altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 octobre 2019

Pelléas et Mélisande à Genève

Pelléas sauvé des eaux
© Carole Parodi

Sous la baguette de Louis Langrée, l'Orchestre de la Suisse Romande retrouve enfin la subtile couleur orchestrale qui convient à Debussy. Quant à l'admirable distribution qui regroupe rien moins que José Van Dam, Alexia Cousin et Symon Keenlyside, elle est frise la magie. Dommage que la mise en scène manque de noyer une si belle entreprise.
 

Grand Théâtre, Genève
Le 09/02/2000
Antoine Livio (1931-2001)
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • DĂ©luge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour la troisième fois, j'entends l'¦uvre de Debussy dans ce Grand Théâtre, successivement dirigĂ©e par Ernest Ansermet, puis par Jean-Marie Auberson et enfin par Louis LangrĂ©e. Si dans la fosse, se trouve toujours ce mĂŞme Orchestre de la Suisse Romande, je ne puis guère Ă©crire qu'il fut toujours Ă©gal Ă  lui-mĂŞme. Mais force est de reconnaĂ®tre qu'avec Louis LangrĂ©e, l'OSR a trouvĂ© un maĂ®tre qui lui rend son accent d'autrefois, debussyste et Ă©lĂ©giaque, avec cette part de mystère que l'on eĂ»t aimĂ© aussi voir dans la mise en scène.
    Celle-ci était fastueusement réussie pour qui souhaite voir le contraire de ce qu'il entend. Le propos de Caurier et Leiser est clair, pour un opéra qui n'est qu'ombre et mystère : tout se passe dans un salon bourgeois ou au bord d'une piscine aseptisée ressemblant fort à celles des saunas finlandais. Mélisande y patauge avec volupté, alors que Pelléas lui conseille de faire attention, car l'eau est profonde, mais il saute à son tour comme pour s'asperger, tels des enfants. " Vous êtes des enfants ! " leur dit Golaud, mais la tour n'est que l'envers d'un piano droit, sur lequel Mélisande est en équilibre. Et quand Pelléas chante qu'il lui saisit les cheveux, il a les mains dans ses poches ou tout comme.
    Ces réserves sur les gags de mise en scène ne doivent pas obscurcir le bonheur de voir une distribution superbe et d'entendre des voix qui se modèlent sur le style ineffable de José van Dam, Golaud impressionnant. Alexia Cousin, pour sa première Mélisande paraît ignorer la fragilité : elle est tout charme et personnalité, vocalement et physiquement. Simon Keenlyside est un Pelléas de classe, son jeu et dans son chant respirent l'intelligence. Geneviève attentive et inquiète, Nadine Denize occupe la scène par son magnétisme et la beauté de sa ligne de chant. Le seul qui ait quelque accent, est l'Arkel de Markus Hollop, un peu terne face aux autres protagonistes, même face au petit Yniold, admirable, de Françoise Golfier.

    © Carole Parodi




    Grand Théâtre, Genève
    Le 09/02/2000
    Antoine Livio (1931-2001)

    Pelléas et Mélisande à Genève
    Direction musicale : Louis Langrée
    Mise en scène : Moshe Leiser et Patrice Caurier
    Scénographie : Christian Fenouillat, Agostino Cavalca
    Avec Alexia Cousin (Mélisande), Simon Keenlyside (Pelléas), José van Dam (Golaud), Nadine Denize (Geneviève), Françoise Golfier (Yniold), Markus Hollop (Arkel), Jean-Louis Mélet (Un médecin).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com