altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 octobre 2020

Récital de la violoncelliste Anne Gastinel avec le pianiste François-Frédéric Guy au Théâtre du Châtelet.

La grammaire du tourment et de l'ivresse
© Maxime Deressy

Anne Gastinel appartient à cette catégorie d'instrumentistes que l'on découvre à chaque concert. Pour son dernier passage au Théâtre du Châtelet, en compagnie du pianiste François-Frédéric Guy, la violoncelliste avait choisi d'exercer son archet clairvoyant dans un programme Brahms et Chostakovitch.

 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 20/05/2001
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint François SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant Görge…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le regard Ă  l'exaltation juvĂ©nile d'Anne Gastinel ne laisse pas deviner la sonoritĂ© profonde et brillante dont son archet est capable. Avec son legato d'une intensitĂ© presque jamais dĂ©mentie (si ce n'est par un lĂ©ger manque de ferveur dans Allegro Passionatode la Sonate de Brahms), ce que l'on admirera le plus est son archet tirĂ© au maximum (les deux Largos), le vibrato serrĂ©, et les notes les plus piano dont la consistance est inouĂŻe.

    Mais l'artiste possède également une articulation fluide, un phrasé ample et un sens de la dynamique tout en contrastes, en particulier dans le Finale de Chostakovitch. Elle sait conjuguer tourment, ivresse, nostalgie, sérénité à tous les temps de la grammaire du violoncelle.

    Avec François-Frédéric Guy, elle a trouvé un complice parfait qui ne laisse jamais monologuer. Les discours piano et du violoncelle sont à la fois fusionnels et complémentaires : le pianiste sachant pondérer les crescendo du violoncelle comme soutenir ses diminuendo ; et à l'ardeur du vibrato, des pizz et des notes piquées, il répond en variant sans cesse l'enfoncement de ses doigts dans la chair vive de son clavier.

    Dans l'Allegro non troppo de Chostakovitch, piano et violoncelle évoluent volontairement en parallèle, de façon presque monotone dans un mezza voce qui rend ces pages obscures totalement intrigantes. À l'image de ce concert trop court (11 heures un dimanche matin) pour lequel on aurait aimé avoir plus de temps pour en percer le mystère.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 20/05/2001
    Pauline GARAUDE

    Récital de la violoncelliste Anne Gastinel avec le pianiste François-Frédéric Guy au Théâtre du Châtelet.
    Brahms : Sonate n° 2 en Fa majeur
    Chostakovitch : Sonate en ré mineur
    Anne Gastinel, violoncelle
    François-Frédéric Guy, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com