altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 septembre 2020

Premier concert en france du quatuor Tetzlaff.

Quarté gagnant
© Auditorium du Louvre

Christian Tetslaff (© Auditorium du Louvre)

On connaît depuis quelques années Christian Tetzlaff en concertiste, en soliste (son intégrale des Sonates et partitas de Bach est une référence), et en duo. En revanche, le quatuor dont le jeune violoniste est l'animateur était encore inconnu en France. Un concert étincelant à l'auditorium du Louvre vient de réparer cet oubli.
 

Le 28/11/2001
Romain FEIST
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les quatuors op. 20 de Haydn sont dits " du soleil " en raison de la gravure qui ornait le frontispice de l'Ă©dition originale de la partition. Ils ont Ă©tĂ© composĂ©s en 1772, en pleine crise prĂ©romantique du " Sturm und Drang ". Du troisième de la sĂ©rie, en sol mineur, les Tetzlaff ont livrĂ© une interprĂ©tation parfois excessivement passionnĂ©e, mais jamais rĂ©vĂ©rencieuse ou salonnarde.

    Certes, le premier violon et le violoncelle - à la sonorité encore un peu verte, râpeuse - étaient ça et là un peu trop présents. Néanmoins, la mise en place frisait la perfection, et les difficiles problèmes d'intonation que posent les quatuors de Haydn ont été dominés avec maestria.

    Le poco adagio (troisième mouvement), qui est un véritable concerto pour violon en miniature, a donné à Christian Tetzlaff l'occasion de se mettre en valeur, tandis que l'absolue précision rythmique faisait oublier quelques emportements trop véhéments dans le finale.

    Dans la Suite lyrique, de Berg, le quatuor Tetzlaff a toujours privilégié la vigueur de l'expression et la rigueur de l'articulation plutôt que la recherche exclusive du beau son. La forme et la texture de l'oeuvre ont été mises en évidence avec une grande variété de modes de jeu (sul tasto, sul ponticello, pizzicato etc.), ainsi qu'avec les dynamiques très étagées voulues par le compositeur. Or celles-ci ont un rôle structurel majeur trop souvent négligé. Ce ne fut jamais le cas ici.

    C'est toutefois le Quatorzième quatuor op. 105, le dernier que Dvorak ait composĂ©, qui allait constituer le point culminant de cette soirĂ©e chambriste. Pour cette oeuvre, les Tetzlaff ont su trouver une couleur instrumentale au caractère très " Mitteleuropa ", laquelle n'Ă©tait pas sans rappeler la grande Ă©poque des TalĂ­ch, ce qui n'est pas un mince compliment.

    Sous leurs archets, Dvorak semblait plus tchèque que nature, sans mièvrerie ni sentimentalisme, mais avec une puissance expressive que très peu de formations instrumentales côtoient. Les quelques défauts d'homogénéité que l'on avait pu déceler avec Haydn avaient ici totalement disparu.

    Le quatuor Teztlaff possède par ailleurs une très large palette de nuances dynamiques, allant d'un pianissimo imperceptible a un fortissimo d'une ampleur quasi-symphonique, mais sans jamais céder à une brutalité gratuite. Si ce quarté d'archets gagnants tient les promesses de cette prestation, la relève des Berg ou des Arditti paraît assurée.




    Le 28/11/2001
    Romain FEIST

    Premier concert en france du quatuor Tetzlaff.
    Joseph Haydn, Quatuor op. 20 n°3 en sol mineur
    Alban Berg, Suite lyrique
    AntonĂ­n Dvorak, Quatuor n° 14 en La bĂ©mol Majeur op. 105

    Christian Tetzlaff, violon
    Hanna Weinmeister, violon
    Elisabeth Kufferath, alto
    Tanja Tetzlaff, violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com