altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 octobre 2019

Récital de la violoniste Hilary Hahn avec la pianiste Natalie Zhu.

L'ensoleillement variable
d'Hilary Hahn

© Eric Sebbag

© Eric Sebbag

Elle n'√©l√®ve pas de loups mais Hilary Hahn a eu l'honneur du "¬†20¬†heures¬†" sur les t√©l√©visions fran√ßaises¬†; un privil√®ge rare pour une jeune soliste. En concert aux Champs-√Člys√©es, la talentueuse violoniste am√©ricaine venait appuyer d'un r√©cital son dernier et brillant enregistrement des concertos de Brahms et de Stravinsky.
 

Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
Le 22/11/2001
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • D√©luge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Hilary Hahn a vingt-deux ans mais ses yeux bleus et son joli minois n'en paraissent que seize. Toutefois, d√®s que l'on entend son dernier disque, son assurance et sa sonorit√© profonde lui conf√®rent d√©j√† bien plus que la majorit√©.

    Pourtant, son concert champs-√©lys√©en fut le th√©√Ętre d'une m√©t√©orologie tr√®s variable. Nuages et averse. La deuxi√®me sonate en la majeur opus 100 de Brahms d√©bute mal la soir√©e. Le son est timide, le phras√© incertain, le piano, trop largement ouvert, couvre le maigre azur du violon.

    O√Ļ sont pass√©s l'assurance et l'√©lan entendus sur l'album Sony¬†? Les attaques profondes et chaleureuses¬†? Ici, l'expression reste coinc√©e dans l'archet et ext√©rieure aux cordes, ou, en tout cas, pas avec sa franchise habituelle. Trac passager ou, comme pour tant de chanteurs, illusion du disque¬†? On reste dans l'expectative.

    Vient ensuite la sonate pour violon seul en sol mineur BWV 1001 de Bach. Vaste éclaircie. L'archet a retrouvé le dialogue avec les cordes : il est direct, généreux, ample et riche en harmoniques. Subtil dosage d'imagination et de rigueur. Le dernier mouvement soulève l'enthousiasme face à l'intelligence virtuose des arabesques baroques.

    Apr√®s l'entracte, c'est en pleine confiance que l'on attend Mozart et sa sonate K.377. Nouvelle douche. On dirait qu'Hilary Hahn a peur de cette musique, qu'elle n'ose pas prendre parti, avouer un engagement vers le romantisme ou au contraire vers le classicisme. Son violon est tr√®s juste, parfaitement huil√©, mais faute de savoir o√Ļ elle veut aller, l'artiste s'√©gare dans la brume.

    Nouveau changement de climat d√®s l'attaque de la premi√®re sonate de Saint-Sa√ęns. Comme par miracle, la vie, la couleur, l'enthousiasme, l'expression, tout revient d'un seul coup. Et pourtant, des quatre oeuvres du programme, celle-ci n'est pas la plus facile √† d√©fendre.

    Hilary Hahn trouve ici l'√©quilibre pour aborder ce romantisme qu'il faut respecter et mod√©rer √† la fois. Rarement le dessin m√©lodique de Saint-Sa√ęns aura chant√© avec tant de naturel, de sinc√©rit√© et de rayonnement.

    Tout au long du récital, la pianiste Natalie Zhu sera une partenaire brillante et parfois trop présente. Mais elle n'est pas responsable de l'ensoleillement variable d'Hilary Hahn, car malgré vingt-deux printemps et tous les dons du ciel, sans doute ne peut-on aborder avec le même bonheur toutes les musiques et toutes les époques.




    Th√©√Ętre des Champs-√Člys√©es, Paris
    Le 22/11/2001
    Gérard MANNONI

    Récital de la violoniste Hilary Hahn avec la pianiste Natalie Zhu.
    Brahms : deuxième sonate en la majeur opus 100
    Bach : sonate pour violon seul en sol mineur BWV 1001
    Mozart : sonate K.377
    Saint-Sa√ęns : premi√®re sonate

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com