altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 07 juillet 2020

Soirée Offenbach avec Anne-Sofie von Otter au Théâtre du Châtelet.

Anne-Sofie von Otter
en manque d'appétit

© DG Universal

2001 n'a pas failli à la tradition qui fait d'Offenbach le champion toutes catégories des réjouissances de fin d'année. Sur ce front festif, le Théâtre du Châtelet s'affiche en première ligne avec la reprise de la Belle Hélène ainsi qu'une soirée concert réunissant des classiques et des perles rares du compositeur.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 22/12/2001
Françoise MALETTRA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Alors que la reprise de cette Belle HĂ©lène particulièrement coquine et malicieuse n'a rien perdu de son impact scĂ©nique, la soirĂ©e divertissement avec les oeuvres d'Offenbach ressemblait beaucoup Ă  une Ă©lĂ©gante bande annonce destinĂ©e au lancement de l'Ă©dition intĂ©grale de ses oeuvres ; soit 47 volumes Ă  venir chez Boosey & Hawkes.

    De haut vol, le plateau semblait composé sur mesure pour Anne Sofie Von Otter en premier grand rôle et des partenaires en joyeux faire valoir. La belle cantatrice suédoise était fidèle à elle-même, un peu trop : articulation impeccable, timbre aérien, une distinction à toute épreuve dans des costumes à transformations
    Une perfectionniste.

    Mais voilà ! Les héroïnes d'Offenbach exigent du panache, de l'humour, un art du jeu et du double jeu et surtout, il faut sortir toute grande sa voix, la moduler à volonté, en faire l'arme absolue de la séduction. Or, Anne-Sofie Von Otter joue la confidence et force à tendre l'oreille tout en restant dans le registre de la minauderie. Ce qui finit par agacer.

    Minkowski et ses musiciens tentent l'impossible pour ne pas couvrir sa voix, mais elle persiste et signe ; un peu à la manière d'un convive poli qui, un soir de réveillon, consent à goûter tous les plats mais n'en consomme réellement aucun, de peur d'éprouver son foie et retourner ses tripes.

    Tant pis, il y a d'autres commensaux qui ne négligent pas le festin, à commencer par l'adorable Magali Léger dans le duo Fantasio-Elspeth, le beau mezzo de Stéphanie d'Oustrac dans la Barcarolle des Contes d'Hoffmann (qui couvre allègrement Von Otter), et Laurent Naouri désopilant dans son numéro du compositeur de l'avenir. Un régal.

    L'orchestre emporte tout ce petit monde avec une gaieté de bon ton, et offre des passages de Valses inédites joliment tournées, ainsi qu'une Ouverture pour grand orchestre que l'on imagine très bien faisant se pâmer les amateurs de musiques de kiosque en quelque ville d'eaux. Trois rappels manifestement orchestrés pour l'œil des caméras présentes dans le Théâtre, dont un final en pluie de confettis.

    Nadar qualifiait le compositeur de " coq croisé de sauterelle et mâtiné de crevettes grises. " À n'en pas douter, c'est donc pour des raisons gastonomiques qu'on en a fait un met de choix pour célébrer les agapes de faim d'année. Dommage que la grande Anne-Sofie ait manqué cette fois d'appétit.




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 22/12/2001
    Françoise MALETTRA

    Soirée Offenbach avec Anne-Sofie von Otter au Théâtre du Châtelet.
    Jacques Offenbach : extraits de La Grande Duchesse de Gerolstein, de Fantasio, des contes d'Hoffmann, de Madame l'Archiduc, de la Belle Hélène, de Barbe Bleue et de La Vie Parisienne

    Les Musiciens du Louvre – Grenoble.
    Direction Marc Minkowski

    Avec Anne-Sofie Von Otter (mezzo soprano) – Magali Léger (soprano) Stéphanie d'Oustrac (mezzo soprano Gilles Ragon (Ténor) Laurent Naouri (basse) Jean-Christophe Henry (Ténor) Frank Versini (ténor) Christophe Grapperon.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com