altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 octobre 2021

Récital du pianiste Eugen Indjic au festival Chopin à Paris.

Le piano sans ombre d'Eugen Indjic
© Marc Riboud

Il faudrait √™tre de bois pour r√©sister aux charmes feutr√©s de l'Orangerie du Parc de Bagatelle. Id√©al pour les soirs de vague √† l'√Ęme, le festival Chopin proposait un bain de piano rass√©r√©nant. Le 10¬†juillet dernier, le pianiste Eugen Indjic noyait de lumi√®re un programme Schumann, Henselt, et Chopin bien s√Ľr.
 

Orangerie du Parc de Bagatelle, Boulogne
Le 10/07/2001
Matthias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Vaisseau prend l'eau

  • Guillaume Tell √† distance

  • Le grand pardon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • N√© √† Belgrade mais d'origine russe et aujourd'hui citoyen am√©ricain, Eugen Indjic est l'un des √©l√®ves m√©connu d'Arthur Rubenstein, accessoirement laur√©at du concours Chopin de Varsovie en 1970. Au clavier, l'homme a du r√©pondant¬†: jeu clair, sens de la polyphonie irr√©prochable, technique impressionnante (il en faut dans les √©tudes de Henselt), bref de quoi rester surprit de sa notori√©t√© confidentielle en France.

    D'embl√©e, son jeu sensible et lyrique fait mouche dans les pi√®ces les plus intimes. Dans les Cinq Fantasiest√ľcke de Schumann, ses capacit√©s de chanteurs, la clart√© de sa conception et sa ma√ģtrise de l'√©nergie sont √©galement investies avec profit.

    Toutefois, le m√©lange de retenue et de brillant qui caract√©rise le jeu du pianiste - ou plus exactement un manque de folie soulign√© d'une sonorit√© trop claire et sans myst√®re- donnait √† ce piano toujours timbr√© quelque chose de terre √† terre, comme si le pianiste avait renonc√© aux vapeurs cr√©pusculaires des th√©√Ętres d'ombre, o√Ļ rien n'est vraiment donn√© √† voir, mais au contraire toujours puissamment sugg√©r√©.

    Pourtant, si peu que l'on se pr√™te aux malins sortil√®ges de la musique de Schumann, cette atmosph√®re √©quivoque o√Ļ la folie se dispute √† l'humour produit de tels fantasmes qu'ils obscurcissent √† peu pr√®s tout. Nul doute, en tout cas, que le texte de Jean Paul Richter, dont s'inspire le Carnaval, porte ce d√©lire hallucinatoire au plus haut point.

    Or, Eugen Indjic parvient difficilement à suggérer ce climat fantasque parce que son jeu, lumineux et transparent, oublie les fractures, les changements de climats et les sautes d'humeurs qui la parcourent.

    Dans les √©tudes trop rares d'Adolf von Henselt (une sorte d'Alkan germanique) ou dans les pages virtuoses de Chopin, on retrouve un piano tr√®s √©tincelant, plut√īt Lisztien dans les oeuvres les plus agit√©s mais aussi capable d'attendrissement et d'introspection. Pourtant, toujours pas de clairs-obscurs, √† l'√©vidence Eugen Indjic n'aime mettre son piano √† l'ombre.




    Orangerie du Parc de Bagatelle, Boulogne
    Le 10/07/2001
    Matthias HEIZMANN

    Récital du pianiste Eugen Indjic au festival Chopin à Paris.
    Adolf von Henselt¬†: √©tude n¬į¬†1 et¬†6 opus 2
    Frédéric Chopin : Barcarolle op 60, Quatre Mazurkas op. 30, Troisième Scherzo
    Robert Schumann¬†: Cinq Fantasiest√ľcke, Carnaval.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com