altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 octobre 2020

Concert de création contemporaine par l'Orchestre National de France dirigé par Luca Pfaff.

√Čchos de paradis perdus
© Eric Sebbag

Le violoncelliste J√©r√īme Pernoo.

Deux créations mondiales plus une des pages les plus marquantes de Scelsi, l'Orchestre National de France avait fort à faire samedi : entre Shuya Xu et Gilles Tremblay, les amateurs de musique vivante et d'exotisme étaient à la noce. Nostalgie de pays des merveilles.
 

Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
Le 19/05/2001
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint Fran√ßois SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant G√∂rge‚Ķ

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Attaquer Nirvana de Shuya Xu sous pr√©texte qu'il joue un peu trop sur la corde sensible serait aussi absurde que de reprocher √† Scelsi de ne s'occuper que de son. Derri√®re ses crescendo orchestraux et ses r√©f√©rences √† la musique populaire tib√©taine, il y a bien plus qu'un simple jeu d'imitation confortable ou une succession d'effets. Nirvana semble, en effet, charg√© d'un mysticisme authentique qui lui donne une force peu commune.

    Cette culture n'√©tant pas la n√ītre, ses codes nous √©chappent-ils¬†? Sans doute. Mais le regard que l'auteur lui porte a quelque chose d'universel parce qu'il est fait d'une nostalgie dont on conna√ģt tous les effets. De ce point de vue, Nirvana, porte bien son nom en ce qu'il renvoie immanquablement √† l'id√©e de perte (le paradis dans notre civilisation jud√©o-chr√©tienne), avec ce que cela suppose de m√©taphores personnelles, de souvenirs et de m√©lancolie.

    L'oeuvre de Gilles Tremblay (Les pierres crieront) a beau faire r√©f√©rence √† la mystique occidentale (L'√©vangile selon saint Luc) et puiser son inspiration dans la culture orientale (le chant des moines cor√©ens du monast√®re de Sae Chol est √† l'origine de la pi√®ce), elle poss√®de curieusement un c√īt√© terrien et ludique auquel on peut se raccrocher faute d'√™tre captiv√©. Son √©criture originale offre aussi un bel espace de jeu au violoncelliste et l'on doit dire que J√©r√īme Pernoo a fait des miracles, √† l'exemple d'ailleurs l'ensemble des musiciens.

    C'est finalement le travail de Scelsi qui renvoie le plus à celui de Shuya Xu, bien que, sur un plan formel, Aiön n'ait à peu près rien de commun avec Nirvana. Mais l'exploration de la matière sonore que le compositeur italien réalise dans ces pages orchestrales débouche sur un univers atemporel, un espace mouvant sans début ni fin dans lequel on rêve de se perdre. Assez curieusement, la matérialisation de cet espace sonore suscite lui aussi une formidable nostalgie. Celle d'un paradis perdu peut-être.




    Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
    Le 19/05/2001
    Mathias HEIZMANN

    Concert de création contemporaine par l'Orchestre National de France dirigé par Luca Pfaff.
    Scelsi : Aiön
    Shuya Xu : Nirvana
    Gilles Tremblay : Les pierres crieront
    Orchestre National de France
    direction : Lucas Pfaff
    J√©r√īme Pernoo¬†: violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com