altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 16 décembre 2018

Concert de l'ensemble " I Barrochisti " avec la mezzo-soprano Guillemette Laurens au festival d'Art baroque en Tarentaise.

Du neuf sous le soleil
© Eric Sebbag

À côté d'Europa Galante, d'Il Giardino Armonico, des Sonatori della Gioiosa Marca et autres Concerto Italiano, restait-il encore une place sous le soleil de Vivaldi pour chauffer un nouvel ensemble baroque ? Diego Fasolis et " I Barrochisti " viennent d'en asséner la démonstration à haute température en Tarentaise.
 

Festival de Musique et d’Art Baroque en Tarentaise,
Le 07/08/2001
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • À l'heure où la plupart des ensembles italiens semblent avoir trouvé leur maturité, sonore ou stylistique, tout en préservant avec succès une redoutable efficacité dramatique, l'orage vient de Suisse, dont le calme jusqu'à présent imperturbable semble bel et bien être celui qui devait précéder la tempête.

    Encore faut-il un peu corriger cette assertion géographique : si l'ensemble " I Barrochisti " (anciennement ensemble Vanitas) a trouvé un point de chute en Suisse, si le claveciniste-organiste-chef Diego Fasolis est avant tout le directeur musical des formations de la Radio Suisse Italienne, son tempérament est indiscutablement latin, et la totalité des musiciens de l'ensemble est italienne, avec une forte présence de transfuges du Giardino Armonico.

    Comment s'étonner dès lors, que pour leur première incursion en France, les Barrochisti aient choisi le soleil de Vivaldi ? Un disque récent chez Claves consacré au Preto Rosso avait montré des fulgurances, ici magistralement confirmées. Que dire de l'ampleur sonore, impressionnante malgré l'effectif réduit à un musicien par pupitre (et quel musicien ! pour preuve, Diulio Galfetti aussi virtuose au violon qu'à la mandoline), et portée essentiellement par un continuo admirable ?

    Que dire également du tranchant dans les attaques, de l'inventivité inépuisable dans l'articulation et le phrasé, du dosage savant de nuances dynamiques passant du pianissimo le plus imperceptible à la conflagration la plus ébouriffante ?

    Les Barrochisti se souviennent des Europa Galante, Giardino Armonico ou autres Sonatori (Diego Fasolis a enregistré plusieurs disques avec ces derniers), mais ils imposent pourtant une griffe toute personnelle qui doit d'abord au tempérament de chef Fasolis, garant d'une unité interprétative évidente. Les Variations sur la Follia sont à cet égard significatives, flot musical irrésistible alternant vagues impétueuses et mer d'huile lumineuse.


    Guillemette Laurens, muse des baroqueux italiens

    Tout naturellement, la rencontre avec Guillemette Laurens, musicienne impétueuse, ne pouvait être que mémorable. Après des collaborations fructueuses avec Il Giardino Armonico ou plus récemment à Paris avec Europa Galante, la mezzo-soprano française affirme elle aussi une personnalité inimitable dans Vivaldi, à l'antipode de la perfection angélique d'un Scholl ou même de la somptuosité marmoréenne d'une Mingardo.

    Et si, comme à l'église Saint-Roch (lire la critique d'Altamusica), elle assume crânement les voltiges belcantistes (des ornements étourdissants dans l'air final de Cessate), elle convainc surtout par son art consommé dans la coloration des textes, rendu possible par une voix actuellement au meilleure de sa forme.

    Ses notes graves, splendides, trouvent brillamment à s'épanouir dans le Salve Regina de Pergolèse, alors que des pianissimos parfaitement maîtrisés nous valent un Cum dederit hypnotique dans le Nisi Dominus, avec le soutien tout aussi immatériel des Barrochisti. Bien sûr, la tragédienne s'empare avec gourmandise des douloureuses exclamations du Cessate, omai cessate, imprécations et plaintes comprises.

    Après pareille réussite en Tarentaise, ces Barrochisti méritent largement de venir réchauffer d'autres scènes françaises de leur soleil latin.




    Festival de Musique et d’Art Baroque en Tarentaise,
    Le 07/08/2001
    Yutha TEP

    Concert de l'ensemble " I Barrochisti " avec la mezzo-soprano Guillemette Laurens au festival d'Art baroque en Tarentaise.
    Giovanni Battista Pergolesi : Salve Regina
    Antonio Vivaldi : Variations sur la Follia ? Nisi Dominus, motet pour contralto et cordes ? concerto en sol majeur Alla Rustica RV151 ? Cessate, omai cessate, cantate pour contralto et cordes.

    Guillemette Laurens,mezzo-soprano
    I Barrochisti :
    Duilio Galfetti, violon & mandoline ? Fiorenza De Donatis, violon
    Gianni Marldi, alto ? Marco Testori, violoncelle ? Vanni Moretto,contrebasse
    Diego Fasolis, clavecin & direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com