altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2020

Hommages à Ligeti et Kurtag à la Maison de Radio-France.

Ligeti et Kurtag avec les moustaches de la Joconde
© Harmonia Mundi

Le pianiste Florent Boffard.

Samedi dernier, Radio-France faisait fête à deux compositeurs clés de la création contemporaine : Ligeti et Kurtag. Pour allumer les bougies, les pianistes Pierre-Laurent Aimard et Florent Boffard épaulés des percussionnistes Michel Cerutti et Daniel Ciampolini ont déballé un impressionnant instrumentarium.
 

Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
Le 09/06/2001
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre‚Ķ

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumi√®res

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Sur sc√®ne, un pianino √† super sourdine, un cymbalum, une d√©bauche de cloches, un vibraphone, des marimbas et quatre m√©tronomes vivants pour les dompter. On attaque d'entr√©e avec Cloches III de Donatoni, une courte pi√®ce, cisel√©e dans le mat√©riau brut des bois, des peaux et des m√©taux, qui semble avoir accord√© toutes ses chances d'intervention au hasard dans le processus de l'√©criture.


    Les deux pianos frappent en accords secs, fr√īlent les percussions avec la volubilit√© d'un mouvement perp√©tuel, jusqu'√† l'entr√©e des cloches qui les contient dans un jeu fascinant d'√©chos, et les fait imperceptiblement converger vers la fusion parfaite des timbres. Les partitions jonchent le sol, Pierre-Laurent Aimard s'adresse au public pour annoncer que les cloches reviendront en fin de programme, moins discr√®tes, franchement spectaculaires, dans l'oeuvre de Schoeller.

    En attendant, Hommage √† Kurtag, avec un " am√©nagement de pi√®ces br√®ves " plac√©es sous le signe du cymbalum (hongrie oblige), du piano √† deux ou quatre mains, et du piano : 17 miniatures, songeuses et intenses, √† la limite du silence, comme des fragments de m√©moire ressurgi, o√Ļ passent une petite valse, le souvenir des amis disparus (Gy√∂rgy Sebok, Anatol Vieru), des anniversaires (Andras Hajdu, Alfred Schlee), des d√©dicaces (√† Marta Fabian, √† Christian Wolff), une myst√©rieuse petite phrase d√©clin√©e en 7 tons sur les touches blanches : " L'homme est une fleur
     "
    De la poésie brute.

    " J'aime la timidit√© de Kurtag " √©crit Ligeti, " son attitude introvertie, son absence totale de vanit√© ou de pr√©somption, et la complexit√© de son apparente simplicit√©. " Encha√ģnement providentiel et retour de politesse : Hommage √† Ligeti pour la pochette surprise de la soir√©e. L'id√©e est de faire la f√™te au compositeur en convoquant des musiques et des musiciens avec lesquels il a partag√©, √† divers moments de sa vie, le m√™me int√©r√™t pour les polyrythmies et les transformations du mat√©riau sonore.

    Steve Reich et son c√©l√®bre Clapping music: quatre minutes minimalistes pour huit mains, claquant sur des rythmes diaboliquement contrari√©s. Irresistible ! Un dr√īle de petit po√®me de chambre (anonyme, mais personne ne s'y trompe, Ligeti y avait d√©j√† pens√©) : une m√™me note pour huit doigts, jou√©e dans des tempi diff√©rents. Une merveille d'ostinato √† vous vriller les nerfs, mais de l'horlogerie fine.


    La matière est sacrée, le silence est sacré

    Deux √©tudes de Colon Nancarrow, compos√©es sur son instrument f√©tiche, le piano m√©canique, mais arrang√©es pour deux pianos " normaux " : deux exercices de style sur cartons perfor√©s, qui creusent la texture du son et troublent sans arr√™t le tempo. Aucun r√©pit pour les interpr√®tes. Et Ligeti, bien s√Ľr : F√®m, un joyeux combat √† la loyale entre le piano et la percussion, Fanfares, une √©tude psych√©d√©lique pour piano et vibraphone, d'une virtuosit√© d√©lirante, affolante.

    En prime, Ligeti offrait au petit groupe un Canon d'une telle science contrapuntique dans ses jeux de vitesse que la perception en √©tait compl√®tement d√©stabilis√©e. L'objectif √©tait atteint. Les grincheux parleront d'irrespect. Mais attention, la musique contemporaine n'est jamais aussi s√©rieuse que lorsqu'elle d√©cide de s'amuser un peu. Apr√®s tout, il n'y a pas qu'√† la Joconde qu'il est permis de mettre une paire de moustaches !

    Sur le plateau, le dispositif s'√©largit et l'on d√©couvre les puissantes cloches Grassmayr promises pour la cr√©ation de Cosmos de Philippe Schoeller et surplombant les claves, le xylophone, les carillons, les cloches √† vache, et les deux pianos face √† face. " La mati√®re est sacr√©e, le silence est sacr√© ", proclame le compositeur. On comprend que le silence se m√©rite pour une telle partition d√©di√©e √† Tenzin Gyatso, XIVe Dala√Į-Lama en exil du Tibet, et suscit√©e par Thomas Grassmayr, homme de grande spiritualit√© et accessoirement directeur de la fonderie du m√™me nom.

    " J'avais souhait√© que Cosmos soit le pr√©lude √† un concert spirituel dont la cloche serait le symbole universel, mais sans ostentation, sans monumentalit√©." Et il est juste de dire que l'on assiste moins √† un c√©r√©monial qu'√† une tentative de lib√©ration des √©nergies en fusion dans chacun des instruments, s'organisant et progressant dans un flux continu de tension et de d√©tente, vers une sonorit√© de " cloche en soi ", jusqu'au final o√Ļ les deux Grassmayr sonnent et r√©sonnent dans une coda th√©√Ętrale et somptueuse. Formidable performance pour quatre gar√ßons d√©cid√©ment port√©s par le vent de la modernit√©.




    Salle Olivier Messiaen - Maison de la Radio, Paris
    Le 09/06/2001
    Françoise MALETTRA

    Hommages à Ligeti et Kurtag à la Maison de Radio-France.
    Franco Donatoni (1927-2000)
    Cloches III pour 2 pianos et percussions

    Hommage à György Kurtag (1926)
    Eclats 1,2,3 pour cymbalum
    In memoriam György Sebok pour piano à 4 mains
    Valse de Jànos Pilinsky pour deux pianos
    Päan, pour Agathe et Gerhard pour piano

    et encore des mots pour Anatol
    En mémoire d'Anatol Vieru
    pour pianino
    Face à Face, in memoriam Jànos Demeny pour piano
    Hommage à Ferenc Besényl pour pianino
    Versetto : Dixit Dominus ad Noe
    pour piano
    Hommage à Hanny Brunner-Pohl pour pianino
    Sir√®nes du d√©luge (en attendant No√ę) pour piano
    L'homme est une fleur pour pianin
    Dialogue pour le 70e anniversaire d'Andras Mihaly, ou comment répondre aux quatre mêmes sons avec trois seulement pour piano et pianino
    Antiphonie en fa dièse pour piano et pianino
    Hommage à Christian Wolff (dans un demi-sommeil) pour piano et cymbalum
    Andras Hajdu a 60 ans pour piano, pianino et cymbalum
    Aus der ferne, pour le 80e anniversaire d'Alfred Schlee pour piano et cymbalum

    Hommage à György Ligeti (1923)
    Ligeti : Canon (création française) pour piano
    Steve Reich (1936) : Clapping musicpour 2 exécutants
    Ligeti: F√©m (Etude n¬į¬†8 pour piano, version ludique et irrespectueuse pour piano et percussion)
    Colon Nancarrow (1912-1997)¬†: Etudes n¬į¬†4 et n¬į¬†1 pour player piano (arrang√©es pour 2 pianos)
    Anonyme : Petit poème de chambre pour huit métronomes humains (d'après le Poème symphonique pour cent métronomes de Ligeti)
    Ligeti¬†: Fanfares (Etude n¬į¬†4 pour piano, version barocco-psych√©d√©lique pour piano et vibraphone)

    Philippe Schoeller(l957
    Cosmos pour deux pianos et percussions (1997) (création française)

    Pierre-Laurent Aimard et Florent Boffard, pianos
    Michel Cerutti et Daniel Ciampolini, percussions

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com