altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 février 2018

Concert de Jordi Savall à la tête de la Capella Reial et du Concert des Nations au festival de Beaune.

Un Savall très combatif
© Eric Sebbag

© Eric Sebbag

Dès que Savall est à l'affiche, Beaune a la fièvre. Echo de sa dernière aventure discographique (chez Alia Vox), le programme à l'enseigne des Batailles et Lamenti chers aux XVIe et XVIIe siècles, bruissait d'ombres et de fureurs ; avec en prime un Combat de Tancrède inédit au disque.
 

Festival de, Beaune
Le 20/07/2001
Roger TELLART
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dans ce programme, Savall et son équipe virtuose réussissent avec succès la greffe du rêve nostalgique des monodistes sur la tradition martiale développée à partir de l'archétype fameux de Clément Janequin.

    C'est le Concert des Nations qui accompagnait ici le chant des solistes, au gré d'approches mouvantes et dynamiques, où voix et instruments vivent chaque situation dans l'urgence métrique, mélodique, poétique.

    Sans doute, le Ballo Volgendo il Cielo, tiré du 8e Livre de Madrigaux de Monteverdi, déroule un texte un brin courtisan à la gloire des Habsbourg de Vienne, mais la musique y brille de mille flammes, tout en élans, en volte-face, et Savall et les siens savent comme personne l'art des couleurs et du rebond des rythmes, en éradiquant toute trace d'effort du geste allégorique.

    En symétrie, le Ballo Tirsi e Clori, écrit par le Crémonais pour la Cour de Mantoue en 1616, mêlait pareillement les incises monodiques aux grâces pastorales du choeur à 5 voix, se faisant " lieu de mémoire " idéal entre une Renaissance nostalgique d'une Arcadie mythique et une conviviale modernité.

    Et le talent du concert vocal y était au-dessus de tout soupçon, même si, dans le rôle de la nymphe soliste, le chant de la chère " Monsé " Figueras n'est plus tout à fait ce qu'il a été.

    Reste que (et comme attendu) le meilleur de la soirée tenait dans un Combat de Tancrède et Clorinde héroïque, tendu, emblématique. En fait, descente aux Enfers plutôt que combat, immergé dans le drame et l'hypnose grâce au Testo de Furio Zanasi, tout ensemble chroniqueur et officiant visionnaire.

    Pour autant, il serait injuste de ne pas lui associer les élans lyriques de la Clorinde d'Elisabetta Tiso, guerrière pugnace dans l'affrontement, mais d'une surnaturelle sérénité dans la mort. En tout cas, Beaune aura, une fois de plus, joué les initiateurs en révélant les fulgurances de ce moment d'éternité. Dans l'attente du CD qui devrait être l'un des grands bonheurs, la saison prochaine, des monterverdiens et des autres.




    Festival de, Beaune
    Le 20/07/2001
    Roger TELLART

    Concert de Jordi Savall à la tête de la Capella Reial et du Concert des Nations au festival de Beaune.
    Battaglie e Lamenti ? Claudio Monterverdi
    Ballo Volgendo il Cielo, Il Combattimento di Tancredi e Clorinda, Ballo Tirsi e Clori ; Andrea Falconiero : Passacailles, Gaillardes et Bataille de Barabbas ; Barbara Strozzi : Lamento Su'l Rodano Severo.
    La Capella Reial :
    Montserrat Figueras et Elisabeth Tiso, sopranos
    Lambert Climent, ténor
    Furio Zanasi, baryton
    Daniele Carnovitch, basse
    Le Concert des Nations, direction : Jordi Savall

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com