altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 octobre 2018

Une flûte en cinémascope

Vouée à voyager, comme toutes les productions de l'Académie Européenne de musique, cette flûte est passée par Padoue, Venise, Lausanne et bien sûr Aix en Provence l'été dernier où elle avait fait sensation. Intelligemment réadaptée aux conditions scéniques de Bobigny, son souffle reste intact.
 

Théâtre MC 93, Bobigny
Le 24/02/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le psychopathe triste

  • Brahms transcendé

  • Patchwork vocal

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Stéphane Braunschweig a parfaitement conçu sa mise en scène en fonction du nouveau lieu de plein air inauguré à quelques kilomètres de la ville, en axant d'abord son travail sur une direction d'acteurs extrêmement poussée, méticuleuse et diversifiée. C'est presque du travail de cinéma qu'il nous propose, jouant sur l'excellent physique de tous les interporètes, sur la mobilité de leur corps comme de leur visage. Sans doute situe-t-il l'anecdote de ce parcours initiatique dans une sorte de songe de Tamino puisque celui-ci apparait au lever du rideau dans un lit, en pyjama, pyjama qu'il ne quittera pas de tout l'opéra. Il sera dans ce même lit, mais cette fois avec Pamina, au rideau final! Hormis ce vêtement un peu étrange, l'idée fonctionne plutôt bien, d'autant qu'elle est soutenue par un dispositif de six colonnes d'écrans de télévision qui vont tenir lieu de décor et animer l'action, tantôt de manière très réaliste-vrai feu et vraie eau dans lesquels sont plongées par la magie de l'image Tamino et Pamina- tantôt de manière très poétique, tantôt encore de manière humoristique. A l'exception d'un Zarastro totalement dépourvu de graves, les jeunes interprètes sont excellents dans le contexte d'une telle production et du but qui lui est fixé. Un spectacle intelligent, très attrayant, original, proche certainement de l'esprit à la fois grave et ludique de la création de l'ouvrage.




    Théâtre MC 93, Bobigny
    Le 24/02/2000
    Gérard MANNONI

    Direction muscale : David Stern
    Mise en scène : Stephane Braunschweig
    Avec Hélène Le Corre (Pamina)-Mark Adler (Tamino)- Stephane Degout (Papageno)- Nicolas testé (Zarastro)- Irina Ionesco (la Reine de la nuit)-Camilla Johansen (première dame)- Anne Le Coutour (deuxième dame)- Elodie Méchain (troisième dame)- Christine Rigaud (Papagena)- José Canales (Monostatos)- Jussi Järvenpaa (premier prêtre)- Matthias Minnich (deuxième prêtre). Orchestre des étudiants du Conservatoire de Paris .

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com