altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 juillet 2020

Quatrième soirée des Proms avec l'orchestre de la Radio de Stuttgart dirigé par Sir Roger Norrington.

Sir Roger promène
son orchestre allemand

© D.R.

Sir Roger Norrington (© D.R.)

La 107e édition des concerts promenades au Royal Albert Hall de Londres a commencé le 20 juillet dernier, avec l'orchestre symphonique de la BBC, dirigé par son nouveau chef Leonard Slatkin. Pour la quatrième soirée des Proms, Sir Roger Norrington présentait pour la première fois son orchestre allemand au public anglais.
 

Royal Albert Hall, London
Le 23/07/2001
Christine LETEUX
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

  • R√©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Plac√©e sous le signe d'un programme qui combinait intelligemment musique anglaise et allemande, la soir√©e commen√ßa avec l'Ouverture d'Oberon de Carl-Maria von Weber. Cet op√©ra, qui fut le dernier de son auteur, a en effet √©t√© cr√©√© √† Londres, en anglais, en 1826. L'orchestre de la Radio de Stuttgart SWR en donne une version tr√®s enlev√©e qui met en valeur les cordes et les instruments √† vents.

    Ralph Vaughan Williams succède à Weber avec une Symphonie pastorale qui ne possède guère de points communs avec celle de son illustre prédécesseur, Beethoven. Ici, l'atmosphère bucolique se charge d'une mélancolie prenante, car l'auteur composait en pensant à la Grande Guerre qu'il a vécue en tant que soldat.

    Les quatres mouvements sont tous très lents, si ce n'est une petite partie du troisième mouvement. Le premier mouvement lent renvoie une image de désolation et de solitude que renforce l'appel lointain d'une trompette. Les musiciens allemands donnent une exécution parfaitement idiomatique de cette oeuvre typiquement anglaise ; manifestement, Sir Roger semble leur avoir ouvert de nouveaux horizons depuis qu'il est leur chef principal.

    Les quelques soli requis pour l'oeuvre sont délivrés avec maestria par les différents pupitres, en particulier le périlleux solo de cor naturel durant le deuxième mouvement. En écho de l'appel de trompette du premier mouvement, on remarque dans le dernier mouvement comme une rhapsodique et lointaine voix a cappella qui lui répond par cor interposé.

    La seconde partie de la soirée fut consacrée à la grande Symphonie en ut majeur de Franz Schubert. La disposition symétrique de l'orchestre choisie par Norrington avec les violons de par et d'autre du podium et les contrebasses faisant face au chef est parfaitement conforme aux données historiques. Elle confère un relief particulièrement riche à cette symphonie des plus gaies que Schubert ait laissé.

    Norrington lui a rendu toute la fra√ģcheur et l'allant, presque √† l'image d'une valse viennoise. Apr√®s la musique minimaliste de Vaughan Williams, les musiciens de la SWR d√©montraient ainsi leur versatilit√© et leur sens du brio. De toute √©vidence, la greffe avec Norrington a pris, et leur premi√®re promenade dans les terres de leur chef m√©ritait les d√©cha√ģnements d'enthousiasme des "promers" de l'ar√®ne centrale.




    Royal Albert Hall, London
    Le 23/07/2001
    Christine LETEUX

    Quatrième soirée des Proms avec l'orchestre de la Radio de Stuttgart dirigé par Sir Roger Norrington.
    Orchestre Symphonique de la Radio de Stuttgart SWR
    Direction : Sir Roger Norrington
    avec Sybilla Rubens, soprano (Symphonie Pastorale)

    Weber Ouverture d'Obéron
    Vaughan-Williams Symphonie Pastorale No 3
    Schubert Symphonie No 9 en ut majeur, La Grande

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com