altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2018

Attilia de Verdi

Attila enflamme le théâtre de Gênes

S'il est question d'Attila de Verdi, les versions de Nello Santi restent des modèles de concision, de force et d'élégance. Néanmoins, Maurizio Benini à Gênes a su magnifier la partition en révélant toutes les ambitions qui aboutiront au chef-d'oeuvre qu'est Macbeth.
 

Teatro Carlo Felice, Gênes
Le 25/01/2000
Francesco Maria COLOMBO
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pier Luigi Pizzi a toujours fait preuve d'une dilection particulière à l'égard des oeuvres du premier Verdi. La production d'Attila donnée à Gênes le confirme. Un décor unique, tantôt caverne, tantôt camp militaire en plein air, tantôt salle d'une forteresse en ruine, donne la ligne directrice de sa vision. Le spectacle, sans cesse léché d'incendies, de lueurs inquiétantes, de nuages d'or et de pourpre antique, est admirable : sur un fond noirâtre où ressort à la perfection l'intensité dramatique des personnages imaginés par le jeune Verdi, se détache la nature enflammée et immédiate de la musique d'Attila. Pizzi fait une fois encore la démonstration de ce que sont le professionnalisme et le respect du texte.
    Pris entre le péril de la rudesse et celui de l'analyse excessive, c'est une entreprise ardue pour un chef d'orchestre que de saisir l'exacte dimension stylistique de cet opéra. Maurizio Benini y réussit néanmoins l'épreuve. Son approche rythmique impétueuse et bondissante ne l'empêche pas de suivre une souple ligne et mélodique. Sous sa direction, le chant est toujours soutenu et le drame se développe sans temps mort.
    De la distribution, on distingue d'abord le timbre noble et la technique remarquable de Carlo Colombara (Attila). Chez lui, cependant, la finesse de la ligne porte légèrement ombrage à la puissance rhétorique. Michèle Crider est une belle Odabella : elle a les moyens du soprano dramatico spinto. Mais c'est Stefano Antonnuci dans le rôle Ezio qui a paru le plus convaincant : son phrasé est chaleureux, intense et imposant.




    Teatro Carlo Felice, Gênes
    Le 25/01/2000
    Francesco Maria COLOMBO

    Attilia de Verdi
    Verdi, Attila
    Direction : Maurizio Benini
    Mise en scène, décors et costumes : Pier Luigi Pizzi
    Avec Carlo Colombara (Attila), Michèle Crider (Odabella), Stefano Antonnuci (Ezio), Fabio Sartori (Foresto).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com