altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 octobre 2021

Concert du RIAS-Kammerchor et du Concerto Köln dirigés par Marcus Creed aux Rencontres Musicales de Vézelay.

Résurrection sur la colline
© Michel Garnier

Si les Rencontres Musicales de V√©zelay sont avant tout un tr√®s beau point de vue du haut duquel le festivalier a pu voir un panorama assez complet du paysage choral, c'est pourtant un orchestre qui a plant√© son drapeau au sommet de la colline √©ternelle. Pas n'importe quel orchestre bien s√Ľr, puisqu'il s'agissait du Concerto K√∂ln.
 

Recontres Musicales, Vézelay
Le 26/08/2001
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le Vaisseau prend l'eau

  • Guillaume Tell √† distance

  • Le grand pardon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Fort de sa spectaculaire prestation de la veille (le 25¬†ao√Ľt), le RIAS Kammerchor occupait de nouveau le plateau de la basilique de V√©zelay, mais partageait cette fois la vedette avec une autre formation allemande, le Concerto K√∂ln.

    À vrai dire impressionnant, Ce rassemblement de forces se justifiait pour la résurrection de la messe en ut mineur d'Ignaz Holzbauer (1711-1783), flanquée en première partie des plus connus Salve Regina en sol mineur de Haydn (dans sa version pour solistes et choeur) et Regina Coeli KV 108 de Mozart, composés tous deux en 1771.

    L'oeuvre de Holzbauer, l'une des figures éminentes de l'école de Mannheim, tint en partie de ses promesses, et si l'écriture chorale ne frappe pas de manière particulière (choeurs largement homophoniques, à l'exception de quelques passages fugués, par exemple un très beau Cum sancto), la matière orchestrale est pour sa part d'une belle facture, portée par des cordes virevoltantes et une savante utilisation de vents illuminant souvent la texture générale de l'oeuvre.

    Les chanteurs solistes ont √©galement de beaux moments, soprano et alto formant un duo ineffable dans le Gratias tibi agimus. Dans ces conditions, il n'est gu√®re √©tonnant, qu'au final, ce soit le Concerto K√∂ln qui ait occup√© le devant de la sc√®ne. Stimul√©e comme jamais auparavant, la formation allemande a une fois de plus d√©montr√© ses solides qualit√©s¬†: pr√©cision et agilit√© des violons, pr√©sence frappante des cordes graves, s√Ľret√© et √©clat des vents, trompettes comprises.

    Par-delà une indéniable plénitude sonore et une pulsation rythmique toujours aussi grisante, il y a cette manière de se jeter à corps perdu dans la partition qui semble être la griffe du Concerto Köln, quel que soit le chef au pupitre, ici en l'occurrence, Marcus Creed.

    Placé assez en arrière, le RIAS-Kammerchor a lui aussi montré une homogénéité et une précision remarquables, mais il est vrai qu'il eut moins à s'employer que son partenaire orchestral.

    Le quatuor de solistes se r√©v√©la √† l'inverse assez in√©gal. Passons rapidement sur une basse inexistante et un t√©nor juste correct. L'alto Yvi J√§nicke, dont la carri√®re est maintenant respectable, imposa une pr√©sence certaine, par la gr√Ęce d'une voix ronde, homog√®ne et bien projet√©e.

    Il n'en reste pas moins que Deborah York survola ses partenaires. La souplesse certes perfectible, demeure honorable, et la stabilité rythmique a semblé chanceler ponctuellement, mais sourire aux lèvres, elle s'est facilement imposée par la lumière de son timbre, passant aisément l'acoustique réverbérante de la basilique, et surtout assumant les coloratures avec un brio particulièrement spectaculaire et virevoltant dans le Regina Coeli.

    Fidèle à sa manière, Marcus Creed a privilégié une approche vigoureuse de ce répertoire, ne cherchant nullement les angles, mais sans non plus trop les arrondir, jouant efficacement des effets de masse que lui autorisaient deux phalanges aussi disciplinées, et entourant par ailleurs ses solistes avec une attention permanente. Bref, à quelques voix près, Holzbauer n'était pas loin d'une résurrection divine.




    Recontres Musicales, Vézelay
    Le 26/08/2001
    Yutha TEP

    Concert du RIAS-Kammerchor et du Concerto Köln dirigés par Marcus Creed aux Rencontres Musicales de Vézelay.
    Joseph Haydn¬†: Salve Regina>/I> en sol mineur Hob. XXIIIb.2 ¬Ė Mozart¬†: Regina Coeli en do majeur KV 108 ¬Ė Holzbauer¬†: Messe en ut mineur.
    Concerto Köln
    Choeur de chambre RIAS
    Direction : Marcus Creed

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com