altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 juillet 2020

Récital du violoniste Gérard Poulet et du pianiste Kun Woo Paik au festival de Dinard côte d'Émeraude en Bretagne.

À fond sur la détente

Cette année, le festival de Dinard répondait au thème un peu inhabituel de " Musique en famille ". Directeur artistique du festival breton, le pianiste Kun Woo Paik l'a voulu simplement une réunion de musiciens qui s'apprécient aussi bien à la scène qu'à la ville. Pour son concert du 18 août avec Gérard Poulet, la fraternité d'esprit était flagrante.
 

Festival de Dinard côte d'Émeraude, Dinard
Le 18/08/2001
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Peu avant le concert, l'on pouvait voir Kun Woo Paik en sandales et chemise large, mĂŞlĂ© au public, devisant avec ses amis, affichant un sourire et une dĂ©contraction rares : convivial, comme l'est l'esprit de ce Festival dont il est Ă©galement le directeur artistique.

    À son clavier, c'est la même détente, tout comme celle de son ami et violoniste Gérard Poulet dont la concentration est aussi visible que l'aisance naturelle qui est sienne. Sans doute effet de conjonction entre le cadre estival de rêve et du plaisir d'être sur scène (avoué par de grands sourires scotchés aux visages des musiciens), une atmosphère particulière règne sur ce concert.

    C'est avec la sonate n° 1 pour violon et clavier de Bach qu'il dĂ©bute. Après quelques mesures de flottement, ils composent rapidement un alliage harmonieux entre leurs jeux et leurs sonoritĂ©s. Le violoniste tire de son instrument flambant neuf - il vient de l'acquĂ©rir en Chine et sa construction remonte seulement Ă  quatre ans - un halo de lumière aux contours paradoxalement bien dĂ©finis.

    Son discours Ă©thĂ©rĂ© Ă  la mĂ©lodie planante, est sans aucun accent ni heurt : la ponctuation rythmique et l'articulation se fondent avec souplesse, au dĂ©triment peut-ĂŞtre de l'architecture, comme volontairement gommĂ©e au profit d'un maximum de fluiditĂ©. La pulsation vient de l'excellente main gauche du pianiste, mais qui lui aussi adopte un toucher peut-ĂŞtre trop diaphane pour Bach.


    Saint Saëns bénéficie de beaucoup plus de relief. Gérard Poulet distille un son plus éclatant et moins translucide. Ses attaques sont plus fermes, le jeu devient incisif et plein de vitalité. De son côté, Kun Woo Paik maîtrise parfaitement le clavier et ce morceau d'une grande virtuosité ne le paraîtra jamais.

    Le pianiste est presque capricieux, avec ses accents rageurs, ses dynamiques habilement contrastĂ©es. Ă€ l'adagio, on est suspendu Ă  chacune des notes, exceptionnelles de densitĂ© et de profondeur. Mais surtout, l'ensemble dĂ©gage un charme aussi immĂ©diat que difficile Ă  cerner. L'osmose entre les deux musiciens en est-elle la clĂ© ?

    L'écriture éminemment concertante se retrouve dans la célèbre sonate à Kreutzer de Beethoven. Pour elle, les deux musiciens parviennent à relever d'un cran une plénitude de jeu pourtant déjà très haute. La déclamation est ample, le phrasé d'une grande liberté, les basses généreuses, les plans sonores sont finement détachés et l'agogique, bien que souple, n'est jamais diluée.

    Leur Beethoven oscille entre verve romantique et sobriété classique, les deux musiciens poussant à l'extrême les possibilités expressives sans ne jamais sombrer dans le pathos ou l'exagération. L'on retiendra chez le violoniste son étonnante capacité à varier la luminosité de son timbre et chez le pianiste, son jeu altier.

    Au final, un concert d'une grâce qui n'est sans possible qu'en période estivale avec mer calme, ciel d'azur, mouettes, petits oiseaux et surtout des musiciens à fond sur la détente.




    Festival de Dinard côte d'Émeraude, Dinard
    Le 18/08/2001
    Pauline GARAUDE

    Récital du violoniste Gérard Poulet et du pianiste Kun Woo Paik au festival de Dinard côte d'Émeraude en Bretagne.
    GĂ©rard Poulet, violon
    Kun Woo Paik, piano
    Bach : Sonate n° 3
    Saint-SaĂ«ns : Sonate n° 1
    Beethoven : Sonate n° 9 "Ă  kreutzer"

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com