altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 septembre 2020

Spectacle autour des Carmina Burana des XI et XIIe siècles au festival Voix et route Romane de Strasbourg.

Th√©√Ętre in vitraux
© Festival Voix et route Romane

Si les Carmina Burana doivent leurs succ√®s √† Carl Off, l'origine m√©di√©vale de ces textes du XIe et XIIe si√®cles, ainsi que les musiques qui lui sont associ√©es, sont bien moins connues. C'est avec elles que le festival Voix et route Romane de Strasbourg d√©butait, avec √† la clef une p√©rilleuse tentative d'introduire le th√©√Ętre √† l'√©glise.
 

Festival Voix et route Romane, Strasbourg
Le 08/09/2001
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour √† la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : R√©apprendre la coh√©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : √Čvidence bruckn√©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Mise en sc√®ne et costumes, les musiciens promettaient du spectacle. C'est qu'on ne badine pas avec le latin, f√Ľt-il au service de textes gentiment paillards ou franchement cochons. Ainsi, avec la complicit√© du metteur en sc√®ne Alain Carr√© (transform√© pour l'occasion en impr√©cateur et r√©citant), les forces conjugu√©es du Concert dans l'¬Ćuf et de l'Atelier Polyphonique de Bourgogne ont tent√© la gageure de redonner vie √† des formes musicale et litt√©raire aujourd'hui tr√®s √©loign√©es de la culture contemporaine.

    Pourtant, les interprètes ne se sont pas dérobés devant la difficulté. Rarement on a pu observer visages plus attentifs, concentrés, au point que dans les regards, la musique semblait circuler avant même que les sons ne parviennent aux oreilles. Ce genre d'attitude favorisant le recueillement, il n'était pas étonnant que les musiques les plus introspectives aient été également les mieux jouées.

    Mais pour que le passage des siècles se fasse oublier, ce spectacle aurait gagné à s'affirmer jusqu'au bout en tant que tel, sans laisser le moindre répit au public ni surtout le temps de prendre la moindre distance. Mission impossible ? Peut-être. En tout cas difficile dans une église, un lieu mais pas une scène, qui recadre forcément la prestation dans le rituel du concert "classique", ce, malgré les costumes bigarrés des interprètes.

    Ainsi, malgré les interventions réjouissantes d'Alain Carré destinées à assurer le lien entre les textes, on restait à distance devant un objet étrange, souvent troublant, mais sans référence auxquelles se raccrocher, sans personnages avec lesquels on puisse s'identifier.

    En mati√®re d'interpr√©tation, ce n'est √©videmment pas sur le terrain musical que les probl√®mes se sont pos√©s. Si l'on peut √©mettre quelques r√©serves, elles sont trop maigres pour qu'on s'y attarde. C'est plut√īt √† la jonction du th√©√Ętre et de la musique, dans la position des chanteurs aux prises avec le travail d'acteur, que les choses se sont g√Ęt√©es.

    En effet, une certaine timidité, une légère maladresse imprégnait l'ensemble, en particulier dans l'avant dernière pièce, un hommage au vin et à l'ivresse. Cependant, ces griefs ne concernent pas tous les chanteurs et l'on doit au ténor Léo Richomme une véritable composition, même si cette figure d'ivrogne titubant au rythme de la musique manquait singulièrement de force et se dispersait au fil du texte.

    On se tromperait en d√©duisant de ces critiques un √©chec du projet. Encore une fois, le mouvement musical suffisait souvent √† lui-m√™me et le travail des musiciens, en la mati√®re, reste digne d'√©loge. Mais en entrant dans l'√©glise, on r√™vait d'une fresque mouvement√©e peupl√©e de personnages √©tonnants, d'un petit th√©√Ętre musical √† cheval entre deux mill√©naires. Et le th√©√Ętre, h√©las, est rest√© purement sonore.




    Festival Voix et route Romane, Strasbourg
    Le 08/09/2001
    Mathias HEIZMANN

    Spectacle autour des Carmina Burana des XI et XIIe siècles au festival Voix et route Romane de Strasbourg.
    Le Concert dans l'¬Ćuf et l'Atelier Polyphonique de Bourgogne
    Mise en scène : Alain Carré
    Avec Léo Richomme (ténor), Hélène Bernardy (soprano), Alain Carré (récitant).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com