altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2020

Nouvelle production d'Otello de Verdi à l'Opéra de Nantes

Otello sauvé
à la force du gosier

© Op√©ra de Nantes

Ann√©e Verdi oblige, quel th√©√Ętre cette saison n'a pas honor√© le compositeur italien¬†? Mais ce ne sont pas toujours les plus nantis qui ont le mieux r√©ussi leur hommage¬†; en t√©moigne cet Otello nantais √† la mise en sc√®ne "¬†abracadabrantesque¬†" mais aux voix bien aff√Ľt√©es.
 

Opéra Graslin, Nantes
Le 10/06/2001
√Člie-G√©rard SOUQUET
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre‚Ķ

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumi√®res

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D√©cors inexistants, m√©langeant les √©poques sans aucune signification compr√©hensible¬†: meubles arts d√©co, pantalons, chemises, bottines "¬†Rangers¬†" sorties des surplus am√©ricains ou bien ensemble de cosmonautes venant tout droit d'un catalogue de vente par correspondance, lumi√®res ordinaires, quelques voiles cens√©s sugg√©rer une grande salle de r√©ception; bref, c'est tout un bric-√†-brac qui tenait lieu de mise en sc√®ne pour cette nouvelle production nantaise. Le public ne s'est pas priv√© de la tancer lors du salut final.

    Heureusement le plateau vocal a largement sauv√© la repr√©sentation. Prise de r√īle pour Micha√ęl Hayes, le t√©nor am√©ricain qui se produit pour la premi√®re fois en France donne √† son Otello une allure inqui√©tante qui souligne son irr√©pressible folie meurtri√®re. La voix est puissante, timbr√©e, sans faille¬†: son esultate a √©t√© d√©coch√© avec une vaillance qui n'√©tait pas sans √©voquer l'un de ses illustres pr√©d√©cesseurs, John Vickers.

    Desd√©mone, √©tait aussi une prise de r√īle pour la jeune Alexia Cousin. √Ä 22 ans ce soprano en pleine ascension a convaincu par sa voix pleine, soutenue et projet√©e mais capable de nuances (l'air du saule). Son interpr√©tation du personnage n'est pas effac√©e et soumise comme √† l'accoutum√©e, mais v√©h√©mente et fi√®re comme la fille d'un noble v√©nitien. Lorsque son mari va trop loin, elle commence par lui tenir t√™te puis, par amour, c√®de √† l'humiliation et finit par se mettre genoux √† terre comme il l'exige.

    Baryton-basse chantant avec autant d'aisance qu'il joue la comédie, Louis Otey sait allier la perfidie au sourire mielleux sans jamais trahir
    Iago. De son c√īt√©, le t√©nor mexicain Rogelio Marin campe un Cassio d'une grande sinc√©rit√©. Enfin l'orchestre de Nantes emmen√© par Hans Drewanz a donn√© de la partition de Verdi une lecture toute de grandeur et passion selon le souhait du compositeur. Au final, cette distribution avait largement de quoi faire oublier un autre Otello chant√© en traitre, au Ch√Ętelet en mars dernier.




    Opéra Graslin, Nantes
    Le 10/06/2001
    √Člie-G√©rard SOUQUET

    Nouvelle production d'Otello de Verdi à l'Opéra de Nantes
    Orchestre National des Pays de Loire
    Choeurs de l'Opéra de Nantes
    Direction : Hans Drewanz
    Mise En Scène : Katja Drewanz
    Décors&nbps;: Anne Neuser
    Costumes : Danielle Laurent
    Lumières : Herbert Cybulska

    Avec Micha√ęl Hayes (Otello), Alexia Cousin (Desdemona), Louis Otey (Iago), Rogelio Marin (Cassio), Catherine Zimmer (Emilia), Jacques Laingui (Lodovico), Michel Eumont (Rodrigo), Guy-Etienne Giot (Montano) et Daniel Chasseau (Un H√©raut)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com