altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 06 avril 2020

FĂŞte Renaissance pour l'ouverture du Festival d'Ambronay.

Ripailles et godaille
Ă  Ambronay

© NaĂŻve

L'ensemble Doulce Mémoire © Naïve

Pour inaugurer sa XXIIe édition, le Festival d'Ambronay avait choisi cette année de donner une grande fête Renaissance. De 11 à 24 heures avec le concours des habitants de la région et des musiciens chanteurs danseurs de l'ensemble Doulce Mémoire, un festival n'a jamais aussi bien mérité son nom : festif.
 

Festival d\'Ambronay,
Le 15/09/2001
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Ă€ 11 heures, le village d'Ambronay Ă©tait investi par la population qui dĂ©filait en costumes d'Ă©poque, escortĂ©e par les musiciens. Il faut savoir que tout au long de l'annĂ©e, des ateliers avaient Ă©tĂ© organisĂ©s par les associations pour concevoir et confectionner robes et mantelets de velours, pourpoints de cuir et coiffures de soie tressĂ©e qui, ce matin-lĂ , se donnaient en parade.

    Ă€ midi, les restaurants proposaient un repas Ă  l'ancienne avec viandes, gibiers, champignons des bois et crème dorĂ©e. Tout le monde se dirigeait ensuite vers la Tour Dauphine et le cloĂ®tre, oĂą des conteurs avaient installĂ© un " moulin Ă  paroles " qui dĂ©vidait des Contes de la sagesse et de voyage.

    Sur la grande place les chorales entraient en scène et dĂ©ambulaient jusqu'au parvis de l'Ă©glise oĂą le bon peuple s'Ă©tait rassemblĂ© : bourgeois, manants et nobles dames s'esbaudissaient devant les tours des jongleurs, des acrobates et des cracheurs de feu, vĂŞtus de sac et de corde et vidant force tonnelets de vin du pays, tandis qu'un diable perchĂ© sur des Ă©chasses se divertissait Ă  faire peur aux enfants, tout ce petit monde accompagnĂ© par la flĂ»te Ă  bec et le tambour.

    17 h 30 : entrĂ©e des compagnons du Sans-Souci, alias Doulce MĂ©moire, venus donner reprĂ©sentation de La Roulotte du Savetier Calbain, une farce crĂ©e en 1588 par les Ă©coliers d'un collège de Caen. Ils arrivent, ployant sous le poids de leurs instruments et des innombrables accessoires prĂ©vus pour le spectacle, et la fĂŞte immĂ©diatement commence, rĂ©glĂ©e aux petits oignons par le metteur en scène Philippe Vallepin.

    On improvise un castelet pour Guignol, pendant que toute la troupe tire le chariot de la roulotte, installe les trĂ©teaux et monte les palans d'un prĂ©caire rideau de fond de scène. La joyeuse compagnie va alors se dĂ©chaĂ®ner, faisant se succĂ©der moralitĂ©s, sotties et chansons, empruntĂ©es au rĂ©pertoire " rustique ", tel que le dĂ©finissaient les arts poĂ©tiques du XVIe, avec un gĂ©nial bateleur, le comĂ©dien Renaud Soliveres, et le flĂ»tiste-danseur d'une drĂ´lerie imparable, Robin Joly.

    Mais le morceau de roi Ă©tait indiscutablement La farce de MaĂ®tre Calbain, le savetier " riche et chiche " qui ne rĂ©pond qu'en chansons, mettant en fureur sa jeune Ă©pouse, laquelle, on s'en doute, aura raison de son vice incurable et le bernera après mille ruses dĂ©sopilantes. IrrĂ©sistibles, Marc Pontus, transformĂ© en insupportable virago, et Hugues Primard, le trop naĂŻf savetier, dans un duo d'une folle virtuositĂ© vocale, accompagnĂ© par les flĂ»tes, l'Ă©pinette, le luth, le cornet et la bombarde.

    À 21 heures, tout le monde se retrouvait dans la salle des fêtes pour le grand Bal Renaissance animé avec une belle vaillance par les musiciens de Doulce Mémoire. Jusqu'à minuit, avec une grâce et un naturel parfaits, on dansa, toutes générations confondues, chacun paré de ses plus beaux atours, aux rythmes des branles simples ou doubles, des gaillardes et des pavanes. Personnellement, il ne m'a fallu aucune vertu à décliner l'invitation d'un moine un peu gras à mon goût, et à accepter celle, franchement gratifiante, d'un
    François 1er de belle allure !




    Festival d\'Ambronay,
    Le 15/09/2001
    Françoise MALETTRA

    FĂŞte Renaissance pour l'ouverture du Festival d'Ambronay.
    La Roulotte du Savetier Calbain (farces et musiques de la Renaissance)
    Ensemble " Doulce MĂ©moire "
    Direction : Denis Raisin-Dadre
    Adaptation et mise en scène : Philippe Villepin
    Avec Marc Pontus (Colette), Hugues Primard (Calbain), Renaud Soliveres (comédien), Denis Raisin-Dadre (flûtes, épinette), Jean-Paul Boury (cornet, flûtes, veuze), Pascale Boquet (luth, guitare), Robin Joly (flûtes, bombarde, danses).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com