altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 février 2020

Concert des solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio-France

Le Philar' en ombre et lumière
© Universal DG

Dès son arrivée à la tête du Philharmonique de Radio-France, Myung-Whun Chung avait manifesté son intention d'organiser des concerts de musique de chambre avec et pour les solistes de l'orchestre. Promesse tenue dimanche 18 novembre dernier avec un programme Mozart – Mendelssohn et le maestro lui-même au piano.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 18/11/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre…

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumières

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour ce cycle de quatre concerts avec les solistes du Philharmonique de Radio-France qui s'achèvera le 14 avril prochain au Châtelet, Chung prête certes ses mains au clavier mais sans se donner forcément la vedette.

    On sait tout le bénéfice artistique qu'un chef également instrumentiste peut tirer de ce type d'entreprise, laquelle stimule la personnalité des musiciens et aide à la compréhension mutuelle. Daniel Barenboïm avait obtenu de magnifiques résultats à l'Orchestre de Paris avec la même méthode.

    Dans le Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur K 452 de Mozart, on retrouve l'excellente qualité de l'école de vents française. Au piano, Chung est aussi discret qu'omniprésent dans les deux premiers mouvements, pour finalement affirmer l'autorité prépondérante du piano dans l'Allegretto conclusif. La mise en place et le soin apporté au détail est irrépochable. L'interprétation qui privilégie la lumière brosse une perspective brillante de l'oeuvre.

    Avec l'Octuor pour cordes de Mendelssohn qui constitue la deuxième partie du concert, on regrette seulement que l'évident enthousiasme et les multiples qualités des huit instrumentistes ne se cumulent pas une sonorité d'ensemble plus chaleureuse et plus soyeuse. Cette fois, l'univers romantique si particulier du compositeur paraît un peu sous éclairé.

    Mais l'école française de cordes ne pêche-t-elle pas encore par un certain manque de générosité sonore qui handicape bon nombre de nos orchestres et qui est encore plus sensible dans ce type de répertoire ? Du travail en perspective pour Myung-Whun Chung.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 18/11/2001
    Gérard MANNONI

    Concert des solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio-France
    Mozart : Quintette pour piano et vents en mi bémol majeur K 452
    Mendelssohn : l'Octuor pour cordes

    Myung-Whun Chung (piano)- Bernadette Gardey (violon)- Catherine Lorrain (violon)- Virginie Buscail (violon)- Jean-Baptiste Brunier (alto)- Fanny Coupé (alto)- Daniel Raclot (violoncelle)- Raphaël Perraud (violoncelle)- Héllène Devilleneuve (hautbois)- Robert Fontaine (clarinette)- Jean-Franois Duquesnoy (basson)- Antoine Dreyfuss (cor).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com