altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 août 2019

Récital Haendel par Maria Bayo

Maria Bayo, star haendelienne

On savait Maria Bayo polyvalente, mozartienne assoluta (sa Suzanne des Noces !), rossinienne (sa Rosine du Barbier) et puccinienne (Liu de Turandot, tout récemment au Liceu de Barcelone) : autant d'emplois où elle impose, outre son charisme, une présence exceptionnelle en scène, servie par une voix naturelle, sans artifice, sans faux-semblant.
 

Eglise Saint-Roch, Paris
Le 03/02/2000
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 (3) : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 (2) : Transcendant Mozart

  • Salzbourg 2019 (1) : Å’dipe par KO

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ce qu'en revanche je n'avais pas exactement mesuré, c'est que ce timbre loyal et royal entrait tout aussi aisément dans l'univers baroque, au fait de tous les pièges virtuoses induits, par exemple, par l'opéra haendélien où son intuition triomphe, surtout lorsqu'elle est confortée par un " concert " d'instruments d'époque performant.
    Echo d'un disque tout récent, le récital qu'elle vient de donner à Saint-Roch, accompagnée par l'excellent Capriccio Stravagante de Skip Sempé, se faisait l'image même du plaisir sonore, un mot qu'on tait parce qu'il fait honte dans notre société robotisée. En tout cas, Maria Bayo en est prodigue, jetant la couleur et la lumière à plein gosier, mais témoignant dans le même temps d'une délicatesse de touche extrême sans jamais appuyer sur la note, sur l'effet.
    Il s'ensuit des caractÈrisations mémorables, comme cette lecture enfiévrée et ludique empruntée à Alcina (Torna mi a vagheggiar) où son chant inondé d'une précieuse latinité fait merveille tant dans l'affetto que dans la prouesse technique (le sens de l'ornementation virtuose !). Avant de convaincre tout autant dans l'épanchement doloriste (le Lascia ch'io pianga tiré de Rinaldo ). Mais le dernier mot reste à la joie avec un aria di bravura de Jules CÈsar (Da tempeste il legno infranto) à l'admirable ligne belcantiste, au sens napolitain et baroque du terme. Du grand art et une nature lyrique comme il n'en est guère aujourd'hui.




    Eglise Saint-Roch, Paris
    Le 03/02/2000
    Roger TELLART

    Récital Haendel par Maria Bayo
    ÂŒuvres de Georg Friedrich Haendel
    Maria Bayo (soprano)
    Capriccio Stravangante
    Skip Sempé (direction et clavecin)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com