altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 janvier 2018

Concert Bach au festival de musique et d'art baroque en Tarentaise.

Bach prend de l'altitude
© Philippe Matsas

Concert-fleuve que celui offert à deux reprises (les 5 et 6 août derniers ) par la claveciniste Brigitte Haudebourg, entourée de l'ensemble Stradivaria du violoniste Daniel Cuiller, au festival de musique baroque en Tarentaise. Pas moins de quatre concerti de Bach et des extraits de l'Art de la Fugue.
 

Festival de Musique et d’Art Baroque en Tarentaise,
Le 06/08/2001
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • La maturité pour le clavier

  • Cenerentola chez Disney

  • Friandises de Noël

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Deux concerti pour clavecin (la majeur BWV 1055 et ré mineur BWV 1052), un concerto pour violon (la mineur BWV 1041), un concerto pour deux violons (ré mineur BWV 1043), plus de larges extraits de l'Art de la Fugue, ouf
    On a connu des programmes de concerts plus avares de chefs-d'oeuvre du Cantor.

    Au moins, cette généreuse sélection opérée par Brigitte Haudebourg et Daniel Cuiller permettaient aux solistes de démontrer toute leur dextérité (le vigoureux BWV 1042 au clavecin, à la rythmique très vivaldienne) ou leur lyrisme (le BWV 1043 pour violon).

    Les progrès accomplis en une décennie par l'ensemble Stradivaria sont manifestes : la mise en place est devenue solide et les sonorités enfin plaisantes (même si l'on peut exprimer des réserves sur la prestation du violoniste Silvio Failla, à la justesse approximative et fâché avec la cohésion d'ensemble) et la discipline soignée.

    Après des extraits de l'Art de la Fugue globalement convaincants, Stradivaria a apporté un soutien efficace car attentif aux solistes, rendant justice à l'écriture orchestrale toujours complexe de Bach.


    Pour sa part, Daniel Cuiller s'est imposé par une pureté de style indéniable, et si sa rondeur sonore et la palette des couleurs ne rivalisent pas tout à fait avec les archets plus solaires d'un Biondi ou même d'un Manze, elle est suffisante pour lui permettre des phrasés au raffinement exemplaires, notamment dans le concerto en la mineur.

    Quel dommage que cet art ait été quelque peu terni par les interventions rugueuses de Silvio Failla, dans le BWV 1043 ! Plus sonore mais dénué de toute subtilité, ce dernier s'est battu jusqu'au bout avec une intonation défaillante, sans réellement donner l'impression d'être à l'écoute de son complice.

    À Brigitte Haudebourg revenait le redoutable honneur d'aborder le déferlement de notes du concerto pour clavecin en ré mineur. Très à l'aise en première partie avec un beau concerto en la majeur (magnifique sicilienne du larghetto central tout en cantabile nostalgique), la claveciniste s'est emparée avec une fougue communicative du BWV 1052, assurant avec maestria la continuité sonore exigée par le premier mouvement, aidée en cela par le beau clavecin provenant des ateliers Dominique Laperle, sans pour autant renoncer, dans le douloureux adagio, à la souplesse et au cantabile.

    Tarentaise oblige, il plaît décidément à Bach de prendre de l'altitude.




    Festival de Musique et d’Art Baroque en Tarentaise,
    Le 06/08/2001
    Yutha TEP

    Concert Bach au festival de musique et d'art baroque en Tarentaise.
    Johann Sebastian Bach
    L'Art de la Fugue (Extraits)
    Concerto pour clavecin en la majeur BWV 1055
    Concerto pour deux violons en ré mineur BWV 1043
    Concerto pour violon en la mineur BWV 1041
    Concerto pour clavecin en ré mineur BWV 1052

    Brigitte Haudebourg, clavecin
    Ensemble Stradivaria :
    Silvio Failla (soliste dans BWV 1043), Anne Chevallereau, Emmanuel Schricke, violons
    Laurent Bruni, alto
    Aldo Ripoche, violoncelle
    Luc Devanne, contrebasse
    Daniel Cuiller, violon et direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com