altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 11 décembre 2019

La Guerre et la Paix à l'Opéra Bastille

Guerre et désaccords (contre)
© Eric Matoudeau

Au sujet de l'immense production de l'Opéra Bastille, Michel Parouty ne partage pas l'enthousiasme d'Antoine Livio (lire aussi la critique contradictoire d'Antoine Livio).
 

Opéra Bastille, Paris
Le 08/03/2000
Michel Parouty
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Demi-fresque

  • Mort Ă  Munich

  • Carnage light

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On attendait avec impatience cet opĂ©ra unique en son genre, fresque dĂ©mesurĂ©e Ă  la mesure du chef-d'|uvre romanesque de TolstoĂŻ qui l'a inspirĂ©e. Il me semble ne pas me tromper en disant que l'on aurait dĂ» voir, Ă  l'OpĂ©ra Bastille, le spectacle prĂ©sentĂ© en 1991 au Kirov de Leningrad dirigĂ© par le flamboyant ValĂ©ry Gergiev, et mis en scène par l'Anglais Graham Vick, co-production avec le Covent Garden de Londres oblige (fort heureusement, Philips a enregistrĂ© ces soirĂ©es en audio et en vidĂ©o).

    Mais le temps a passé, et aujourd'hui ce sont Gary Bertini et Francesca Zambello les maîtres d'oeuvre de cette nouvelle production. Ni l'un, ni l'autre, d'ailleurs, ne déchaînent l'enthousiasme. Le premier est un chef sans grande imagination, et dont la direction pèse des tonnes, à tel point que l'on se réjouit presque des coupures pratiquées (une bonne demi-heure). Quant à Francesca Zambello, on sait depuis longtemps qu'il ne faut pas attendre de sa part la moindre innovation ; mais, visiblement, ce travail de simple illustration satisfait un public qui n'aime pas être dérangé. Aucune vision personnelle, aucune direction d'acteurs, de l'image, seulement de l'image.

    Vocalement, en revanche, le plaisir est indéniable. Les choeurs, placés sous la tutelle de David Lévy, sont superbes. Et le plateau de solistes rassemble quelques personnalités de premier plan, que ce soit Elena Zaremba, Hélène au timbre pulpeux, Anatoli Kotcherga, Koutouzov d'une indiscutable présence, Nathan Gunn, prince André qui compense un certain manque de projection par une réelle émotion, Robert Brubaker, troublant Pierre Bezoukhov, et surtout Olga Goriakova, Natacha passionnée à la voix longue, mordante, au charme piquant. Une véritable héroine de roman, que Tolstoï n'aurait pas désavouée, et une révélation dont on se souviendra.

    Avec de tels interprètes, il est évident qu'on regarde le spectacle avec de tout autres yeux. Mais quand même, on pouvait espérer davantage, ce qui eût été possible avec un autre chef et un metteur en scène plus inspiré.

    Lire l'avis opposé de Antoine Livio




    Opéra Bastille, Paris
    Le 08/03/2000
    Michel Parouty

    La Guerre et la Paix à l'Opéra Bastille
    Direction : Gary Bertini.
    Mise en scène : Francesca Zambello.
    Avec : Olga Gouriakova (Natacha Rostov), Nathan Gunn (le prince André), Robert Brubaker (Pierre Bezoukhov), Elena Zaremba (Hélène Bezoukhova), Anatoli Kotcherga (Koutouzov).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com