altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 octobre 2019

Winterreise (Le Voyage d'Hiver) de Franz Schubert dans la mise en scène de Bob Wilson au Théâtre du Châtelet.

Un aller simple
© Marie Noelle Robert

Étrange idée que vouloir mettre en scène des lieder de Schubert, qui plus est avec Bob Wilson aux manettes et une Jessye Norman que l'on attendait assez peu dans ce répertoire. De quoi redouter le pire dans une rentrée parisienne déjà peu avare de " coups médiatiques " (Aïda à Bercy ou Attila à Bastille). Il n'en fut rien.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 24/09/2001
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • DĂ©luge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Bien sĂ»r, le Voyage d'hiver peut très bien se passer de toute mise en scène ou mise en image. Bien sĂ»r, il est conçu pour une voix d'homme et malgrĂ© la prestation magnifique d'une Christa Ludwig, ce sont les barytons qui ont marquĂ© l'interprĂ©tation de ces pages, avec aussi l'exception de Jon Vickers.

    Malgré tout cela, il était difficile de ne pas être envoûté par le climat de dépouillement visuel et musical de ce spectacle qui est le fruit d'une collaboration étroite entre Jessye Norman, Robert Wilson, et avec la complicité de Pierre Bergé, ex-directeur de l'Opéra de Paris.

    De bout en bout, l'entreprise s'est contentée de l'essentiel. Quelques déplacements, quelques gestes sobres mais éloquents, quelques jeux de lumière dont Robert Wilson a le secret, la silhouette épisodique d'un homme en noir, Jessye Norman incarnait à la perfection cette errance à la fois géographique et intérieure, cette série de questionnements angoissés entrecoupés de rares moments de joie.

    La voix fragile de la chanteuse, proche parfois d'un " Sprechgesang " (le " parlĂ©-chantĂ© " thĂ©orisĂ© par SchÂśnberg) qu'annonce d'ailleurs ici l'Ă©criture vocale de Schubert, par instants Ă  la limite de la justesse – donc de la fĂŞlure, se prĂŞta idĂ©alement Ă  une interprĂ©tation qui ne fut que simplicitĂ© dense, concentration expressive, sans la moindre concession pour sĂ©duire avec facilitĂ©.

    En osmose parfaite avec le pianiste Mark Markham (en remplacement de Myung Whun Chung) et avec les images conçues par Wilson, la Norman a embringué son public dans un étrange voyage aux confins de l'univers fantasmagorique de Schubert comme très peu d'interprètes avaient su le faire jusque-là.

    Sans aucun doute, l'ensemble constitue un de ces moments d'exception dont aucun disque, ni aucune captation, ne sauraient en reproduire le climat et l'intensitĂ©. Grâce ? Magie ? Non, tout simplement un de ces voyages qui demande une rĂ©elle volontĂ© pour qui souhaite revenir. Mais le faut-il ?




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 24/09/2001
    GĂ©rard MANNONI

    Winterreise (Le Voyage d'Hiver) de Franz Schubert dans la mise en scène de Bob Wilson au Théâtre du Châtelet.
    Mise en scène, scénographie et lumière de Robert Wilson
    Costumes Yves Saint-Laurent
    Avec Jessye Norman (soprano) et Mark Markham (piano)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com