impact dramatique impressionnante, sans sacrifier pour autant le sens du détail.

    La matière orchestrale des Musiciens du Louvre est toujours aussi enivrante, grâce à des cordes graves particulièrement plantureuses, splendides par exemple dans le Concerto n°11, le plus créatif de tous. La discipline d'ensemble est bien sûr irréprochable, la clarté des pupitres l'est tout autant. Face à une telle richesse, dans le son comme dans les couleurs, le concertino a fort à faire.

    Les parties de violon solo ont été réparties entre des membres essentiels de l'orchestre, à savoir Anton Steck, Florian Deuter et Nicolas Mazzoleni, les passages les plus virtuoses, notamment le Concerto n°11, revenant cependant à Anton Steck, premier violon des Musiciens du Louvre. Sans nullement démériter, les solistes ont parfois paru débordé par le tutti orchestral, faute d'une plénitude réelle dans leur sonorité, et d'une variété suffisante dans l'archet.

    En outre, dans ses interventions certes périlleuses, Anton Steck s'est ponctuellement battu avec une intonation imprécise. Réserves minimes cependant, tant il est clair que l'orchestre tient le premier rang pour défendre son meilleur héros : Haendel.




    Théâtre municipal, Poissy
    Le 11/05/2001
    Yutha TEP

    Concerti grossi de Haendel par Marc Minkowski et ses Musiciens du Louvre au Théâtre de Poissy.
    Georg Friedrich Haendel
    Concerti grossi op. 6, n°1, 6, 2, 11, 10 & 5
    Les Musiciens du Louvre-Grenoble
    Marc Minkowski, direction
    Concertino : Anton Steck, Florian Deuter, Nicolas Mazzolini (violons), Guido Larisch (violoncelle), Céline Frisch (clavecin & orgue), Pascal Monteilhet (luth).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com