altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 décembre 2018

Giovanna d'Arco de Giuseppe Verdi en version de concert au festival de Saint-Denis.


Retour de flammes
© Luc Jennepin

Denia Mazzola-Gavazzeni

Opéra rarement donné mais qui avait révélé la Tebaldi aux Parisiens lors d'une tournée de la Scala de Milan juste après la guerre, objet encore d'une récente production de Covent Garden avec June Anderson dans le rôle titre, Giovanna d'Arco de Verdi était l'évènement du Festival de St-Denis jeudi dernier.
 

Le 05/07/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Cette Jeanne d'Arc est certainement l'oeuvre la plus délirante de Verdi. Par son livret, tout d'abord, car on se demande pourquoi avoir choisi cette héroïne historique si c'est pour ne tenir quasiment aucun compte de ce qui en a fait une héroïne.

    La pure Jeanne vit ici une histoire d'amour chaste mais néanmoins brûlante avec le Dauphin qu'elle fait couronner et, tuée à la bataille, elle ressuscite à la scène finale pour la plus grande joie de son père qui lui en voulait beaucoup.

    La musique est une étonnante alternance de mélodies dessinées de manière fulgurante et annonçant le grand Verdi et de platitudes accablantes. Malgré tout, cette oeuvre brouillonne fleure bon le génie en herbe, et les connaisseurs y retrouvent bien des thèmes et bien des jaillissements qui seront plus tard exploités de manière plus cohérente, mais qui, déjà, ne peuvent laisser indifférents.

    Que dire alors de l'interprétation, compte tenu de l'acoustique si spéciale de la Basilique de Saint-Denis qui, comme toutes les grandes églises, amplifie les voix et brouille les orchestres et les choeurs ?

    Marco Guadarini, qui sera aussi au pupitre de la pharaonique Aïda du Stade de France à la rentrée, a mené son affaire sans traîner et avec beaucoup de clairvoyance dans les tempi et dans les accents.

    Denia Mazzola qui semble chanter absolument tout un peu partout, de Tosca à Cosi fan Tutte, a une grande voix très verdienne par nature, mais gâchée par une dureté d'émission choquante qu'accompagnent de multiples coups de glotte et des aigus systématiquement bas.

    Dennis O'Neil chante avec vaillance le difficile rôle du Dauphin vélléitaire et amoureux de la sainte, mais la vraie révélation est celle du jeune baryton Franco Vassalo qui est Giacomo, père de Jeanne. Voilà bien un authentique baryton Verdi, musical, puissant, à la voix homogène, parfaitement menée à tous égards. Lui seul aurait justifié que l'on aille rôtir jusqu'à St-Denis.




    Le 05/07/2001
    Gérard MANNONI

    Giovanna d'Arco de Giuseppe Verdi en version de concert au festival de Saint-Denis.
    Choeur de Radio-France.
    Orchestre national de France
    Direction : Marco Guadarini

    Avec Denia Mazzola (Giovanna d'Arco), Dennis O'Neil (Carlo VII), Franco Vassalo (Giacomo), Carlo Guido (Delil), Nicolas Testé (Talbot).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com