altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 31 octobre 2020

Concert de clôture du cycle de clavecin à la Comédie des Champs-Élysées.


La règle est de plaire
et de toucher

© Christophe Dandoy

François Couperin a-t-il trouvé l'un de ses meilleurs défenseurs de sa musique de clavecin en la personne de Christophe Rousset ? L'auteur d'une intégrale remarquée chez Harmonia Mundi et par ailleurs fondateur des Talens lyriques divise la rédaction d'Altamusica.
 

Comédie des Champs-Elysées, Paris
Le 11/06/2001
Jacques DUFFOURG
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint François SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant Görge…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Au sein d'une discographie déjà pléthorique, l'interprète a souvent servi François Couperin ; entre autres Leçons de Ténèbres, Petits Motets, Livres de clavecin
    Mais faut-il tirer le François si composite des Ordres vers l'apparat (relatif) des monuments pour orgue que sont les Messes, par exemple, ou vers le registre très intérieur des Leçons ?

    Attentif aux influences italiennes qui se font jour dans le Cinquième, Rousset choisit avec élégance et raffinement la première option. Virtuose reconnu, plasticien émérite, architecte habile, il élève au plus notoire des créateurs de la lignée un mausolée splendide, aux multiples moirures, avec de merveilleuses attaques (Deuxième Ordre), un sens du rythme sans faille


    Mais la lecture reste un rien carrée et systématique. Sans doute trop de volonté de danser et faire danser, ce qui dessert l'esprit introspectif d'une musique dont les fréquents accès de nostalgie accompagnent si bien la fin du règne du Roi Soleil.

    De l'oeuvre souvent dissonante et anxieuse du précurseur Louis, Christophe Rousset donne une lecture marmoréenne, quoiqu'emprunte d'une once de mélancolie. La Suite reste cependant austère ; la fameuse Pavane en fa dièse mineur n'a pas le sombre rayonnement qu'un Leonhardt lui octroyait dans cette même salle, voici quelques mois déjà.

    " La principale règle est de plaire et de toucher ", écrit Racine, peu après la mort de Louis Couperin, dans sa préface de " Bérénice ". Sur le premier point au moins, et avec un seul bis, Christophe Rousset a réussi le sans-faute.

    Lire aussi l'avis plus favorable de Philippe Kalman




    Comédie des Champs-Elysées, Paris
    Le 11/06/2001
    Jacques DUFFOURG

    Concert de clôture du cycle de clavecin à la Comédie des Champs-Élysées.
    Louis Couperin, Suite en fa Majeur, Prélude, Allemande, Courante, Sarabande, Branle de Basque, Chaconne, Tombeau de Blancrocher
    François Couperin, Extraits du 2ème Ordre en ré mineur (1er Livre, 1713), Les Idées Heureuses, Courante I/II, Sarabande La Prude, La Florentine, La Garnier
    Louis Couperin, Pavane en fa dièse mineur
    François Couperin, 5ème Ordre (1er Livre 1713), Allemande La Logivière, Courante I/II, Sarabande La Dangereuse, Gigue, La Tendre Fanchon, La Bandoline, Les Agrémens, Les Ondes.
    Christophe Rousset, clavecin Ruckers-Hemsch d'Anthony Sidey.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com