altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Récital de la basse Robert Holl et du pianiste Oleg Maisenberg à l'Auditorium du Louvre.

Chants et danses à frémir
© D.R.

Robert Holl (© D.R.)

La formule voix et piano où ce dernier possède des espaces de liberté en solo est excellente. À l'Auditorium du Louvre récemment, elle permettait de profiter à part équitable de l'incontestable personnalité du pianiste Oleg Maisenberg et de l'impressionnante force vocale de la basse Robert Holl.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 09/10/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prêtre d’Israël

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Si la formule est bonne et les interprètes captivant, un regret pourtant : le choix du pianiste de ne jouer que des pièces de Scriabine entre les puissantes mélodies russes chantées par Robert Holl n'était peut-être pas le meilleur.

    En effet, la musique de Scriabine possède un charme très spécifique, une sorte de magie délicate, sensuelle et spirituelle à l'opposé de celle de son contemporain Rachmaninov plus extraverti dans son oeuvre pour piano. Bref, ce dernier est russe, alors que l'autre est difficile à rattacher à cette nationalité musicale en dépit de sa naissance.

    Même lorsqu'elles sont très techniques, des pages comme les Préludes ou les Poèmes joués par Maisenberg, font un peu trop figure d'aquarelles discrètes et un peu effacées lorsqu'on les confronte directement aux déferlements de passion des mélodies de Borodine, Tchaikovski et Rachmaninov ou à la géniale intériorité des Chants et danses de la mort de Moussorgski.

    D'autant que la somptueuse voix de basse de Robert Holl, le Hans Sachs de Bayreuth, rend la plus parfaite justice à ces oeuvres toute de lumière, de sang et d'angoisse. La main droite formant un petit rond du pouce et de l'index comme pour s'assurer que l'émission gardera justement cette rondeur maîtrisée, Robert Holl ne perd jamais le contrôle de moyens, pourtant immenses.

    Il nuance, il module, sans jamais truquer, sans jamais tricher. La beauté et la richesse du timbre gardent toutes leurs harmoniques même dans les piano les plus ténus et l'ensemble reste au service de l'expression. Les Chants et danses de la mort en particulier étaient à frémir, mais de contentement plutôt que d'effroi.




    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 09/10/2001
    Gérard MANNONI

    Récital de la basse Robert Holl et du pianiste Oleg Maisenberg à l'Auditorium du Louvre.
    Œuvres de Rachmaninov, Scriabine, Tchaïkovski, Borodine et Moussorgski.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com