altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 juillet 2020

Récital Angelika Kirchschlager au Théâtre des Champs Elysées

Angelika Kirchschlager, le chant au naturel
© Eric Sebbag

Sur scène, on ne l'entend jamais respirer. Le public lui retient son souffle, éberlué d'entendre une chanteuse qui puise directement son oxygène dans les partitions et nulle part ailleurs. Un phénomène rare dont on ne saurait manquer une bribe

 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 22/02/2000
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Moins de dix ans de carrière, et dĂ©jĂ , dans le coeur des mĂ©lomanes, d'heureux souvenirs! Angelika Kirchschlager c'est d'abord une voix de mezzo-soprano claire, longue, corsĂ©e, chaleureuse, Ă©mise et conduite sans effort apparent. C'est aussi un chant Ă  la fois pur et stylĂ©, naturel et charmant, Ă©loquent et dĂ©pourvu d'affĂ©terie et de mignardises. On s'en Ă©tait rendu compte, Ă  la scène, dans Mozart: son Sesto de la ClĂ©mence de Titus rĂ©vĂ©lait un charme et une fougue irrĂ©sistibles, sans jamais perturber une ligne musicale impeccable.

    Dans Mahler et dans Richard Strauss, la diseuse et la conteuse s'en donnent à coeur joie, avec esprit et humour. Le romantisme finissant, voire décadent, des Quatre Lieder opus 2 d'Alban Berg et évoqué par des teintes plus sombres, et un ton qui passe en quelques mesures de l'inquiétude à la véhémence. Quant aux Sept chansons tziganes de Dvorak, elles sont prétexte à des miniatures brossées avec un sens exact de la mesure et de l'effet. Quelques airs isolés les précédent, empruntés au récent récital "When night falls" paru chez Sony; Mozart, Schubert, Brahms, Copland et une berceuse américaine voisinent en harmonie dans cette brève promotion d'un disque exceptionnel. Helmut Deutsch, au piano, et le complice idéal, maître des couleurs vives et des nuances les plus douces, à l'image de celle qu'il accompagne.

    Angelika Kirchschlager, que nous retrouverons bientôt à Bastille dans Nicklausse des Conte d'Hoffmann, a désormais prouvé son talent dans le domaine de l'opéra et dans celui, ô combien plus difficile, de la mélodie. On peut être sûr qu'une très grande carrière s'ouvre devant elle.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 22/02/2000
    Michel PAROUTY

    Récital Angelika Kirchschlager au Théâtre des Champs Elysées
    Helmut Deutsch (piano).
    ÂŚuvres de Mahler, Berg, Schubert, Dvorak, Brahms, Copland

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com