altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 octobre 2018

Ouverture du festival baroque de Pontoise sur le thème de " Marin Marais, la Viole du Roi Soleil ".

Roturière et xénophobe
© Eric Sebbag

Jordi Savall (© Eric Sebbag)

Le seizième festival Baroque de Pontoise a ouvert ses portes avec un concert intitulé " Marin Marais, la Viole du Roi Soleil ". Avec un tel titre, Jordi Savall était évidemment à la fête. Pourtant, des trois musiciens (Pierre Hantaï au clavecin et Xavier Diaz au théorbe), le plus royal ne fut pas celui que l'on attendait.
 

Festival Baroque, Pontoise
Le 15/09/2001
Phlippe KALMAN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le psychopathe triste

  • Brahms transcendé

  • Patchwork vocal

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Comme beaucoup de spectacles depuis le 11 septembre, le concert a débuté par deux minutes de silence en hommage aux victimes du World Trade Center. Toute en intériorité, la musique de Marin Marais qui dominait le programme donnait un contrepoint méditatif à ce moment de recueillement, nonobstant quelques danses.

    Véritable " star " de la soirée (on croirait presque un hommage tant le programme, les disques vendus à l'entrée et les flashs ne crépitaient que pour lui), le violiste catalan Savall fait néanmoins faire preuve d'une grande capacité d'écoute dès qu'il joue. De la sorte, il aboutit rapidement à une osmose parfaite avec ses accompagnateurs.

    Les morceaux lents et mélancoliques de Marais sont ainsi exécutés avec un équilibre parfait auquel se rajoutent une grande sensualité et une fragilité voulue qu'il distille avec la maîtrise que l'on sait.

    Malheureusement, comme pour le concert du Palais-Royal au printemps dernier, cette perfection n'était plus de mise pour les morceaux au tempo plus rapide. Quelques esprits malveillants auraient même pu voir un acte xénophobe dans le chemin jonché de fausses notes que fut celui de la Suitte d'un Goût Etranger.

    Pierre Hantaï n'a pas connu défaillance semblable à travers une basse continue très énergique et inventive. Peut-être que les deux autres musiciens ont souhaité doser quelque peu cette vivacité, puisqu'à la fin du concert Hantaï utilisa par deux fois le jeu de luth de son clavecin.

    Il a également interprété trois morceaux solos de François Couperin dans lesquels il a privilégié l'aspect italianisant du compositeur (Prélude n° 8 de l'art de toucher le clavecin et La petite pince sans rire), alors que dans La Forqueray, la priorité était clairement donnée aux différentes lignes polyphoniques de la pièce.

    Le théorbiste espagnol Xavier Diaz, qui remplaçait au pied levé Rolf Lisveland, n'était pas en reste. Il a su faire sonner son instrument avec une distinction remarquable (il est vrai, aidé en cela par l'excellente acoustique de l'église Eglise Notre-Dame de Pontoise) Avec maestria et douceur radieuse, sa chaconne de Robert de Visée ramenait sous la nef le soleil seul digne de Louis XIV.

    Ce soir-là, et contre toute attente, la Viole du Roi, elle, fut étrangement roturière.




    Festival Baroque, Pontoise
    Le 15/09/2001
    Phlippe KALMAN

    Ouverture du festival baroque de Pontoise sur le thème de " Marin Marais, la Viole du Roi Soleil ".
    Marin Marais : Préludes et Muzettes, Suitte d'un Goût Etranger (Marche Tartare, La Tartarine & Double, Les Fêtes Champêtres, Allemande La Superbe, L'Arabesque, La Rêveuse, Marche, Muzette), Les Voix Humaines, Couplets des Folies d'Espagne.
    François Couperin : La Forqueray, Prélude n° 8, La Petite Pince sans Rire
    Robert de Visée : Chaconne

    Jordi Savall, viole de gambe 
    Pierre Hantaï, clavecin
    Xavier Diaz, théorbe 

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com