altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 aoűt 2019

Reprise de Wozzeck d'Alban Berg dans la mise en scène de Pierre Strosser.

Un Wozzeck
Ă  plus de cent briques

© Eric Mahoudeau

Franz Hawlata et Katarina Dalayman (© Eric Mahoudeau)

L'Opéra de Paris reprend actuellement une production de Wozzeck d'Alban Berg. Jeffrey Tate y cède la baguette au maître des lieux, James Conlon, et dans le rôle-titre, Franz Hawlata succède à Jean-Philippe Lafont. En revanche, Katarina Dalayman reste Marie et Pierre Strosser l'architecte d'une scène en briques qui ne casse rien.
 

Opéra Bastille, Paris
Le 05/11/2001
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2019 (4) : Un hommage erratique

  • Salzbourg 2019 (3) : Coitus interruptus

  • Salzbourg 2019 (2) : Transcendant Mozart

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • CrĂ©Ă©e en 1999, cette production de Wozzeck reste toujours aussi absurde et Ă  cĂ´tĂ© de la musique de Berg. Ă€ vouloir reprĂ©senter l'univers intĂ©rieur bloquĂ© et l'enfermement du hĂ©ros par ce dĂ©cor unique, cour de caserne ou de HLM en briques, Pierre Strosser n'accomplit qu'un Ă©norme plĂ©onasme, souligne l'Ă©vidence et Ă©vite, c'est peut-ĂŞtre plus facile, la vĂ©ritable reprĂ©sentation de la musique.

    Il met plus en scène le drame de Büchner que la partition de Berg, car rien ne paraît de la fluidité justement apportée par le compositeur. Comme Pelléas, Wozzeck est une partition en perpétuelle mouvance, mouvance des lieux puisque chaque scène change d'espace, mouvance des sentiments, puisque les héros sont toujours en interrogation quant à ce qu'ils sont, ce qu'ils pensent, ce qu'ils aiment.

    La musique est donc une suite de contrastes, rudesse de la caserne, fluidité du plein air et de l'eau, intimité de l'intérieur, débauche clinquante du cabaret, avec ces grandes intrusions sonores du feu, de la lune, de l'eau, du brouillard, de la danse.

    ScĂ©niquement, tout cela est totalement Ă©ludĂ© et la vue reste figĂ©e, morte, coincĂ©e entre ces murs, tandis que la musique vit, et que le metteur scène cherche vainement des solutions Ă  l'insoluble, allant jusqu'Ă  cette ridicule petite flaque d'eau comme celle d'un Ă©vier qui dĂ©borde et dans laquelle le hĂ©ros est censĂ© se noyer. C'est presque parodique !

    En revanche, musicalement, on apprécie deux éléments forts, la direction de James Conlon, qui apporte précisément toute l'humanité qui manque au spectacle, et la Marie de Katarina Dalayman, aussi bouleversante et vocalement parfaite qu'en 1999.

    Si ce n'est le capitaine étranglé de Kenneth Riegel, les autres protagonistes ne déméritent pas. Mais le Wozzeck assez impersonnel de Franz Hawalta ne parvient pas à faire oublier celui de Jean-Philippe Lafont dans la distribution de 1999. Avec sa seule voix, il parvenait à libérer ce Wozzeck emmuré dans sa prison à plus de cent briques.




    Opéra Bastille, Paris
    Le 05/11/2001
    GĂ©rard MANNONI

    Reprise de Wozzeck d'Alban Berg dans la mise en scène de Pierre Strosser.
    Orchestre de l'Opéra de Paris
    Direction : James Conlon
    Mise en scène et dĂ©cors : Pierre Strosser
    Costumes : Patrice Cauchetier

    Avec Franz Hawlata (Wozzeck), Katarina Dalayman (Marie), Stefan Margita (Tamboumajor), Donald Kaasch (Andres), Kenneth Riegel (Hauptman), Ulrich Hielscher (Doktor), Markus Hollop (Erste Handwersbursch), Werner van Mechelen (Zweiter Handwersbursch), Wolfgang Ablinger-Sperrhacke (der Narr), Martine Mahé (Margret), Quentin Trar (Mariens Knabe), Francisco Simonet (ein Soldat).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com