altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 23 février 2020

Premier concert du " Marathon Beethoven " du Festpielhaus de Baden Baden.

Les foudres de Sir Charles

D.R.

Le Festspielhaus de Baden-Baden entame ce mois-ci un " Marathon Beethoven " dévolu pour l'essentiel à Christoph Eschenbach. Cependant, c'est Sir Charles Mackerras qui officiait le premier pour trois symphonies empreintes de vivacité et de jeunesse, à l'image de ce fringuant septuagénaire qu'est le chef australien.
 

Festpielhaus, Baden-Baden
Le 17/01/2002
Pierre BREINER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Avec ombre‚Ķ

  • Gluck en noir et blanc

  • Philosophie des lumi√®res

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Charles Mackerras proposait les symphonies 1, 2 et 6. Un programme copieux, men√© tambour battant √† la t√™te d'un Orchestre Philharmonique de Londres en grande forme, attentif au moindre froncement de sourcil d'un chef par ailleurs d√©bonnaire, d√©tendu autant que passionn√© par son propos.

    La premi√®re symphonie doit tant √† Haydn et Mozart qu'elle fut longtemps ignor√©e du public et mal aim√©e des bacs √† disques. Approche analytique et pointilliste, tr√®s exigeant en ce qui concerne la pr√©cision des cuivres et privil√©giant des attaques courtes et s√®ches, Mackerras a montr√© combien le jeune Beethoven de trente ans avait bien assimil√© ses ma√ģtres et rendait d√©j√† une copie √©rudite et personnelle.

    Pour mettre en valeur toute la fra√ģcheur de cette tentative premi√®re d'un ma√ģtre en gestation, Mackerras a privil√©gi√© des tempi rapidissimes, toscaniniens, tr√®s proches des indications m√©tronomiques de Beethoven dont on ne finit pas de d√©battre.

    Avec ses √©carts de dynamique tr√®s prononc√©, la deuxi√®me symphonie annonce la seconde mani√®re du compositeur, celle du testament d'Heiligenstadt o√Ļ le muisicien avoue une surdit√© √©tablie et son aversion forc√©e du monde. Sous la baguette de Mackerras, cette partition se diff√©renciait pourtant peu de la pr√©c√©dente. Il la con√ßue l√©g√®re, rapide, et tr√®s m√©lodique dans un mouvement lent riche de demi-teintes et de nuances.

    Apr√®s l'entracte, Sir Charles proposait une interpr√©tation non moins d√©taill√©e et fine de la Pastorale. Particuli√®rement alerte, tirant sans d√©tour l'oeuvre vers la fresque na√Įve, cette lecture se m√©fiait manifestement des longueurs et redondances pour pr√©tendre √† une continuit√© du discours musical seulement rompue par un orage expressionniste¬†; point d'orgue affirm√© de la symphonie selon Mackerras.

    Cette déflagration prévue, mais inattendue dans sa virulence, fut le moment de réaliser combien l'orchestre avait été tenu par son meneur, et à quel point sa puissance sonore pouvait s'allier à un son parfaitement clair et surtout cohérent. De quoi donner envie de risquer plus souvent les foudres de Sir Charles.




    Festpielhaus, Baden-Baden
    Le 17/01/2002
    Pierre BREINER

    Premier concert du " Marathon Beethoven " du Festpielhaus de Baden Baden.
    Ludwig van Beethoven ; Symphonies 1,2 et 6 dite " Pastorale "

    Orchestre philharmonique de Londres
    Direction Charles Mackerras

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com